Archives de catégorie : Série 3

L’instantané

L'instantané
(cc) Adélaïde Michel (7/12/2014)

J’étais enfant. Papa travaillait dans l’hôtellerie. Et tous les deux ans un schéma récurrent s’imposait à nous : mettre notre vie en boîte et tout reconstruire ailleurs. Les déménagements à répétition ont fait de moi quelqu’un d’assez instable. Je vis dans une sorte d’immédiateté assez déconcertante. Rarement tournée vers le passé, jamais vraiment orientée vers l’avenir, je n’ai pas de projets à long terme, pas d’idéal de devenir et peu de souvenirs en tête.  Depuis l’enfance, je fais ce rêve récurrent où je me retrouve dans une chambre vide et autour de moi flottent des souvenirs qui ne m’appartiennent plus. Et tandis que j’essaye d’en attraper un maximum, ils m’échappent tous, inévitablement.

Sur cette seule photographie, en réalité, quatre situations. Au premier plan, trois Polaroïds collés sur un miroir montrent une chambre à différents moments, gardant toujours le même angle de vue et le même cadrage. Le miroir sur lequel ils sont placés permet de refléter le reste de la chambre ; ce qu’il reste de la chambre, un lit vide et un carton. La mise au point faite sur les polaroids me permet de laisser apparaitre un second plan flou. Aucune bordure du miroir n’est apparente, donnant ainsi aux trois photos instantanées l’impression d’être suspendues dans le vide.

Et si le décor de la chambre évolue, nous ne savons pas exactement combien de temps peut séparer chaque cliché, instantané. Et ces polaroids sont là, flottants, comme dans mon imaginaire, renvoyant tour à tour l’image de ce qui a existé, ici, avant. Et ce miroir permet de renvoyer l’image de cette même chambre, à cet instant précis, maintenant. Vidée de toute présence et avec pour seuls accessoires un matelas nu et un carton de déménagement, probablement rempli, de souvenirs.

Adélaïde Michel

A l’ombre de la lumière

(cc) Maëlys Gosset 03/12/2014
(cc) Maëlys Gosset 03/12/2014

Qu’est-ce que la lumière ? Une force, une énergie, un esprit ? Nous recevons la lumière. Elle s’impose à nous. Dans la bible, la lumière est le premier élément inventé par Dieu. Forte de symbolique, l’espoir et la liberté, la lumière donne de la légèreté aux choses, de la spiritualité. Tandis que le noir, l’obscurité, rappelle leur matérialité. L’ombre et la lumière formerait alors un tout. J’ai donc voulu essayer de contrôler et enfermer la lumière en construisant un dispositif capable de contenir cette énergie tout en traduisant la puisance de celle-ci afin d’en capter sa tangibilité. La lumière, une force, une énergie incontrôlable, en perpétuel mouvement. Qu’est-ce que la matérialité de la lumière ? Comment la contenir ? Et révéler sa part d’ombre…

J’ai accroché un mobile à une passoire en inox retournée. Le mobile en spirale étant en plastique argenté, il réfléchit la lumière de manière circulaire lorsqu’il tourne.  Une lampe allogène éclaire précisément le côté convexe de la passoire. Ainsi, la lumière s’engouffre par les petits trous du panier. J’ai disposé sous le mobile un miroir afin de prendre la photo de ce qui se passe sous cette « cage dorée ».  En choisissant une vitesse de prise de vue lente et une faible ouverture, j’ai voulu mettre l’accent sur le mouvement de la lumière (image floue) et  sur la non lumière (elle est enfermée). Seuls les petits trous du panier laissent passer les rayons lumineux. Je voulais traduire à la fois l’intense symbolique d’une énergie aussi puissante et son besoin inextricable de liberté, de mouvement, pour en dévoiler sa matérialité, son essence même.

Le résultat a été plus que surprenant ! Si l’ombre traduit la matérialité des éléments, alors, dans ce cas la matérialité de la lumière ressemblerait à un oiseau, lui-même symbole de liberté et d’espoir. J’ai réalisé plusieurs clichés sur le même modèle de dispositif avec des paramètres photographiques similaires. A chaque fois, ce qui est apparu m’a subjuguée. En voulant enfermer la lumière pour en découvrir sa matérialité, c’est l’image d’un oiseau emprisonné, tournoyant dans sa cage, qui s’est révélée. Le mouvement du mobile apparaît comme celui du battement de ses ailes. Nous ne pouvons faire face à la lumière sans être ébloui, étourdi par sa puissance. En révélant sa part d’ombre, on lève alors le voile sur sa nature profonde : libre et puissante, tel un oiseau de lumière.

