Archives de catégorie : Série 5

Le combat

La photographie de mon premier billet, qui s’intitulait « billet rose » , illustrait le challenge du Ruban rose, dans le cadre d’Octobre rose. Plusieurs courses étaient organisées afin de sensibiliser et de récolter des fonds pour la lutte contre le cancer du sein. De nombreux joggeurs, tous vêtus d’un tee shirt rose, avaient participé à ce bel événement de solidarité. La lutte contre le cancer du sein est une cause à laquelle je suis particulièrement sensible car il y a quelques années ma mère a été touchée par cette maladie.

Pour ce billet son j’ai seulement enregistré ma voix, je n’ai pas souhaité rajouter d’autre son. Je pense que le son de ma voix est captivant, si j’avais rajouté d’autres sons, le message que je souhaitais passer n’aurait pas eu le même impact. Ma démarche pour ce billet son était bien plus personnelle que pour mon billet photographique. J’ai ainsi voulu raconter ma propre expérience afin de sensibiliser les auditeurs pour la lutte contre le cancer.

Quai des adieux

Manon Sultana (c) 2015
Manon Sultana (c) 2015

Ecrire l’histoire qui se passe avant la photographie, une grande première. Par contre, les adieux à la gare je connais. Ma photographie montre deux inconnus amoureux se disant au-revoir sur le quai de la gare. Ce moment là me rappelle Les parapluies de Cherbourg et la poésie. Alors j’ai essayé d’écrire un texte racontant l’histoire des deux amoureux mais sans succès. Alors j’ai cherché le synopsis du film Les parapluies de Cherbourg et j’en ai modifié le texte. A la fin j’ai rajouté une prise de son directe du lien entre ce film et ma photo: deux amants se disant au revoir sur le quai de la gare comme pour Geneviève et Guy à Cherbourg. Le lien texte et son me parait poétique, ce qui me touche. Alors je me décide a m’enregistrer en lisant le texte. Je pose cette bande son sur Reaper et je télécharge des bruitages de personnes dans une gare, d’annonce SNCF, la chanson des parapluies de Cherbourg, d’un sifflement de train etc. La musique commence par une annonce SNCF de départ de train retenti, avec en fond des bruits de pas de passants. Puis je voulais que la musique des Parapluies parte en même temps que la lecture du texte, mais doucement. La fin du texte est coupé par un sifflement de train puis par l’annonce finale du départ du train. Je trouve que cette musique est adaptée à la photographie des deux amoureux qui s’embrassent peut être pour la dernière fois pour un temps inconnu de tous. C’est un moment hors du temps entre deux personnes qui se quittent. 

 

LE PAYS IMAGINAIRE

VDCCOLINE

Ma photo en main, j’ai tenté de la redécouvrir une seconde fois afin de réaliser une création sonore. Je me suis demandé ce qu’elle m’inspirait, quelles histoires pouvaient se cacher derrière cette photographie mis à part la mienne. J’ai noté sur un bout de papier des mots, fait des dessins pour illustrer les idées que me renvoyait l’image. A partir de là, j’ai commencé à rechercher une histoire avec des sons et des bruitages. J’ai écris un scénario sonore et non visuel.

Mon récit se structure en cinq parties. La première partie « Séquence 1 INT JOUR Bureau d’une jeune fille » montre l’ennuie qui émane de cette dernière. Le tic tac de l’horloge et le gribouillage agressif de la fille plonge la pièce dans un atmosphère tendue et pénible à l’image des sentiments éprouvé par la jeune femme. La deuxième séquence « Séquence 2 INT JOUR Cuisine » nous présente des voix d’inconnus et des applaudissements qui semblent extérieur à l’intimité de la protagoniste. Cet élément est voulu afin de montrer qu’elle est présente physiquement mais que ces pensées sont absentes. La troisième étape « Séquence 3 INT JOUR Bureau de la jeune fille » rappelle la première partie. On est ici dans un même lieu, un même espace, on a donc le même atmosphère caractérisé par le tic tac de l’horloge. Cela accentue ce côté monotone et quotidien de la vie du personnage. La quatrième partie « Séquence 4 EXT JOUR Ville » permet de montrer une évolution dans les humeurs de la jeune fille. Elle est dans un premier temps nostalgique et paniquée, on entend les bruits parasites et désagréables de la ville. Puis, elle est apaisée et devient de plus en plus joyeuse. La ville devient alors pluvieuse et calme. La dernière étape « Séquence 5 EXT JOUR Fête foraine » est le point finale de mon histoire. C’est le lieu où se rencontrent ma création sonore et ma photo.

