Archives de catégorie : Série 1

Billet Rose

(cc) Delphine Delumeau (19/10/2014)
(cc) Delphine Delumeau (19/10/2014)

Tout commence par une simple balade à Bordeaux un dimanche matin. Je n’avais pas vraiment d’idées précises de ce que je voulais photographier. Arrivée sur les quais de la Garonne je découvre des milliers de jooggeurs, principalement des femmes, qui avaient envahis les quais. Tous étaient vêtus d’un même tee shirt rose, certains des participants étaient même déguisés avec des chapeaux à paillettes roses, des boas à plumes roses, des collants roses fluo, des perruques roses… Il s’agissait du challenge du Ruban rose, dans le cadre d’Octobre rose. Plusieurs courses étaient organisées afin de sensibiliser et de récolter des fonds pour la lutte contre le cancer du sein.

J’essaye de me faire discrète et me place sur le côté pour prendre quelques photos et surtout pour ne pas me faire piétiner. C’est cette photographie qui a porté mon intention ; j’ai trouvé intéressant l’interaction entre moi, la photographe et la femme qui porte le numéro 5163, le modèle. Nos regards se sont croisés, elle m’a fait un signe de la main et un sourire en plein souffle. L’expression du visage et le geste de cette femme fait ressentir la convivialité et illustre bien cet événement de solidarité. Il y a une certaine uniformité dans cette photographie, puisque les joggeurs sont tous vêtus du même tee-shirt et ils regardent toutes dans des directions différentes mais courent pour une même cause et forment donc une unité.

Cette photographie et ce qu’elle représente me parle particulièrement car la lutte contre le cancer est une cause qui me porte beaucoup à coeur. Il y a quelques années un membre de ma famille a été touché par cette maladie dévastatrice. La photographie met en image ce bel acte de solidarité et toutes ces personnes qui se mobilisent pour une cause à laquelle je suis sensible.

Delphine Delumeau

Comme des grands

IMG_5555 - Copie

Pessac, « Vibrations urbaines ».  Des jeunes courent, glissent, tombent sur leurs skates, vélos, trottinettes et autres engins à roulettes.  Les rires fusent, ainsi que la musique des concerts en  fond sonore. Sous le soleil étonnamment chaud d’octobre, amateurs et jeunes professionnels se succèdent sur les diverses rampes installées pour le festival. C’est une étrange atmosphère qui règne, loin des soucis de la ville. Ici, les jeunes sont maitres et savent ce qu’ils font contrairement aux parents, assis passivement à observer tout ce cirque. Tous sont là pour leur passion : la glisse et le freestyle, et s’exercent les uns à coté des autres. Pourquoi venir photographier ici ? Pour rendre compte de l’effervescence autour d’une même passion et l’omniprésence de la jeunesse, qui tient les rênes en ce lieu.

Alors que je suis tranquillement installée à regarder les jeunes skaters se battre l’accès à une des rampes, un petit garçon arrive comme une flèche et s’arrête dans mon champ de vision. Recouvert de protections bariolées, il glisse entre les autres sans peur, telle une fusée colorée. C’est sûrement l’un des plus jeunes et il est pourtant très sûr de lui. Son arrivée imprévisible modifie ma vision de la scène que j’observe, et la photo apparaît. A l’origine, c’est le groupe des jeunes en arrière plan qui m’intéressait. Je n’ai pas cherché cette photo, je n’ai pas espéré non plus. L’inattendu est intervenu.

Je trouve d’ailleurs qu’elle est paradoxale, cette photo. Seul au premier plan, du haut de sa rampe, ce petit garçon semble dominer les autres. Le plus jeune apparait comme le plus grand. Son élan est stoppé, son corps est en place pour s’élancer mais sa tête suit une autre direction. Qu’attend t-il ? Pourquoi regarde t-il en arrière ? Il créé un arrêt dans l’image, en opposition à la masse mouvante que forme le groupe de jeunes en arrière plan et apparaît loin du reste du festival. Comme un instant de pause dans la vitesse des diverses descentes.

 Camille Coquereau

The Cigarette Duet

The Cigarette Duet
(cc) Adélaïde Michel (20/10/2014)

« Tu n’aurais peut-être pas dû rentrer chez toi seule, en pleine nuit, alors que tu portais une jupe ». C’est sorti de la bouche d’une amie à qui j’ai confié m’être fait agresser jeudi dernier en rentrant de soirée. J’ai levé les yeux au ciel en me demandant pourquoi, en 2014, je dois encore faire attention à ma tenue vestimentaire ou bien veiller à me faire raccompagner par un ami lorsque je sors. Pour ce premier billet, j’ai eu envie de me confronter à la vie nocturne, et tenter de traduire, en un cliché ce que l’on peut y ressentir quand on y est seule, femme et victime de harcèlement de rue.

Bordeaux, Place de la Victoire, un lundi en début de soirée. Les terrasses des bars se vident à mesure que les happy hours prennent fin. C’est l’heure à laquelle les filles n’osent plus sortir seules dans la rue, ou du moins, qu’on le leur déconseille. Je m’assieds sur un large banc, mon appareil photo comme armure. Je vois cette fille débarquer de nulle part. Au loin, j’entends un homme la siffler, des paroles lui sont lancées aussi intrusives que dérangeantes. Elle les ignore, ne leur adresse ni un sourire, ni une insulte, ni un regard. Une démarche dansante. Elle est jolie et élégante. Voilà, mon sujet, c’est elle. Et tandis que j’ai l’impression d’entrer dans un rôle de voyeur, à la scruter du regard, à l’observer pendant de longues minutes, elle s’assied à quelques mètres de moi.