Maëlys Gosset

Rose nucléaire

(cc) Floriane Rivery (08/12/2014)
(cc) Floriane Rivery (08/12/2014)

Cela faisait quelques temps que j’avais envie de m’essayer à la photographie de gouttes d’encre tombant dans de l’eau. J’ai découvert cette pratique lors d’une de mes trop nombreuses heures de procrastination passées à cliquer de photographie en photographie. J’aime les volutes légères de l’encre et surtout leur texture : fumée épaisse, tissus en mouvement ou bactérie vue au microscope ? Je les trouve mystérieuses et leurs formes et couleurs uniques laissent la porte ouverte à toute interprétation. Malgré mes appréhensions sur la réalisation de cette photo (mais comment vais-je pouvoir faire cela ? Hors de question de juste photographier un verre posé là), je me lance. Et puis, je dois l’avouer, c’était l’occasion pour la gamine qui est en moi de faire une des choses que je préfère quand il s’agit d’arts plastiques : me salir les mains !

J’installe mon dispositif comme je le peux, c’est à dire avec les moyens du bord. Une lampe scotchée au mur, une écharpe noire en guise de fond, un saladier en verre rempli d’eau… Mon studio tout en récup’ aurait lui aussi mérité une photo. J’ai beaucoup de difficultés à faire la mise au point : je veux que la zone nette soit au milieu de l’eau, là où les gouttes tomberont. Je ferme un peu le diaphragme mais je n’arrive toujours pas à mes fins. Je manque de lumière, allonge un peu le temps d’exposition et augmente la sensibilité. Et, d’un coup, j’ai envie d’utiliser d’autres liquides. Je mélange du lait et de l’encre rose, et verse ma mixture dans l’eau. Comme à chaque essai, je photographie en rafale, pour ne rien louper du déploiement de la matière. Et encore une fois, je me rend compte que la mise au point n’est absolument pas celle que je souhaitais.

Et à force de la regarder, cette photo… Je réalise que cette erreur de mise au point rend nettes toutes les petites bulles qui se sont formées sur la paroi en verre, qu’au second plan, le nuage rose est un peu flou, et intriguant. J’augmente un peu les contrastes et intensifie les couleurs. Je vois apparaître de la fumée, un champignon atomique rose entouré de particules. Ou, plus joyeux, une barbapapa ? D’autres y verront un ciel étoilé, une galaxie, une coupe de champagne… Un peu comme si j’avais produit ma propre version du test de Rorschach. Alors, malgré mes erreurs et mes tâtonnements, malgré les reflets sur le verre et les déformations dues à la forme du récipient, je suis satisfaite : j’ai produit une photographie ludique. A la fois pour moi durant la réalisation, mais aussi pour le spectateur qui peut laisser le champ libre à son imagination. En plus, j’ai de l’encre plein les mains !

Floriane Rivery

Songe d’une nuit d’hiver

(cc) Camille Nivat (06/12/2014)
(cc) Camille Nivat (06/12/2014)

 

Une photographie conceptuelle ? Même après quelques exemples, je n’arrivais toujours pas à donner une définition à ce terme. Peut-être que tout l’intérêt de ce type de photographie est justement l’absence de définition. Cela laisse une grande marge de Liberté. Mais cela ne m’aide pas tellement à trouver une idée… Ma seule certitude était qu’il fallait une idée préalable à la prise de vue. En regardant les quelques objets que j’ai en ma possession à Bordeaux, j’ai pris conscience de la difficulté qui allait ressortir de la préparation de ce billet. Ce n’est qu’une semaine après l’annonce du sujet que des bribes de concept m’ont traversé l’esprit. Plus précisément, un élément m’est revenue en mémoire : le papier d’aluminium. Alain Fleischer l’utilise pour sa capacité de déformation. Cet artiste y moule son visage ou bien encore des objets du quotidien… Je tenais, toutefois, à détourner cet outil, à avoir une approche plus singulière, plus personnelle. J’ai donc eu un autre regard : le papier d’aluminium réfléchit la lumière et tout ce qui l’entoure. Mais pas de façon net. Ces reflets prennent une dimension fantastique, presque mystique. J’ai donc cherché à rendre compte d’un monde imaginaire à partir du monde réel.

J’ai donc pensé un dispositif. J’ai décidé de poser la photographie en extérieur. J’ai donc répartie dans les branches des arbres de mon jardin des feuilles d’aluminium. Certaines étaient accrochées à même les branches, tandis que d’autres viennent englober des objets suspendus à l’aide de ficelles – des bouteilles de Perrier, des casseroles. Certaines feuilles restent lisses, d’autres sont froissées. Les images sont brisées, floues. Chaque contour se transforme, diverge, converge, créant un objet totalement différent ; plus abstrait, plus lyrique – presque venu d’un autre monde. J’ai commencé par prendre de simple photographie avec une ouverture de f/5,6 et à la vitesse de 1/100e de seconde. J’ai décidé d’accentuer le flou, en utilisant une vitesse de prise de vue plus lente. Je bouge l’appareil photo pendant que j’appuie sur le déclencheur – d’avant en arrière, sur le côté, de manière circulaire, dans tous les sens. Et ce, de façon à transformer, presque redessiner les reflets, les lumières.

