Archives de catégorie : Série 7

Amour Amour

Manon Sultana (cc)
Manon Sultana (cc)

 

Après avoir écouté ma création en cours je me suis rendu compte que mon idée ne marchait pas à la fois dans son rythme mais, aussi dans le thème. Par rapport aux autres travaux je me suis rendu compte qu’il fallait que je fasse plus simple pour être plus efficace et mieux comprise de l’auditoire. J’ai donc décidé de mettre en scène un père qui endort son enfant. Je l’ai donc fait monter des escaliers, pousser une porte et actionner une boite à musique. Pendant la chanson Amour Amour du film Peau d’Âne de Jacques Demy, l’enfant interagit grâce à ses balbutiements et son hoquet. Le père lui dit de se taire pour s’endormir. Lorsque la boite s’arrête l’enfant est en phase de sommeil et le père redescend doucement vers le rez de chaussé pour vaquer à ses occupations. Je trouve que l’on comprend mieux ce qu’il se passe, que le rythme ne donne pas de bloque de son et que le ton reste toujours le même. Je n’ai pas voulu utiliser de voix, car je n’avais pas de matériel assez bon pour comprendre mes paroles et aussi pour tenter de faire comprendre seulement par des sons la scène qui se déroule.

Nova

(cc)Moyano Lucile (25/01/2014)
(cc) Moyano Lucile (25/01/2014) 

Dans l’obscurité, le feu s’approprie les formes et les couleurs des objets. Il est parfois même la raison de leur existence, comme ce halo projeté au pied de la bouteille telle une traîne impalpable. Prendre une gerbe d’étincelles en photo était la promesse de fixer un instant unique dans mon image, de découvrir après coup des formes que l’œil n’aurait pas soupçonné. C’est l’eau qui a ici servi à l’alliage des éléments, les compactant dans son reflet jusqu’à ce que se dessine cet étrange corps céleste. Il irradie dans un décor si sombre, pétillant de la promesse d’un feu nouveau.

Fascinée par la lumière que produisent les flammes, j’ai décidé de prendre celle-ci à la fois comme sujet et comme unique source d’éclairage pour réaliser ma photo. Ce sont alors une simple bougie chauffe-plat, et un de ces mini-bâtons de feu d’artifice que l’on plante sur les gâteaux d’anniversaire que j’ai placé derrière une bouteille en plastique remplie d’eau. Ainsi, la lumière se déforme et semble appartenir au liquide même, projetant un fabuleux jeu de reflets sur la table. Dans le noir complet, alors que mon petit feu d’artifice crépitait à toute allure, j’ai pu prendre ma photo.

C’est en réfléchissant sur son rapport à l’espace que nous pouvons attribuer du sens à cet OVNI lumineux. Le plan inférieur, à la fois support d’ombres et de reflets, remonte jusqu’à tracer une limite graphique entre les opposés : blanc et noir, ciel et terre, vide et matière. L’objet central reproduit cette séparation en présentant deux fluides, comme refusant de se mélanger l’un à l’autre. En haut, il s’estompe et semble se fondre dans la noirceur oppressante. Le feu parviendra-il à survivre dans tout ce vide ? Tel est le mystère de ma supernova.

L’impact

(cc) Tiphaine Robion (26/01/2014)
(cc) Tiphaine Robion (26/01/2014)

La photographie permet de capter des instants qui auraient disparu de notre mémoire s’ils n’avaient pas été immortalisés. Et puis, parfois, on capture une image qui n’a jamais fait partie de notre mémoire, car notre œil n’a même pas eu le temps de la voir : l’impact d’un objet sur l’eau, le moment où il heurte la surface pendant un tout petit instant, pour ensuite rebondir et continuer sa trajectoire, en est un parfait exemple. La magie de la photographie, c’est aussi nous donner à voir des phénomènes naturels mais invisibles : l’appareil fait office de révélateur de cette beauté dissimulée.

Pour réaliser cette photographie, j’ai mis en place un dispositif consistant à tendre un film plastique entre les deux volets de ma fenêtre et à le remplir d’eau. J’ai ensuite demandé à un ami de lancer une petite balle à un mètre de hauteur dans l’eau et ai déclenché l’appareil en vitesse d’exposition de 1/2000 secondes et en mode rafale, afin d’avoir plus de chances de capturer le moment où la balle heurte l’eau. Pour disposer de suffisamment de lumière, j’ai installé ce dispositif à l’extérieur, ouvert le diaphragme de l’appareil à 5,6 et poussé les ISO à 1600.