Je prends plusieurs dizaines de photos en gardant, à quelques exceptions près, le même cadrage et les mêmes réglages. Je tente de saisir chacun de ses mouvements. Parfois, des passants se mettront entre elle et moi, d’autre fois encore, des cyclistes derrière elle amèneront un peu de mouvement à la scène. Pourtant, c’est celle-ci que je décide de garder. Elle, assise seule, dans un duo avec sa cigarette. Il y a quelque chose d’élégant dans l’acte de fumer. Porter la cigarette à sa bouche, faire rouler la roue de son briquet, en faire jaillir une première étincelle. Celle dont le visage était dans l’ombre depuis quelques minutes s’illumine enfin à la lueur de son briquet. Ça y est, j’ai ma photo. Elle vient de se faire harceler, mais la seule émotion que je décèle dans ce visage, c’est une certaine sérénité. Le calme après la tempête.

Adélaïde Michel

Les parapluies de Bordeaux

VDCCOLINE
(cc) Coline Portet (21/10/2014)

En cette journée pluvieuse, me voilà partie à la recherche d’une photo précieuse… Visages tristes et couleurs ternes ont pris d’assaut Bordeaux. Parcourant les rues avec mon appareil photo, je décide de partir explorer un monde plus animé ou se trouve la gaieté. Quatre heure et DEMY, me voilà en plein dans un lieu où règne la fête foraine ! Fini les rues vides et les corps fantomatiques, la place des quinconces est remplie de magie et de folies. Ici il y a de la vie et de l’euphorie.

La photographie réalisée représente l’ambiance qui émane de cet événement festif mais n’oublie pas de rappeler que des gouttes de pluies viennent s’écraser au sol, à répétitions. Il y a pleins de couleurs, des manèges, des sucreries, des paillettes… Et nos héros préférés de dessins animés qui n’ont pas changés ! Sur cette image on voit la représentation de plusieurs générations. Face à nous, au centre de l’image se trouve trois jeunes adolescents qui marchent vers l’avant, vers l’avenir. Mais il y a aussi des personnes un peu plus adultes : la femme en noir, qui se trouve en amorce du cadre à gauche et la femme en rouge qui est à gauche de l’écran. Dos à nous et plus tournées vers le passé, elles s’embarquent dans ce petit paradis de part leur simple présence ici.

Ce qui me touche dans cette captation d’instant, est à la fois la représentation du retour à l’enfance qu’elle renvoie et de l’esprit de solidarité qu’elle dégage. Petits et grands, tout le monde est présent et tout le monde est lié. Les parapluies me semble être l’élément le plus important de la photo puisqu’ils permettent de rattacher les générations et les personnes entre elles. La femme en noir à gauche de l’écran tient son parapluie au dessus de la femme en rouge et cette dernière, au dessus des jeunes qui arrivent en face d’elle. Cela forme une chaîne en diagonale, une continuité qui coupe la photo et qui la renforce. La femme, au centre de la photo, de par sa couleur rouge accentue ce côté conte de fée et retour en enfance. Elle semble tout droit sortie d’une comédie musicale où se chanterait « Singing in the rain »…

Coline Portet

Arrêt Hôtel de ville

photo master
(cc) Jeanne Vidal-Giraud (21/10/14)

Partie faire ma photo sans avoir vraiment réfléchi à l’événement que je souhaitais photographier, je sors du tram et vois ces trois enfants jouant au foot avec une canette au milieu de la foule des gens qui attendent. Je commence à les mitrailler, en pensant que cela fera un cliché sympa. Je n’ai même pas le temps de prendre trois photos que leur mère les appelle car il est l’heure de rentrer. Finis le foot, pas le temps de se dire au revoir, pas le temps de prendre une photo sympa, le tram n’attends pas.

J’aime le mouvement dans cette photo, les gens qui se croisent, qui se pressent à l’entrée du tram. La dynamique des personnages et la composition du cadre est également intéressante. Le petit garçon se retourne vers ses amis et il est séparé d’eux par un gros poteau blanc. Ce qui me plait aussi dans l’esthétique de cette image c’est le reflet sur les vitres du tram, je voulais et je trouvais intéressant d’avoir les gens à la fois de dos et de face. Cela renforce l’impression de fourmillement.

J’ai choisi cette photo car elle est le fruit d’un hasard, elle n’est pas construite contrairement à d’autres photos que j’ai pu prendre ce jour là. Je l’ai prise dans le feu de l’action car mes petit personnages s’échappaient de mon cadre. C’est grâce à eux que ce nouveau cadre prend tout son sens. Je trouve touchante la façon dont ils se regardent. Ils doivent se quitter parce que le tram est là, que maman a dit de se dépêcher et qu’ils n’ont pas vraiment le choix. Cela illustre un moment réel de la vie bordelaise, que tout le monde vit : Quand le tram arrive, la vie s’arrête. Quand le tram arrive, on monte dedans!

Jeanne Vidal-Giraud