Archives de catégorie : Série 8

La douceur de l’oisiveté

Capture d’écran 2015-03-15 à 19.24.14Le sujet libre de ce billet son m’a immédiatement évoqué le bonheur et la nostalgie habituelle des souvenirs de vacances. Et puisque les vraies vacances, comme je les conçois, ne sont que détente, soleil et problèmes absolument sans intérêt, j’ai décidé de les retranscrire dans cette écriture sonore.

J’ai donc reproduit le paysage et l’ambiance sonore des mes vacances et surtout les conversations jamais très profondes qui agrémentent les journées piscine. J’ai téléchargé des sons typiques des vacances sur les sites soundfishing et soundbank et enregistré ma voix que j’ai modifié afin de simuler une conversation entre deux personnes.

J’ai également joué sur les sons Mono et Stéréo pour donner plus de densité au résultat et essayé de gérer les volumes sonores des différents pistes pour ne pas choquer l’oreille. Cependant, la réverbération de la pièce dans laquelle j’ai enregistré ma voix est présente dans le final et correspond difficilement à une réverbération extérieure.

Louise Tressens

Back to the futur

Sujet libre? Au départ, aucune idée ne me venait… Parfois, une bribes de concept fleurissait dans mon esprit. J’essayais mais je n’arrivais pas à recréer concrètement ce que je m’étais imaginé. Mes ébauches n’étaient pas concluante. Je ne trouvais pas l’inspiration. C’est bien plus tard, en regardant le film Retour vers le futur, réalisé par Robert Zemeckis, que j’ai pensé à m’approprier cette histoire, à la réecrire. Dans ce billet, j’allais construire ma machine et raconter ma propre histoire de voyage dans le temps. Pour l’introduction, j’ai utilisé des sons d’outils normaux puisqu’il s’agit du passage qui se passe sur terre. Je n’ai pas ajouter d’effet à la voix du personnage. En revanche, pour la suite de ce billet, il a fallu que je trouve des sons du quotidiens qui puisse être utilisé dans le domaine de la science-fiction. J’ai utilisé des sons de voiture, des captations de certaines répliques de films, d’interférence radio, de micro-onde, pour créer le bruit de la machine qui remonte dans le temps. La voix du personnages a été ralenti et l’effet « réverbération » y a été ajouté. La chute de l’histoire est que la personne n’a pas atterri sur la bonne planète, sans vraiment savoir si elle a réussi à remonter dans le temps. Pour la langue de l’extra-terrestre, je me suis référé au film La soupe au choux.

Camille NIVAT

Psycho patchwork from outta space

Aujourd’hui je n’avais pas envie de m’enregistrer. Pourtant à la base mon idée pour ce billet son libre, c’était d’enregistrer une fausse émission de radio inspirée du célèbre événement  radiophonique d’Orson Welles racontant la Guerre des Mondes. Je pensais en faire une version moderne en racontant que plein de gens de tout horizons avaient décidé de faire exploser la Tour Eiffel et que dans Paris se déroulait une guerre sans merci. Et puis finalement en écoutant Orson raconter son histoire, je me suis dit que j’avais bien envie de raconter une histoire d’extraterrestre. J’ai commencé à penser aux différents films avec des martiens et autres aliens, puis à d’autres films sans aucun liens dont j’appréciais les dialogues, et enfin à des musiques.

Pour ceux qui n’auraient pas tout saisi, et c’est bien normal, cette histoire raconte l’arrivée d’un être venu de l’espace (« We came in peace ») et la rencontre entre cet extraterrestre du nom de Nobody qui souhaite conquérir le monde avec un homme curieux de savoir d’où il vient. Bien sûr c’est ma propre interprétation, et je vous à la votre. Si vous n’y trouvez aucun sens, vous pouvez toujours essayer de reconnaître d’où viennent ces sons. Amusez-vous bien.

Marion Souquet

« Satisfaction garantie » – séquence 3b : Des doutes quant à Tony…

Claire jeta un regard en dessous à Tony et baissa la voix :

– Et si jamais je le mettais en colère ?

– Inutile de parler à voix basse, dit le Dr Calvin avec calme. Il lui est impossible de se mettre en colère contre vous? [C’est] ce que nous appelons la Première Loi des la Robotique […] « Un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, restant passif, laisser cet être humain exposé au danger. » Tout les robots sont construits ainsi. [Nous avons besoin de] vous et de Tony pour effectuer une première expérience pour notre gouverne, tandis que votre mari se rendra à Washington afin de prendre les arrangements nécessaires pour procéder aux tests légaux.

– Cette opération serait donc illégale ?!