Je fais du light painting, à partir de reflets sur du papier d’aluminium et non à partir de source de lumière direct. Je crée ainsi une toute autre image à partir des contours d’une réalité bien présente. L’image semble tout droit sortie d’un conte. Quand je la regarde, j’aperçois une forêt venue d’un autre temps. Tout a une couleur gris bleutée. Et sur la droite, un farfadet ou plutôt une créature magique, surgit de derrière un tronc d’arbre. Il semble être apparu dans une tornade – dû aux mouvements circulaires de l’appareil de prise de vue. La lumière, le reflet raconte une nouvelle histoire. Et c’est à notre imagination de la percevoir. Chacun aura sa propre lecture de la photographie. Certains y verront peut-être un monde sombre et oppressant, d’autres y verront un monde fantastique, magique. Il s’agit de laisser parler nos sens. Personnellement, elle m’évoque une pièce de Shakespeare…

Camille Nivat

Premier hiver à Bordeaux

10836541_10205406146537629_722721411_n
(cc) Varvara Stroganova (08/12/2014)

Pendant la saison d’automne j’ai profité du beau temps à Bordeaux. Il est difficile d’y croire mais à Moscou l’hiver arrive dès le mois d´octobre. A cette période là, il n’y a plus de feuilles sur les arbres. Les moscovites commencent à devenir égris à cause de l’absence de soleil et de lumière pendant la journée, et du fait que ce mauvais temps perdure pendant au minimum six mois. J’ai beaucoup d’amis qui ont envie de quitter Moscou à cause de ces conditions climatiques. Pour ces raisons, ils profitent de l´hiver pour voyager dans les pays tropicaux, et ainsi fuir le froid. C’est pourquoi j´aimerai décrire ce que je ressens et plus précisément combien je souffre depuis que le mauvais temps est apparu à Bordeaux. Dans ma chambre à Moscou, il y a un chauffage dans lequel coule l’eau chaude pendant les six mois d´hiver. Ce chauffage commence à me manquer car avec cette chaleur je peux dormir la fenêtre ouverte en plein hiver! Chez moi, en Russie, c’est un endroit où je me sens toujours très bien et au chaud, même si dehors il fait moins 15 degrés. Alors même que je suis dans mon appartement bordelais, je dois mettre mes vêtements les plus chauds, comme si j’étais habillé pour sortir et affronter l’hiver dans la rue.

Alors, avant de prendre cette photo j’ai décidé de mettre des objets sur ma table s’associant avec le froid et l’hiver. Il s’avère que je n’en avais pas beaucoup. J’ai aussi mis mes habits les plus chauds. J’ai pris plus de 20 photos en déplaçant mes objets. En effet, j’ai essayé d’expérimenter avec les jeux de lumière et en déplaçant mes livres sur mon étagère. Les clémentines étaient si bonnes que tout au long de ma séance photo je les ai presque toutes mangées, en me rendant compte qu’il manquait toujours quelque chose pour avoir la photo parfaite. En plus, les photos étaient très illuminées à cause de mon ordinateur qui était ouvert. L’idée m’est venue de le fermer, et j’ai enfin réalisé la photo qui me semblait la plus appropriée. Vêtue de mon bonnet et de mes vêtements chauds, je me sentais tellement bien que je ne les ai pas quittés de toute la soirée!

Cette photo m’a fait penser que ce n’était peut-être pas en vain qu’en France on essayait d’économiser le chauffage, l’eau et et l’électricité. Chacun ici décide lui-même de comment il va se chauffer chez soi. En Russie, mon pays d’origine, qui possède des ressources énergétiques immenses, c’est tout à fait différent. Lors de l’hiver, infini et froid, les Russes utilisent le chauffage central. Malgré le climat sévère, les dépenses des habitants pour le chauffage restent minimes. A Moscou, j’ai régulièrement vu passer des campagnes de sensibilisation pour économiser l’énergie. Je comprenais le principe, mais ce n’est qu’en France que j’ai enfin compris l’importance de ce genre d’appels à être attentif à la nature. Pour l’instant, je ne me suis pas tout à fait habituée à économiser l’eau et l’électricité, mais je m’y fais petit à petit, apprenant à comprendre qu’il existe des endroits où l’eau et le chauffage sont précieux.

Varvara Stroganova