Archives de catégorie : Série 9

Il était une fois une enveloppe…

Billet 6

Faire un billet, c’est toujours une grande histoire. On sait où elle commence mais on ne sait jamais comment elle se termine ni où elle nous conduit. Mélanger trois photos que j’avais prises pour en faire un objet non identifiable, tel était l’enjeu. On m’a soufflé une idée qui, romantique comme je suis, m’a séduite : faire un collage avec ces trois photos de sorte à fabriquer une enveloppe que j’enverrais à mon adresse personnelle. La question étant la suivante : quelle transformation aura subi ce bout de papier, deviendra-t-il une « œuvre d’art » ? Je n’avais cependant pas pensé au fait que cette enveloppe ne puisse point arriver !

J’ai donc décidé d’imprimer mes trois photos en noir et blanc et je les ai découpées de sorte à fabriquer une enveloppe type A4 pliée en trois. J’ai écris mon adresse en vert, j’ai collé un timbre blanc et rouge, puis au dos, j’ai apposé un sceau de cire. Après quelques péripéties, la lettre est arrivée à destination. Quelles transformations avait-elle subies ? Et bien, en haut le cachet de la poste « La poste France » suivi de chiffres, des vagues sur le timbre et en bas des petits traits orange. Au dos, mon cachet de cire avait disparu ! (sous le joug des machines). J’ai ouvert cette enveloppe de sorte à lui donner un format A4 et j’ai colorié en noir l’espace dans lequel j’avais écrit mon adresse. J’y ai vu comme un bustier de femme en haut de la feuille et comme un caleçon d’homme en bas ! Aurais-je fantasmé une « oeuvre d’art » ?!!

Julie Morales

Combustion spontanée

 

(cc) Manon Harsigny (20/02/2014)
(cc) Manon Harsigny (20/02/2014)

À la manière de Len Lye grattant sa pellicule au siècle dernier, je m’aventure aujourd’hui dans la manipulation de photographies dématérialisées et leur applique en toute innocence un lot de filtres numériques hasardeux. L’acte reste semblable, je modifie l’image au gré de mes envies, ne me fiant à nul autre que mon instinct. C’est de l’expression spontanée, de la photographie expérimentale. En m’efforçant de ne rien calculer, je commence par modifier les échelles de ces trois photos – publiées dans mes précédents billets -. Pour la première (échec et mat), je ne souhaite que garder l’arrière-plan, je zoome donc sur les arches et oublie l’homme qui focalisait le regard au centre de l’image. Pour la deuxième photo (entrez !), j’essaie plusieurs cadrages puis m’arrête sur le bas de la porte, j’aime les perspectives et les lignes que la lumière souligne. Pour la troisième photo enfin (sur la route), je reste sur l’échelle de base et constate en superposant les trois que les lignes s’agencent harmonieusement. S’ensuit une série de filtres que j’applique et annule suivant les rendus satisfaisant plus ou moins ma vue. Le filtre découpage de Photoshop donne un aspect de ruines délabrées à l’architecture de la première image, j’approche de quelque chose mais quoi? En augmentant la saturation de la troisième photo, je progresse encore mais l’issue reste incertaine. Je trafique la seconde photo sans bien savoir quel filtre j’applique puis mon travail se précise. Je pose un dernier filtre Noir/Blanc puis ajoute une texture de grain photo et m’y voilà ! Je ne peux plus toucher. C’est ce vers quoi je tendais sans trop le savoir, un mix de mes trois photographies aux allures de négatif brûlé.

Le résultat semble être le produit d’un développement argentique raté, une photographie brulée par l’acide, un négatif retrouvé dans les cendres d’un vieil incendie. J’aime ce rendu, il m’interpelle, me saisit, m’angoisse même un peu. Les histoires se bousculent dans mon esprit, tentant d’expliquer l’existence de cette photographie dont je suis pourtant l’unique créatrice. Ce qui me séduit particulièrement dans cette image trompeuse, c’est qu’elle évoque le travail de la matière photographique alors qu’elle n’est issue que d’un trucage numérique. Je la nomme ainsi « combustion spontanée » en écho à l’acte impulsif de modification de l’image et à son rendu final, illusoire.

Manon H.

