Archives de catégorie : Série 4

Les hautes lumières

(cc) Clémentine Le Roy (27/01/2014)
(cc) Clémentine Le Roy (27/01/2014)

Comme d’habitude, j’ai du mal à appréhender la démarche et à me lancer. Mais j’ai une idée de départ: imprimer puis découper en bandes mes trois précédentes photos, et enfin assembler les morceaux les uns après les autres dans le désordre. Je colle les bandes sur une grande feuille de papier canson, et trouve le tout un peu vide, fade. Il faut habiller un peu plus. Sans trop savoir ce que cela va donner, je commence à tapoter de la peinture noire autour de la frise avec un gros pinceau. L’effet me plaît, il fait ressortir les couleurs de la frise. Pas besoin d’en rajouter, je prends la photo et sur l’ordinateur je teste différentes modifications. Je veux dynamiser un peu la photo, je trouve l’ensemble trop terne. Par petites ou grosses touches, je change la saturation, la température de couleur, les reflets, les teintes, les contrastes et la luminosité. Je m’amuse un peu avec ce que j’ai sous la main, j’ai envie qu’on voit que c’est trafiqué. Je veux éviter que ce soit trop lisse, et donc tirer profit de l’épaisseur du papier canson pour faire ressortir la rugosité de la matière. Je m’arrête là, je sens que j’arrive à la limite du « trop ».

Je prends un malin plaisir à détruire, déconstruire, découper en tranches, déformer matériellement ce que j’ai fait et qui ne me plaît pas. A défigurer ce qu’il m’a été pénible de montrer. Altérer pour fausser: sous cette forme, les photos ne disent rien. On ne distingue pas grand chose et pourtant cela forme un tout. Je n’ai rien cherché de particulier, j’ai juste réalisé mes idées les unes après les autres, sans ardeur particulière. En revenant sur la photo terminée après quelques temps, je me suis rendue compte que j’avais été influencée par la chanson que j’écoutais lorsque j’étais en train de retoucher la photo, puisque j’ai immédiatement associé l’image à sa mélodie. Plus qu’une idée, je crois que j’ai inconsciemment cherché à recréer un état, une ambiance, celle que m’évoque cette chanson. L’association de cette musique à la photo lui donne une tonalité différente. Mais je serai la seule à le percevoir: de toute façon, on ne peut décrire le monde qu’à travers soi.

Clémentine Le Roy

Diptyque citron

(cc) Adélaïde Michel (27/01/2015)
(cc) Adélaïde Michel (27/01/2015)

J’ai Claude Viallat et Jacques Villeglé à l’esprit. Je suis entourée de livres d’art, de carnets d’inspiration, de papiers déchirés, de croquis sur des coins de feuilles. Pas d’angoisse de la page blanche, je prépare deux supports vierges. Des copies des trois photographies de mes précédents billets sont réduites en lambeaux, déchirées. D’un côté en noir et blanc, de l’autre en couleurs. Et puis j’ai cette envie de jaune. Le personnage du premier billet perd son identité à coup de posca blanc sur le visage. Peinture et éponge viendront créer un motif jaune citron sur fragments en nuances de gris.

Je laisse rarement place au hasard dans ce genre de composition. J’ai l’impression que chaque chose doit être à sa place, tandis que sur la table basse qui me sert d’atelier de fortune c’est plutôt le bazar. J’ai construit les deux volets un à un, tout en souhaitant que chacun réponde à l’autre. Quand je pose la dernière empreinte acrylique, j’ai l’impression d’avoir atteint un certain équilibre. Mes deux parties forment un tout : diptyque citron.

Adélaïde Michel

Evasion

(cc) Maelys Gosset (22/01/2015)
(cc) Maelys Gosset (22/01/2015)