Larry s’éclaircit la gorge :

– Pour l’instant, oui. […] Il ne quittera pas la maison et vous ne devrez le laisser voir de personne. C’est tout… Je resterais bien avec [toi] Claire, mais je connais trop bien les robots. Il nous faut opérer avec la collaboration d’une personne complètement inexpérimentée afin d’obtenir des informations sur les cas les plus difficiles. C’est indispensable.

– Dans ce cas… murmura Claire. (Puis une pensée la frappa soudain:) Mais quelle est sa spécialité ?

– Les travaux domestiques, répondit brièvement le Dr Calvin.

Elle se leva pour prendre congé et ce fut Larry qui la reconduisit jusqu’à la porte d’entrée. Claire demeura tristement en arrière. Elle aperçut son visage dans la glace surmontant la cheminée et détourna hâtivement les yeux. Elle était très lasse de sa petite figure de souris fatiguée, et de sa chevelure floue et sans éclat. Puis elle surprit les yeux de Tony posés sur elle et fut sur le point de sourire, lorsqu’elle se souvint…

Il n’était qu’une machine.

SB1
(cc) Dorian D. (16/02/2014)
SB2
(cc) Dorian D. (16/02/2014)

Un storyboard ? David Hurst, producteur émérite soutien pourtant que cela n’est pas d’une grande utilité en dehors de l’écriture de dessins animés. Qu’importe, le paradoxe n’est-il pas fondateur du sens ? Mon extrait illustre le moment où le Dr Calvin présente le robot humanoïde à Claire Belmont. Les « débats avec la Production » ne permettent pas encore de définir avec précision les caractéristiques physiques de l’humanoïde ; de plus, les facteurs indiciels au sein de la nouvelle sont rares. C’est pourquoi j’ai pris le parti de ne pas croquer son visage. Enfin, plutôt que de réfléchir à une perspective purement artistique de cette adaptation, j’ai souhaité octroyer un caractère professionnel à cette première commande, en intégrant des annotations techniques, une représentation plus précise du décor et un détail de la position des mains de l’humanoïde. Les deux plans représentés se veulent avant tout représentatifs des deux axes de caméra les plus distincts, permettant ainsi une vision globale de l’agencement du futur plateau de tournage.

J’ai fais le choix de dessiner uniquement l’indispensable dans le cadre et de ne pas m’attarder sur des détails absents du scénario. L’utilisation du crayon à papier possède plusieurs atouts. D’abord, l’erreur est permise, la correction l’est donc tout autant, rendant ainsi possible les adaptations en fonction des modifications du scénario. De plus, une gamme de douze crayons plus ou moins gras m’ont permis non seulement une grande variétés de tons gris, mais également une grande rapidité dans l’exécution du dessin monochromatique.

Dorian D.

« Satisfaction garantie » – séquence 8

A peine eut-elle franchi le seuil de la pièce qu’elle éprouva une nouvelle surprise :
– Vous avez astiqué les meubles ?
– Le travail est à votre convenance Mme Belmont ?
Elle ne put que répondre aigrement :
– Vos pareils auront tôt fait de nous réduire chômage.
– Mais rien ne peut égaler le génie créateur et l’éclectisme d’un cerveau comme le vôtre.
Claire rougit et murmura :
– Mon cerveau ? Vous pouvez le prendre !
Tony s’approcha quelque peu :
– Vous devez être bien malheureuse pour prononcer une telle phrase. Puis-je vous aider?
Un instant, Claire fut sur le point d’éclater de rire. La situation était d’un ridicule achevé : un brosseur de tapis articulé, un laveur de vaisselle, un astiqueur de meubles… qui venait lui offrir ses services comme consolateur et confident…

 (cc) Jonathan Rochier (16/02/2014)
(cc) Jonathan Rochier (16/02/2014)

J’ai souhaité recréer une sorte d’univers graphique steam punk, en rapport avec la portée futuriste du propos de la nouvelle d’Isaac Asimov et de son ancrage narratif. La technologie que nous connaissons aujourd’hui est admise de tous et la projection futuriste que nous livre l’auteur est nécessairement faussée puisqu’elle n’est pas cohérente avec la réalité que nous connaissons. Le style steam punk me paraissait donc tout à fait adapté. Jules Verne, référence de cette esthétique, nous livre une vision futuriste du XIXème, et ses machines permettant de voyager dans le temps et l’espace sont d’un charme singulier de part leur excentricité improbable.

Afin d’adapter ce texte à une dynamique cinématographique, j’ai raccourci certains passages et j’ai épuré les dialogues pour aller à l’essentiel du propos. J’ai également pris des libertés pour la dernière image, il me semble que la gêne ressentie par Claire à ce moment-là est bien plus intéressante que le mépris qu’elle ressent à l’égard de Tony. J’ai donc souhaité accentuer cette émotion et représenter visuellement le malaise par le jeu d’acteur.

Jonathan Rochier