L’union de toutes les générations dans un lieu hors du temps ponctue mon travail. Chaque auditeurs peut se reconnaître dans cette prise de conscience commune ce pourquoi j’ai inséré les mêmes bruits de pas durant toute la création sonore. On s’identifie au personnage puisqu’on suit ses bruits de talons avancer de lieu en lieu vers la fête foraine où la jeune femme résout son angoisse.

Coline Portet

Jungle urbaine

Image001

Je suis partie d’une histoire de harcèlement de rue dont j’avais été témoin. L’histoire d’une jeune fille en ciré jaune, croisée il y a quelques mois, dont je parlais dans mon billet The Cigarette Duet. J’avais eu l’impression de faire mon devoir, en prenant cinq minutes ma plume féministe pour témoigner — à mon échelle — sur ces histoires de rues.

Cette fois-ci, il a fallu aller plus loin, et loin de moi l’envie de faire passer un message moralisateur, je propose ce conte moderne comme un manifeste contre le sexisme ordinaire. Une femme sur quatre a peur dans la rue, une sur cinq se fait injurier au moins une fois par an. Les anecdotes relatées dans ces deux minutes sonores sont tirées d’expériences vécues par mes amies et moi-même. Marques laissées, remarques encaissées. Quelque chose d’assez personnel en fin de compte, mais qui fera écho, j’en suis convaincue, à beaucoup d’autres femmes. Les bruits des pas rythment des mots que j’ai voulu percutants, les voix se mêlent, des battements de coeur surgissent, j’ai eu l’envie de construire une ambiance inquiétante. Dans cette jungle urbaine, être femme, c’est être proie.

Adélaïde Michel

Brouhaha mélodieux

MarchedesLys

Ma photo, c’est un clown qui joue d’un orgue de Barbarie dans un marché ouvert. Bon, ce sera un billet son assez bruyant. Mon idée c’était de créer l’ambiance sonore d’avant la photo, c’est à dire les bruits du marché, les conversations, les marchands etc. J’ai tout d’abord voulu enregistrer du son au marché des Capucins.  Tout compte fait ça ne rend pas vraiment comme je l’avais espéré, c’est un mélange de voix indistinctes dont aucune ne ressort vraiment. Ce serait quand même mieux si on comprenait au moins quelques phrases. De retour chez moi, je cherche sur Internet des sons de marché, de foule. Je finis par en trouver un bon, puis un deuxième que je superpose et auquel je rajoute ma voix et celles d’amis que j’ai enregistrées. J’y mets ensuite le son d’un orgue de Barbarie qui arrive au milieu de l’extrait sonore, ça y’est, je me rapproche de ce que je cherchais.

Je voulais que ce billet son suive mon parcours. Je passe devant un stand de poissonnerie, je m’y attarde un peu, je mets l’enregistreur près d’une des poissonnières. Il y a une longue foule à ce stand, la voix des acheteurs qui parlent à la poissonnière se mêlent à celles des autres clients. Après la transaction je continu mon chemin et me laisse guider par une musique. Je m’en approche et aperçoit un clown qui joue de l’orgue de Barbarie. Il est seul, il a l’air de s’ennuyer. Malgré le son puissant qui sort de cette inhabituel instrument personne ne semble vouloir s’attarder. Je continu mon chemin, la mélodie se perd vite dans le brouhaha ambiant du grand marché de la place des Lys.

Marion Souquet