C’est à tâtons que j’ai essayé d’imbriquer mes trois photographies. Ma première idée était d’appliquer le mouvement circulaire de l’une d’elles aux trois autres. J’ai commencé par les importer sur Gimp comme des calques. Cela m’a paru évident que celle des embouteillages servirait de support aux deux autres. Je l’ai rognée puis retouchée avec un filtre artistique « photocopie ». Je l’ai légèrement déformée avec l’outil « courber ». J’ai décidé d’appliquer un flou pour qu’elle ne contraste pas trop avec la dimension plus poétique de ma photo conceptuelle. Puis, pour celle plus intime, j’ai décidé de la transformer complètement et donc de lui appliquer une distorsion « Tourner spirale » ainsi que le même filtre artistique « photocopie ». Ainsi, elle servirait d’intermédiaire entre le fond (les voitures) et la forme du premier plan. Pour cette forme, j’ai sélectionné avec l’outil « baguette magique » les contours de l’oiseau imaginaire de ma photo conceptuelle, puis inverser la sélection et couper le fond. Enfin, j’ai fini par jouer avec les « teintes et saturation » des couleurs pour lui donner une teinte particulière de façon à ce que cette forme au premier plan se détache et sorte de l’image. J’ai « copier/coller » l’oiseau de manière à répéter la forme et à les superposer pour accentuer son importance par rapport au fond. J’ai fusionné les calques en jouant sur l’opacité de chacun. Et je me suis arrêtée là… La fusion des trois me paraissait enfin homogène. Comme si, naturellement, chacune avait pris sa place dans le cadre.

Entre des embouteillages et la silhouette de ma mère, il n’y a rien de plus terre à terre.  Alors en ces longs mois d’hiver, on a envie de prendre un peu de hauteur. Envie d’évasion… Et comme le dit si bien Oscar Wilde, « Les folies sont  les seules choses qu’on ne regrette jamais ». En un battement d’ailes, on s’extirpe de l’enfer du quotidien, de ce tourbillon de l’oppression, pour atteindre des sommets bien plus colorés. Comment refuser un peu de poésie dans la confusion du chaos ? Alors…Suivons l’oiseau !

Maelys Gosset

Reflet Sphérique

Reflet Sphérique

Afin de combiner les trois photos de mes billets, j’ai tout d’abord commencé à expérimenter avec Photoshop. Mon objectif de départ était de produire une image mettant en avant l’intégralité de mes photos. Il s’est avéré que mes divers essais sur le logiciel ne m’ont pas du tout satisfaits. J’ai même eu l’impression de faire des illustrations pour le compte de tabloïds. La difficulté d’utilisation de Photoshop m’a freiné dans mon travail et j’ai donc décidé d’utiliser un autre moyen pour arriver à mon objectif.  J’ai alors commencé à photographier les photos à l’aide de mon portable.

Il est vrai qu’à chaque fois que je vois la lampe semi-circulaire qui est sur mon bureau, je me rappelle l’autoportrait au miroir sphérique d’Escher. Alors, je voulais expérimenter à mon tour l’effet de reflet qu’il peut  y avoir sur ma lampe. Comme mes photos n’étaient pas imprimées, j’ai ouvert mes 3 photos ainsi que la photo de mon essai sur Photoshop sur le bureau de mon ordinateur. J’ai également ajouté ma bouteille bleue foncée en plastique en face de la camera, mais cela n’a donné aucun résultat, l’image étant flou. Finalement, j’ai choisi la photo la plus belle de toutes mes tentatives, c’est-à-dire celle étant la mieux cadré et la plus originale.

Varvara Stroganova

Silhouette

(cc) Camille Coquereau (27/01/2015)
(cc) Camille Coquereau (27/01/2015)

Après plusieurs tentatives sur Photoshop pour réaliser ce montage, je me rends à l’évidence : je ne maîtrise pas le logiciel. Les idées sont là mais impossible de les réaliser. Je décide donc de faire mon montage à la main. Les trois photos imprimées, je les découpe, les superpose, essaie de mettre en avant certaines couleurs, certaines formes. Sans pour autant chercher un résultat précis, j’expérimente et laisse libre court à mon imagination.

Au final, je tombe sur ce montage. A l’origine, la silhouette du skateur n’est pas sur la photo, seuls sont présents les éléments que l’on aperçoit à travers lui. Mais en jetant les chutes de papier, je tombe sur la silhouette. Je la place alors au dessus du collage pour voir ce que l’on aperçoit à l’intérieur. Un petit garçon, prêt à s’élancer vers l’avant, dans un univers oppressant, est enfermé dans sa propre silhouette.  Quelques clichés plus tard, je tiens ma photo. Pourquoi m’intéresse t-elle ? Car on ne sait pas où regarder, on ne sait pas si les choses se passent à l’intérieur ou à l’extérieur. Comme si deux univers différents se confrontaient pendant un instant.

Camille Coquereau