Archives de catégorie : Série 4

Fire in progress

Marion3photos
(cc) Marion Souquet (27/01/2015)

Au départ, j’ai pris mes trois photos de billets et je les ai superposées sur Photoshop. J’ai ensuite divisé l’image en trois parties en créant une démarcation, comme pour signifier qu’au départ il y avait trois photos et qu’elles se sont ensuite mélangées. J’ai appliqué quelques calques, joué avec la transparence, ajouté des filtres, dupliqué et modifié les images, tout cela sans idée précise. Je cherchais cependant à ce que l’on distingue toujours quelques détails importants comme les rayures du pantalon du clown, le robinet qui coule et la tête de la jeune fille. Après avoir imprimé le rendu de ces trois photos mélangées, je me suis rendu compte que l’image était beaucoup plus sombre sur papier que sur mon écran.

 J’y ai donc déposé trois bougies blanches sur les zones les plus sombres, que j’ai allumées et laissées fondre. L’avantage c’est que je ne savais pas ce que ça pouvait rendre, quelle forme prendrait la cire qui fond en s’étalant sur le papier. Après une demi-heure, une des bougies s’est éteinte, je la rallume en laissant tomber quelques gouttes sur le papier. Au bout d’une heure, une des bougies commence à s’étaler fortement sur le papier, puis elle s’éteint. Je la retire, la cire commence à durcir et j’aperçois une lune se former. Comme les bougies qui éclairent les zones d’ombres de l’image, cette lune donne l’impression d’éclairer le visage de la jeune fille en haut à gauche, de la faire ressortir grâce à ses rayons. Si j’étais candide j’y verrais presque une apparition christique.

Marion Souquet

Intérieurs

Margot se maquille - Copie
(cc) Jeanne Vidal-Giraud (27/01/15)

En contemplant ma deuxième photo, je me suis souvenue d’un des reproches qui avait été fait et j’ai trouvé l’idée de décorer cette salle de bain, afin de rattacher la scène à la réalité. J’ai donc pris mes deux autres photos, j’en ai fait des calques et j’ai réduit leur taille pour avoir un format carte postale. J’ai utilisé l’outil de distorsion sur photo-filtre pour pouvoir suivre la perspective du mur, afin qu’on ai l’impression que les photos sont collées au mur. Il a ensuite fallut que je retouche la colorimétrie des deux photos incrustées, pour qu’elles forment une harmonie avec le reste de la photo principale. Le résultat manquait de relief et de texture. J’ai essayé de penser à ce qu’il y aurait sur ces photos si elles étaient vraiment dans la pièce.  Je me suis souvenue que quand j’avais pris cette photo, je l’avais prise derrière la vitre de la douche, il me fallait donc restituer cette impression et laisser apparaître les gouttes au premier plan. Il fallait aussi recréer l’éclairage. J’ai  donc prélevé la couleur de la lumière en haut à gauche avec l’outil tampon et j’ai éclaboussé mes deux petites photos avec. Pour la touche finale j’ai rajouté un effet d’ombre sur mes deux calques pour ajouter un certain relief.

Je me suis arrêtée quand j’ai vraiment eu l’impression que ma première et troisième photo faisaient partie de la deuxième. La difficulté de ce troisième billet a été de trouver une idée pertinente qui ait du sens. J’avais fais plusieurs essais de superposition de mes trois photos en découpant personnage par personnages et en les disposant ça et là, choisissant lequel faire ressortir, lequel mettre en arrière. Je suis arrivée à un résultat intéressant, mais un résultat auquel je ne trouvais aucun sens. J’ai donc décidé de rester dans une idée de réalisme et de récréer l’ambiance de ma photo principale et d’en imprégner les deux autres photos. J’ai trouvé qu’il s’agissait d’une manière originale d’utiliser mes trois photos tout en gardant un côté assez réaliste.

