Archives de catégorie : Série 6

Life

    « On se rencontre on se demande la main … mais quelle Louise maman ? ». La vie se résume-t-elle à ce chemin encore vierge pour les enfants et qu’ils racontent avec autant de certitude et de criante vérité ? Sommes-nous déjà vieux avant que d’être ? Le chemin est-il déjà si bien balisé que dès le plus jeune âge il nous cerne, nous enferme, nous consomme et nous broie ? Toutes ces questions m’assaillent à l’écoute de ces enfants qui ne savent de la vie que ce qu’on leur en dit, que ce qu’on leur en laisse percevoir, que ce qu’on leur en impose. Et pourtant la vie est si belle si on veut se donner la peine de sortir de la voie, et emprunter quelque chemin de traverse. Cependant, malgré cette magnificence, la fin peut être abrupte et surprenante. Peut-être est-ce là le paradoxe qui donne du sens à notre existence.

    J’ai choisi de créer cette bande-son en assemblant des bribes de mots et de phrases pour en faire une sorte d’histoire de la vie. J’ai sélectionné ces extraits sans chercher à nécessairement en préserver le sens au profit de celui que j’ai donné à mon histoire. D’abord confronté au syndrome de la page blanche, j’ai choisis d’illustrer les propos des enfants par des sons, donnant une trame à la narration. Cette création m’a aussi permis d’aborder l’utilisation du logiciel Adobe Audition. En écrivant ces lignes, je ne sais plus, finalement, si le son sert le propos ou si le propos sert le son. Il a été difficile pour moi de créer avec un corpus imposé, mais je m’y suis accroché car comme disait Goethe, « on peut aussi bâtir quelque chose de beau, avec les pierres du chemin… »

Dorian D.

Intimité piquée

P1030530
Sarah Vasseur (12/01/2014)

Un jour sur deux, avec mon copain, on se pique. Enfin, on le pique. Pour l’instant, j’apprends à le faire. Il a la sclérose en plaques. Dans son cas, avec les choix qu’il fait, cela sous-entend des intraveineuses 3 fois dans la semaine. Au début, son père s’en chargeait puisqu’il est infirmier. Aujourd’hui nous vivons ensemble. Il a appris à se faire les injections lui-même, mais ce n’est pas facile. Alors j’apprends à le faire aussi. J’ai tout de suite pensé à photographier cela car je trouve que cet acte traduit doublement l’intimité qui est entre nous : d’une part par notre rapport de couple et dans la proximité avec son corps et sa maladie. Cela traduit aussi quelque chose d’intime de ma vie.

Pour le comment, les choses se compliquaient. Une fois que tout était préparé, le cadrage prêt, je voulais mettre le retardateur et prendre une photo. Mais cela sous-entendait n’en avoir qu’une seule, peut-être mauvaise. On sonne à la porte. Un ami. Celui qui nous sous-loue l’appartement. C’est vrai, il devait passer, on avait oublié. Du coup, je pose l’appareil photo, fais le cadrage, certains réglages… Il appuie régulièrement sur le déclencheur pendant la manipulation. Mais il ne laisse pas le temps à l’appareil de faire la mise au point et toutes les photos sont floues.

Du coup, je suis frustrée, celle qui m’intéressait est floue.  Je la mets quand même, avec une autre photo à la une, qui est plus jolie mais pas celle que je souhaitais. En fait je n’ai pas réussi à choisir entre les deux. Et elles se complètent. Même si nous ne voyons pas son visage pour préserver son anonymat, le résultat est l’intimité reconnue à travers mon regard. Nous comprenons qu’il me regarde aussi, et je suis en train de le panser. C’est la proximité qui est saisie.

Sarah Vasseur.

L’autre en face

L'autre (cc) Morgane Kerarvran (12/01/2013)
(cc) Morgane Kerarvran (12/01/2013)

Avant tout, j’ai griffonné sur un papier, quelques mots, une espèce de définition de mon intimité. Bizarrement, je n’arrive pas à me définir,  tout ce que je sais, c’est que j’ai des yeux globuleux, des bras chétifs, une voix rocailleuse, un rire bruyant, des cernes terribles, un peu d’humour, pas mal de mauvaise humeur et des cheveux courts. Si je fais le rapprochement avec ce que disent les autres, ces adjectifs font de moi une droguée, une anorexique, une lesbienne. Depuis la cour de récré, mes « camarades » ont mis beaucoup d’énergie et ont eu beaucoup d’imagination afin de me décrire. La plupart des gens vivent à travers des clichés, des idées reçues. En fait, j’ai envie de leur crier que si j’ai les cheveux courts, c’est parce que je me trouve plus jolie comme ça, que mes yeux ne sont pas globuleux mais grands et ouverts sur le monde, que je mange trois repas par jour comme tous le monde et que je fais partie des rares personnes à se lever du pied droit le matin.

