Archives de catégorie : Série 5

Rencontre avec le Père Noël

Les premiers signes de Noël arrivent: les rues s’illuminent, les magasins ouvrent le dimanche,  mes parents me demandent d’envoyer un mail au Père Noël, ma grand-mère fait ses réserves de Mon-Chéri et le marché de Noël a ouvert ses portes. Quand on me demande où j’aimerais être à cette période, ma réponse est: ici, au bout du marché, sur les genoux du Père Noël. Retourner en enfance pour profiter pleinement de la magie et oublier que je suis au milieu d’un véritable marché.

Le stand photo du Père Noël est le seul endroit du marché où les gens s’arrêtent, regardent et s’émerveillent. Un endroit hors du temps et du brouhaha où je suis resté une heure, laissant les bribes de conversations arrivées à moi. A l’aide de mon enregistreur numérique et de mon micro canon, j’ai ainsi capturé des négociations, des cris, des rires et des larmes. J’ai également surpris le Père Noël partir discrètement uriner derrière le stand, mais bon, j’ai fermé les yeux pour mieux entendre Noël.

Gaylord Gauvrit

Angoisse du matin

Tout a commencé dans ma salle de bain. Rien n’est plus agréable, surtout en ces temps hivernales, qu’une douche chaude afin d’oublier une température ambiante avoisinant les moins cent degrés. C’est le lieu que je chéri le plus en ce moment. Plus que de réchauffer les corps, elle permet à chaque chanteur inavoué un épanouissement certain. J’étais donc partie, dans cette salle bénie des dieux, avec mon micro. Mais voilà, à l’écoute du résultat, j’ai été déçu. Cela ne donnait rien, je ne voyais pas comment partager mon bonheur grâce au son. D’un coup, j’ai été prise de panique. Que faire alors ? Aucune idée à l’horizon. Ma tête c’est mise à tourner, mes tympans tremblaient et tout est devenu claire, c’est cette sensation qu’il fallait retranscrire, ces deux secondes de vertige. Ce moment où tout paraît flou, où le cerveau déraille.

Dans l’optique de recréer cette ambiance, cette impression, j’ai tout d’abord chercher à fabriquer un son rauque, lent, un leitmotiv sonore angoissant et perturbant. Apres plusieurs recherches d’assemblages divers, j’ai choisi de modifier une seule chanson. Le son en arrière plan est extrait de « God is aways of buisness » de Tom Waits. J’ai coupé les dix premières secondes et les ai ralenties au maximum. Cela donne l’impression d’une marche lourde, assourdissante, qui empêche de penser. J’ai ajouté des respirations saccadées, apeurées, je les ai superposé, alterné la stéréo,  créant ainsi un brouhaha sonore traduisant une angoisse momentanée et soudaine et dilatée.

Morgane Kerarvran

Le pays silencieux

Une gare, c’est le bordel de la ferraille, de l’électronique, du bruit, des gens, des sons stridents. Toutes ces choses là s’y retrouvent pour former une cacophonie grinçante, aussi insupportable que… Il n’y a pas plus insupportable en réalité. Il faut l’aimer, la gare. Ce n’est pas facile. Il faut l’avoir pris des centaines de fois pour la haïr, cette gare. Il faut la découvrir le matin, tôt, lorsque personne ne l’ouvre parce que personne n’est réveillé. Il faut la retrouver le soir, tard, lorsque tout le monde se tait parce que tout le monde est fatigué de sa journée. C’est à cet instant, à ce moment figé où le passé n’existe plus et l’avenir pas encore, qu’il faut y venir, dans cette gare. La Voix s’y terre, permanente et fidèle. Elle vient accompagner par son chant le va et vient des monstres de fer, qui vont se faire leur petit rail quotidien… Dans cet habituel bazar sonore, on finit par tout oublier, par ne plus rien entendre. Tout devient si normal que plus personne ne parle, plus personne n’entend. Une gare a sa frontière, que l’on franchit toujours pour une raison. C’est un pays silencieux.

J’avais un enregistreur pour cet exercice. Je l’ai tenu en main tout au long de la captation. Contrairement à ce que je pensais, moi qui suis un habitué des trains depuis des années, il y avait très peu de bruit. Le gain était pourtant élevé. Il aurait pu l’être plus, mais c’était prendre le risque que l’on n’entende plus que le contact de ma main tremblante contre l’enregistreur. Je me suis promené avec ma valise.  Malgré moi, j’étais le seul acteur actif de ce paysage. J’ai très peu modifié la réalité de ce que je percevais. S’il fallait avouer une chose, je dirais simplement avoir rajouter le passage d’un train pour dynamiser mon paysage sonore.  Dans cette gare, aucun train ne passe. Ils ne font qu’arriver ou repartir.