L’idée de cette photographie m’est venue assez rapidement, mais la mise en place du dispositif n’a pas été aussi simple : comment gérer la luminosité tout en utilisant une vitesse rapide ? Comment installer ce dispositif ? Va-t-il tenir ? Dans mon imaginaire, la photographie avait un fond neutre et coloré, et la prise de la bonne photo allait se faire rapidement, grâce au mode rafale : après la prise de plus de 400 photos différentes, des déclenchements au mauvais moment, des mises au point ratées, j’ai compris que pour découvrir la magie de la photographie, il fallait s’armer de patience.

 Tiphaine Robion

Têtu, t’es-tu vu ?

Têtu, t’es-tu vu ? (cc) Sylvestre (25/01/2014)

Il y a des moments où, réalisant qu’on fait fausse route, notre esprit s’élève et dresse le bilan de la situation. On s’observe, on pose un regard extérieur sur soi-même. Les faits sont là, l’isolement se fait sentir. Avec les nouvelles technologies nous nous enfermons dans notre bulle, bercé par une illusion de vie sociale permanente et sans coupure, mais virtuelle.

Pour mettre en scène cette histoire, j’ai décidé d’adopter deux positions différentes en une prise de vue unique avec un temps de pose de 30 secondes, afin de créer cette dualité. Avec ce temps de pose j’ai choisi une faible ouverture (f/13) afin de ne pas surexposer l’image. J’ai choisi de plonger la scène dans le noir et de l’éclairer à l’aide d’une simple lampe de bureau, surmontée d’un sac plastique rouge afin de créer une ambiance particulière et d’atténuer la puissance de la lampe. J’ai également placé un objet devant la lampe de manière à créer une ombre au niveau du mur en pierre, car étant clair il aurait été trop présent à l’image face au lit sombre.

Le cadrage de la photographie a permis un découpage en tiers. Horizontalement, la photo est « découpée » par le haut de la barrière et la jambe gauche du personnage allongé. Verticalement on a dans le premier tiers gauche le corps, puis au centre la tête du personnage allongé et enfin le personnage debout dans le tiers droit. Le lit étant sombre, le personnage allongé a uniquement la tête en légère transparence, contrairement à son corps. Cela confirme l’état du personnage : un corps présent mais un esprit ailleurs. Aussi, les barreaux au centre de l’image renforcent l’enfermement de celui-ci. Enfin, le livre sous le lit est excentré, contrairement au smartphone qui est au centre. Le livre est comme un passé qui tend à être oublié, au profit de la technologie.

Sylvestre

Cette enfance qui nous retient…

Cette enfance qui nous retient. (cc) Vincent Duquennoy (25/01/14)
Cette enfance qui nous retient. (cc) Vincent Duquennoy (25/01/14)

Ce sont nos souvenirs qui nous maintiennent en enfance, telle est l’idée que veut montrer cette photo, donnant l’illusion de me faire étrangler par le cowboy Woody. Ce personnage n’a pas été utilisé au hasard, car le film « Toy Story » des studios Pixar représente bien cette idée à travers cette bande de jouets qui ne veulent pas être oublié par leur propriétaire. Personnellement, ce jouet compte beaucoup pour moi car il m’a été offert lorsque j’étais enfant et j’ai tout fait pour le conserver afin de me souvenir de cette époque. Même le tee-shirt représentant le logo du groupe de rock The Who illustre cette époque, car mon père les écoutait souvent avec plaisir, même encore aujourd’hui.

Pour réaliser ce montage, il s’agit là d’une simple illusion d’optique de taille, donnant l’impression que Woody est plus grand et me surplombe pour renforcer un côté dominateur. Pour cela, le jouet a simplement été surélevé par rapport à moi-même, et un fil a servi à lui tendre le bras, pour donner cette impression d’étranglement. Même la taille des ombres sur le mur sont là afin de renforcer cet aspect. Aucun effet ou filtre particulier n’a été utilisé sur cette photo, et pour finir, le drap bleu du fond peut faire penser à une sorte de cabane, afin d’appuyer l’aspect désordre que peut avoir une chambre d’enfants.

Si on devait caractériser cette image, on pourrait faire référence au syndrome de Peter Pan, cette expression utilisée pour désigner l’angoisse liée à l’idée de devenir un adulte, ainsi que le désir associé de rester enfant, en référence au personnage éponyme du garçon qui ne voulait pas grandir. Nous avons tous peur du temps qui passe, et donc de vieillir, et les jouets que nous avons conservés nous rappellent qui nous étions. Il s’agit d’une peur que nous devons accepter et avec laquelle nous devons apprendre à vivre , même si certains jours, on aurait bien envie de se glisser à nouveau dans la peau de l’enfant que nous étions, afin de profiter à nouveau de tous nos anciens jeux en toute insouciance.

Vincent DUQUENNOY