Archives de catégorie : Série 3

Haut les cœurs

Manon Sultana (08/12/2014) (cc)
Manon Sultana (08/12/2014) (cc)

 

Un concept, il faut que je trouve un concept. A force de faire des recherches, je me dis: « Le mieux c’est de tester! ». Alors me voilà avec des ciseaux dans une main et une tranche de pain de mie dans l’autre. Pour quoi faire me diriez-vous? Pour découper une forme de visage et grâce à une lampe faire des ombres chinoises… A vrai dire, je n’arrive pas vraiment à me convaincre. Alors je promène ma souris d’ordinateur dans des photos que j’ai prises à Grenoble. Et je me souviens d’un jour où avec des amis on avait voulu essayer les « photos lévitation ». On n’avait pas vraiment préparé quoi que ce soit, sans vraiment savoir qu’il fallait un travail préparatif. Alors qu’en fait il faut faire attention au moindre détail afin de faciliter l’illusion. Tout de suite j’ai eu envie de recommencer. Pour ce billet je voulais à la fois mettre en scène ma photographie et me mettre en scène. Comme pour me prouver quelque chose. Allô Floriane, peux tu m’aider pour ma photo?

Le 8 décembre 2014 à 18h il fait 8 degrés. En robe, une chaise sous le bras et Floriane a à mes côtés, on se rend dans un square. J’apprivoise le lieu, les lumières, les angles, les ombres, etc. Tous les détails qui pourraient nuire ou améliorer la photo. C’est bon j’ai choisi l’endroit. Je pose l’appareil et je règle les réglages : la vitesse à 1/13s, l’ouverture en F4 et l’Iso en 1000. J’essaye d’appliquer les cours de photographie tant bien que mal, je souhaite avoir un peu de profondeur avec un arrière plan net. Il faisait nuit j’ai donc adapté le temps de pose à l’ouverture. Je voulais capter le plus de lumière possible. Je choisis de prendre la photo de côté afin de renforcer l’effet de lévitation. On prend une première photo avec le décor sans la chaise ni moi. Puis il ne faut surtout pas bouger. Pieds nus, je pose la chaise sur le bloc et je me positionne dessus. Il faut que j’adopte une pose de lévitation et que je pense à ce que ma posture, mes habits, mes cheveux soient en adéquation. Il ne faut pas qu’au rendu final on remarque que j’étais assise. Vu qu’il faisait nuit, il fallait aussi faire attention aux ombres ce qui fut moins évident. Un clic, surtout sans bouger l’appareil et tout est dans la boîte. Direction la maison.

Carte SD dans l’ordinateur, il faut ouvrir Photoshop. Je ne voulais rien modifier dans les saturations ou autres, seulement rendre réel mon effet. Je positionne mes calques, le décor dessous et moi dessus. A l’aide de l’outil détourage je peux faire disparaître la chaise. Vient le moment de s’attaquer aux ombres. J’essaye comme je peux d’uniformiser tout cela. Quand je vois le miracle, que dis-je la supercherie, je suis contente: ça marche. Mon illusion est là, mais quelles émotions me provoquent cette photo? Je lévite en l’air, dans une position latente. Je suis autant en train de m’élever que de tomber. Chaque personne peut se retrouver dans cet état d’attente, à la fois léger et lourd. Une main en l’air et une autre en bas. Mais ce qui me marque c’est mon regard vers le haut. Rien de calculé, un acte manqué comme il en existe tant. Comme dit la chanson Haut les cœurs du groupe Fauve:

 » Haut les cœurs, Haut les cœurs, Haut les cœurs, Il faut se dire des belles choses, qu’on gardera pour plus tard ».

Manon Sultana

A la source

DSCN1684good
(cc) Marion Souquet (08/12/2014)

Contrairement aux premiers billets, l’idée est arrivée avant l’image. Pour ce billet photo « conceptuel », j’avais dans l’idée de prendre une photo en apparence anodine mais qui ne l’est pas en réalité. Une photo qui trompe. J’ai donc décidé de jouer avec un miroir, afin de prendre une photo d’un autre angle, d’un endroit où je ne pouvais pas poser l’appareil photo. Ici la photo donne l’impression que je me suis mise au fond du lavabo. Je voulais également donner une atmosphère sombre à cette image. J’avais en tête le travail de Darius Khondji, qui joue beaucoup avec les ombres et la lumière jaune, et qui donne à ses photos un cachet presque angoissant.

Pour la prise de vue, j’ai fait plusieurs tests afin d’obtenir l’effet d’ombre souhaité avec le miroir. J’ai posé le miroir dans le lavabo et j’ai fait couler un mince filet d’eau dessus. J’ai essuyé les éclaboussures  autour afin que l’on ne devine pas au premier coup d’œil que l’eau coule sur le miroir. J’ai ensuite éteint les lumières autour pour ne laisser qu’une ampoule jaune derrière moi. Prendre le reflet du lavabo en contre-plongée permet de donner une impression de grandeur au robinet, qui domine au centre de la photo. J’ai demandé à plusieurs personnes ce que leur évoquait cette photo, les possibilités d’interprétation ont été larges, autant que le thème « photographie expérimentale » le permettait.