J’ai de la chance, j’ai appris à ne pas trop me soucier du regard des autres. Seulement voilà, certaines personnes vivent à travers ça, leur intimité devient un enfer à cause de l’image qu’on leur renvoie d’euxmêmes. J’avais décidé de me prendre en photo face à un miroir. Celui-ci est un des seuls moyens de pouvoir se regarder.  Je voulais que l’on me voit de dos et faire disparaître mon reflet afin de traduire l’incapacité que l’on peut avoir à se reconnaitre, se définir seul. J’ai baissé la sensibilité au maximum et mis une gélatine bleue sur le Fresnel afin de créer une ambiance fantastique, mystérieuse. Je ne voulais pas de lumière trop chaleureuse et provoquer une inquiétude, une ambiance étrange, un déséquilibre pour traduire l’incertitude.

Finalement cela n’a pas marché, on voyait toujours mon reflet dans la glace. J’ai donc joué avec, essayé d’inverser les rôles. Ainsi j’ai pu traduire l’intime, recréer mon univers en m’amusant avec les lumières, les formes. J’ai réussi à parler de mon intimité et montrer ce qui me représente. L’art a toujours été un refuge, un moyen d’expression, un exutoire. J’ai gardé ces deux photos car elles sont complémentaires: on y distingue une ambivalence, un coté sombre et un autre lumineux. On ne discerne que très peu mes traits, et les reflets semblent n’exister sans rien d’autre, comme si ils s’animaient dans la vitre pendant mon absence. C’est finalement l’idée que je me fais de mon espace, un monde d’images, de rêves, toujours actif mais inconscient.

Morgane Kerarvran

Vibrato

Vibrato
(cc) Gaylord Gauvrit (12/01/14)

Dans un précédent billet, j’avais déjà exprimé ma passion pour la musique. C’est le lieu où j’aime me perdre pour me reconnecter avec moi-même; un lieu de sensation et d’expression. Depuis plusieurs années déjà je l’utilise comme carnet de bord personnel, comme l’outil le plus pur pour m’exprimer. J’y mélange les instruments et les genres à la recherche d’une vibration sensorielle. Je n’y explique ni ne montre rien, je m’y découvre et m’ouvre sincèrement à qui saura écouter.

A défaut de pouvoir vous montrer le résultat, je vous présente ici l’outil: mon violon. J’ai choisi de vous positionner à ma place car c’est ici, le menton au contact de la caisse de résonance que la vibration est la plus forte. Pour créer cet effet, j’ai pris la photo en tenant naturellement mon instrument et j’ai positionné le plus petit appareil photo à ma disposition, mon téléphone portable, entre mes yeux et ma main. J’ai finalement pris soin de ne pas faire le point sur ma main car le sujet n’est pas là. Il est dans la vibration produite par l’ensemble.

Vous voici donc aux premières loges, dans ma tête. Vous regardez sans distinguer. Ce mur blanc sur lequel tout reste à écrire vous aveugle. Vous êtes prêt à écouter ce que vous vouliez voir. Soudain, l’instrument résonne.

Gaylord Gauvrit

Autour d’un café

(cc) Florence Delavaud (11/01/2014)
(cc) Florence Delavaud (11/01/2014)

 

S’il est un moment qui me rappelle l’intimité, c’est celui que l’on passe entre amis ou en famille rassemblés autour d’un café. C’est l’instant propice au partage et aux confidences, pendant lequel on peut se dévoiler.

Pour représenter ce moment, j’ai choisi de photographier l’intérieur d’un café,  et photographier le contenu de la table, les mains, et la fumée s’échappant des tasses. L’image de ces volutes, de la chaleur, rappelle à mon sens le confort, l’idée que l’on est dans un cocon. J’ai installé mon appareil de manière à ce que le point de vue soit au niveau de la table, voulant davantage saisir le mouvement des mains que les visages, et j’ai ensuite réalisé plusieurs essais. Les premiers n’étaient pas très concluants car mon angle de champs était réduit, et la lumière n’était pas suffisante. C’est finalement avec ce rayon de soleil que j’ai obtenu la luminosité que je souhaitais : diffuse, douce, elle traduit une ambiance chaleureuse.

Je trouve cette photo équilibrée, en accord avec mon intention initiale, puisqu’elle représente exactement mon idée de l’intimité. Elle est la seule que j’ai conservée et je que j’ai trouvée réussie.  J’aurais pourtant aimé réaliser un montage de plusieurs photos et de créer une variation sur le même thème, à la manière de Sophie Calle. Ce n’est que partie remise, et j’attends avec impatience le prochain café.

Florence Delavaud