Sans fin

(cc) Morgane Kerarvran (le 01/03/2014)
(cc) Morgane Kerarvran (le 01/03/2014)

Pour ce travail, j’ai joué avec plusieurs des photographies faites lors des billets précédents. Quand je dis jouer, ce n’est pas figuratif, c’est littéral. J’ai griffonné sur chacune d’entre elles, gommant certains personnages,  bougeant les formes, modifiant la saturation, si bien qu’elles étaient toutes méconnaissables.  Finalement je n’en ai gardé que deux : la plus sombre et la plus lumineuse. Le contraste laissait présager quelque chose d’intéressant, et j’espérais créer une ambiance, une esthétique fantastique. Sans me donner d’instruction précise , j’ai découpé des morceaux d’images, et j’ai tenté de les fondre entre elles. Je n’avais fais aucun croquis, aucun schéma, je me suis laissée porter par les outils photoshop, testant, retouchant, découvrant certaines fonctions que je ne connaissais pas. Tout ce que je désirais, c’était de ne pas faire d’abstrait, pour changer.

Le résultat ci-dessus me plait. Même si le personnage n’est pas à la hauteur de mes espérances, dessiner avec un trackpad n’étant pas évident, l’ambiance est là. Tout se chevauche, s’entrelace. Je n’aurais jamais créé une « oeuvre » de ce style si j’avais dû la planifier, anticiper plus le résultat. Normalement, on écrit, on fait des esquisses préparatoires. Ici, j’ai dû y aller au « feeling », ce qui m’a permis de découvrir des nouvelles façon d’agencer, de faire avec du déjà fait. Finalement rien n’est jamais terminé, cela me plait. Je ne sais pas exactement pourquoi je me suis arrêté à ce résultat, je trouve qu’il n’en faut pas plus et cette image représente bien l’univers esthétique que je me suis forgée ces vingt trois dernières années.

Morgane Kerarvran

Dark doo wap

(cc) Chloé Hernandez (01/03/2014)
(cc) Chloé Hernandez (01/03/2014)

Superposition, surexposition, incrustation, lumière tamisée, crue, je joue avec les trois photos qui me servent d’ingrédients pour créer cette photo expérimentale. Aucune intention de départ. Je superpose les photos les unes sur les autres. J’ajoute des effets, je mélange, je transforme et je m’arrête. Ce qui apparaît sous mes yeux me plaît, quelque chose commence à se former. Puis je recommence, j’ajoute, je supprime, je modifie certains effets pour trouver « autre chose ». Le plus dur dans ce genre d’exercice, c’est d’aller plus loin, d’oser recouvrir son travail d’une nouvelle couche, d’abandonner une substance pour voir une autre naître. Toucher au côté « sacrale » de son oeuvre en détruisant ce qu’on a créé pour construire de nouveau. Le hasard a sa part de réussite. Il permet aux différents éléments sur la photo de trouver leur harmonie et de créer un ensemble visuel cohérent.

En regardant l’image qui résulte des trois autres photos,  j’ai l’impression d’être confrontée à une photo en cours de développement. Elle dégage un aspect énigmatique, étrange, que l’on a envie de comprendre. Une photo qui peu à peu livre ses secrets, son histoire en se dévoilant.

Chloé Hernandez

Agencement Kaleidoscopique

(cc) Florence Delavaud (02/03/2014)
(cc) Florence Delavaud (02/03/2014)

Dans son ouvrage « Critique de la faculté de juger », Emmanuel Kant dira : « le beau est ce qui plaît universellement, sans concept ». Cette définition se heurte à celle de la photographie conceptuelle, dont l’objectif, à mon avis, est davantage basé sur la démarche que la reproduction d’une esthétique prédéfinie. La démarche ne signifie pas que tout élément est mis en scène, le hasard et l’incertitude ont une place importante dans le résultat final, les aléas climatiques, la lumière… Ce qu’appelle Godard « la mise en scène est danger ». Un danger, ou une opportunité. L’incertitude, voilà le mot qui pourrait définir mon travail de montage photo. Peu habituée à retoucher mes images, je commence par imaginer une manière d’intégrer mes trois photos, de les imbriquer les unes dans les autres. Et c’est étonnamment difficile. Je me remémore un jouet que je possédais petite, le kaléidoscope. L’œil collé a la lentille, le tube de miroir reflétait à l’infini lumières et couleurs. Les images se mêlaient, de manière géométrique.

Sur logiciel, je taillade les photos, je prélève des mains, je les juxtapose, je modifie les couleurs. Je crée un double à l’un de mes personnages, et j’inverse sa silhouette, j’en modifie la teinte. Je retourne l’image, elle me semble géométrique. Mais je ne parviens pas à intégrer ma dernière photo, après maintes tentatives je jette l’éponge. Ce montage rassemble les deux photos précédentes, le personnage est devenu fantomatique, les formes et couleurs se juxtaposent. Enfin, je rajoute un effet de reflet dans l’eau pour accentuer la symétrie tout en brouillant l’image. Voici un site qui permet de modifier les photos en ligne avec de nombreux effets, notamment le kaléidoscope : http://www.tuxpi.com/photo-effects/kaleidoscope

Florence Delavaud