Jeanne Vidal-Giraud

Mr Pruneau, Niki et Lucy

Fantômes

Après avoir réveillé Photoshop, somnolant aux côtés de ses camarades Illustrator, In design, et Première Pro, je positionne successivement et distinctement les trois personnages dans le même cadre, à l’aide du mode calque. Dans le but de favoriser une rencontre.  Je joue ensuite avec les contrastes et les palettes de couleurs Rouge Vert Bleu.

Et ce, jusqu’à ce que les personnages initiaux se transforment en fantômes. Monsieur Pruneau, Lucy et Niki occupent le paysage bordelais. Depuis leur première rencontre, ils se retrouvent occasionnellement; s’embrassent, s’enlacent et se prélassent. Libres de vivre à plein temps, ils n’ont ni de contraintes de temps, de température, et d’état d’esprit. La température annuelle avoisine les 30°c. Monsieur Pruneau, Niki et Lucy ont pour unique occupation de savourer l’instant présent.

Elsa Maji

SOUP

 

Dans un premier temps j’ai imprimé mes photos en plusieurs exemplaires, puis je me suis amusé à découper mon premier billet photographique en lamelles. Au début je voulais créer un effet de différentes dimensions, en découpant de la même manière mes autres photos et faire en sorte que si on est à droite on voit une photo et que si on est à gauche on en voit une autre. Pour cela, il aurait fallu que le travail final soit une performance avec du relief et pas une photographique. J’ai alors décidé de couper les lettres de mon anamorphose et recréer un mots, en l’occurrence « soup » puis j’ai laissé la photo de mon frère en entier pour que le spectateur de ma photo ne voit plus d’image concrète.

J’ai souhaité reprendre l’ambiance du bar pour faire en sorte qu’on pense être la nuit. J’ai donc pris un support rouge afin de rappeler les lumières du comptoir. Après ça j’ai pris une première photo puis je suis passée devant mon bureau où était posée ma photo, mes papiers se sont envolés. En réalité cet effet m’a plut mais pas en photo. C’est pour ça que j’ai posté sur notre site internet mon avant dernière photo et non ma dernière.

Xila

 

 

Quête du silence, suite !

Ces sons ont tous au moins un un point commun. D’abord, ils ont tous été enregistrés pendant le même week-end. Mais aussi, j’ai choisi ces sons parce qu’ils représentent un moment particulier, spécifique, bien précis, durant lequel j’enregistrais sans forcément savoir tout ce qui allait en ressortir, et qu’ils font en même temps référence à toute une partie de ma vie. Je voulais raconter une histoire avec ces sons à la fois familier et hors du commun. D »autres sons, inattendus, se sont greffés, et m’ont permis de raconter encore autre chose. C’est la rencontre de deux philosophies de vie, deux façon de vivre en communauté qui se rencontrent, se mélangent, et finalement se rejoignent. C’est l »histoire du silence, qui, toujours recherché, est toujours rattrapé par notre chaos intérieur. C’est l’histoire du silence qui ne se trouve toujours que à l’intérieur. Au départ, on le cherche extérieurement, et puis, finalement, quel que soit ce qu’il se passe autour, tout se tait…

J’avais une idée de départ. Mais n’étant pas facile à mettre en œuvre, j’ai simplement posé mon appareil, et j’ai enregistré ce qu’il se passait (beaucoup de choses en même temps, en l’occurrence). Finalement, je me suis retrouvée avec un enregistrement qui durait plus de 1h. Et un autre de 30 minutes. Il m’a fallu beaucoup de temps et de sueur pour trier, sélectionner, couper et créer l’histoire que je voulais raconter. D’autant que je ne le savais pas vraiment moi-même. J’avais une trame de départ qui s’est beaucoup modifiée à l’écoute de l’assemblage des sons. Je les ai finalement  assemblés « à l’oreille », si je puis dire. J’ai utilisé le bruit des cloches pour évoquer le passage d’un état à l’autre.

Sarah Vasseur.