Gabriel Feuvrier

Devoir sur table

Mardi 10 décembre – SCAV – Université Bordeaux 3

J’ai beau fêter mes 24 ans aujourd’hui, le devoir auquel je me prépare depuis (…) la veille me renvoie pourtant aux années lycée. J’ai préparé des fiches, j’ai révisé dans les transports et j’ai la désagréable impression que mon peu de connaissance est sur le point de s’évaporer. Trop tard, je ne peux plus réviser davantage, la question est posée, il faut se lancer ! Silence dans la salle, tout le monde retient son souffle et démarre. J’aurais dû m’agripper à cette exaltation groupée, suivre la cadence mais, comme souvent en examen, j’ai loupé le coche et fixe les autres s’animer autour de brouillons physiques ou imaginaires. Les regards fixent un savoir dématérialisé qui persiste à m’échapper. Chaque bruit est un prétexte à la déconcentration et rompt mes faibles ébauches de raisonnement. Le temps file à folle allure, j’ajoute quelques mots à ma feuille pour mieux fixer ma pensée, empêcher mon esprit de divaguer et déjà les premiers remballent leurs affaires et quittent la salle.

 C’est à travers un montage sonore que j’ai souhaité rendre compte de ce moment d’angoisse et illustrer par le son la fragilité de ma concentration et l’ambiance particulière d’une salle de cours durant un devoir. J’ai donc entrepris d’enregistrer différents moments de la fin d’un contrôle et de les assembler pour faire émerger cette atmosphère source de stress. Après avoir énoncé la question sujette à évaluation et avoir posé un temps d’arrêt sur ses mots, les stylos alentours commencent ainsi à gratter, toujours plus fort et plus nombreux et grondent bientôt comme un troupeau qui charge. Je n’entends plus qu’eux et c’est finalement le son d’une page tournée qui me rappelle à la réalité et casse l’entrain menaçant de ces stylos. Les bruits de blanco, chuchotis, passages extérieurs, feuilles et autres mouvements s’enchaînent dès lors et m’agressent un par un, me sortant toujours et encore de ma réflexion. Je tousse, manifeste ma présence pour mieux me recentrer sur mon problème, rien n’y fait ! Le départ bruyant de ma voisine résonne comme un coup de grâce et entrouvre la brèche qui isolait cette salle close du monde extérieur, emportant ainsi le peu de concentration dont je disposais.

Manon H.

Recueillement

Que peut-il se passer dans une église quand on n’y va pas pour un mariage ni pour un enterrement mais simplement un vendredi soir de décembre ? Le magnétophone en mains, mes achats de Noël sous le bras, je pense à l’église pour une ambiance sonore mais il fait presque nuit, il est tard, je dois rentrer chez moi : « J’aurais bien le temps de faire ce travail ce week-end » marmonnai-je. Hasard ou coïncidence, à deux pas de moi, une église ! Raison ou tentation ? Je pousse la porte et à ma grande surprise, quelques personnes sont assises sur ces bancs en bois, priant, éclairées par des bougies… Je m’assois discrètement, je dépose mes sacs à terre et puis comme par magie, l’église s’illumine et une dizaine de prêtres arrivent en file indienne. Que le spectacle commence !

J’avais prévu cette fois-ci d’enregistrer une ambiance sonore à l’aide d’un Zoom H1. Je ne m’en étais jamais servie, mais ça n’avait pas l’air sorcier. Je me suis assise au fond de l’église, par peur d’être prise en faute. En effet, avec un enregistreur sonore, j’avais l’impression de voler aux gens les sons captés!  Alors qu’avec la caméra, habituée à la manipuler, le geste de filmer me paraît plus franc du fait de la présence même de cet outil: que les gens aiment ou n’aiment pas, ils me voient! Une fois en place, le réel s’est mis en marche tout seul : les cloches se sont mises à sonner, les portes à claquer, les gens à entrer, les autres à prier, les prêtres à chanter… Dix minutes plus tard, je jetai à œil au bon fonctionnement de mon appareil qui m’indiqua « Full Card » ! Oh non… Je ne pouvais pas manquer cela, ça ne se reproduirait jamais : le cinéma parfois c’est comme en amour : c’est une question de moment. En une demi-seconde, je sorti mon IPhone et continuai mon enregistrement coûte que coûte. Cependant, la différence de sons entre le Z1 et l’Iphone était telle que j’ai choisi de conserver au montage seuls les sons enregistrés par le Z1. Une bonne leçon: toujours penser à regarder si la carte mémoire de l’appareil est vide avant de partir en tournage!

                                                                      Julie Morales