Outre la classique interprétation phallique et la suprématie du robinet, il en est sorti une idée qui me plait plus particulièrement. Cette photo  évoquerait donc l’Eglise…C’est une grande cathédrale lors d’un sermon, le savon est imposant, il est le prêtre, au dessus des gens lambda qui y assiste. Les vitraux se reflètent sur le savon, au dessus le lavabo domine et répand l’eau, c’est la source. Cela ne se remarque pas trop à l’image mais je voulais que l’on voit se refléter l’ombre de ma main que l’on devine en bas au centre. Cette main, c’est la main qui décide du débit de l’eau, c’est la main du photographe qui met en scène.

Marion Souquet

 

Et la lumière fut

(cc) Delphine Delumeau (07/12/2014)
(cc) Delphine Delumeau (07/12/2014)

Pour ce projet de photographie conceptuelle, je souhaitais jouer avec la lumière et les reflets tout comme le travail du photographe Alain Fleischer. Dans son travail photographique, il a beaucoup utilisé les miroirs pour jouer sur les reflets. Pour mon billet, je souhaitais utiliser des matériaux différents et naturels. J’avais pour objectif de lier l’eau et le feu, deux éléments naturels contraires. L’eau est source de vie et le feu est envoûtant, son approche suscite la fascination et pourtant il est insaisissable.

Pour réaliser cette photographie j’ai donc versé de l’eau sur ma table et disposé ma bougie au centre de celle-ci. J’ai pris la photographie lors de la nuit tombée et j’ai éteint toute les lumières de mon appartement, afin d’avoir seulement la lumière qui provenait de la bougie. J’ai utilisé une faible focale et une vitesse d’obturation rapide afin que l’objet soit net. Pour prendre cette photographie je me suis positionnée très proche de l’objet et de façon à ce que le reflet de la bougie soit aussi visible que la bougie elle-même.

 Ce qui me plaît dans cette photographie, c’est la symétrie parfaite de la bougie et de son reflet, ainsi que la ligne rouge qui apparait entre les deux. Nous pouvons observer une prédominance de la flamme et de la lumière qu’elle renvoie, alors que l’eau n’est pas perceptible. En effet l’eau donne parfois une impression de faiblesse, alors qu’au contraire elle est forte. De tous les éléments terrestres, elle domine toujours, même le feu ne lui résiste pas, pourtant symbole de purification.

Le Pruneau

(cc) Elsa Maji (9/12/14)
(cc) Elsa Maji (9/12/14) 

L’idée de réaliser une photographie conceptuelle m’angoisse. Je ne connais pas les raisons, alors je cherche. D’après Arte, la photographie conceptuelle serait dépourvue de toute connotation esthétique et artistique. Le but serait de « montrer la réalité telle qu’elle est, et non telle que nous la voyons à travers nos interprétations ». Je suis donc angoissée par l’idée de réaliser une photographie neutre. Le neutre ne m’inspire pas.  Après avoir compris mon blocage, je peux le surmonter. Quitte à réaliser une photographie neutre, je souhaiterai faire passer un message sur un aliment que j’affectionne : le pruneau. Par la photographie du pruneau, j’espère éveiller la conscience des habitants du Sud-Ouest sur ce fruit sec passé aux oubliettes. La zone de production du pruneau couvre six départements du Sud-Ouest : Lot-et-Garonne, Dordogne, Gironde, Tarn-et-Garonne, Gers et Lot. Le pruneau mériterait autant d’importance que la vigne. D’après une étude diététique, le pruneau, aliment dont la teneur en fibre est incontestable, aurait des vertus laxatifs. Il permettrait la régulation du transit et du métabolisme.

 Photographier un pruneau, ce n’est pas toujours évident. Déjà, il faut choisir un beau pruneau. Ensuite, il faut le positionner correctement sur la table; de sorte à ce que l’on aperçoive ses formes distinctement. Le pruneau doit être photographié sur fond blanc, je le positionne sur une table blanche, rapproche une lumière pour l’éclairer. Je prend successivement trois photographies avec trois poses différentes : le pruneau de face, le pruneau de profil, le pruneau à la verticale. Comme je n’ai pas de macro objectif, j’utilise un moyen format. Pour que le pruneau soit net, je dois garder une certaine distance.

 Le résultat obtenu : un pruneau sur fond blanc. Jusqu’ici rien d’étonnant. N’ayant pas procédé à la balance des blancs, le fond blanc apparait jaune tungstène. Le pruneau, quant à lui, a des reflets luisants, il s’agit probablement du reflet de la lumière qui a permis de l’éclairer. Pour annuler ces effets, j’ouvre le logiciel lightroom, je modifie les paramètres de couleur en noir et blanc. La photographie noir et blanc parait plus naturelle.

Elsa Maji

OUPS ?

Ce week-end, je suis rentrée à Nantes chez mes parents. Mon père avait le souhait depuis un certain temps de faire une anamorphose dans l’entrée de la maison. Cette idée, nous venait de l’artiste Felice Varini, que l’on avait vu dans une galerie sur l’île de Nantes. On a donc placé le mot « oups ?» de manière à ce que quand quelqu’un passe la porte, la première chose qu’il aperçoive soit le mot « oups ». Lorsque la personne fait un pas de plus, elle ne peut plus distinguer le mot dans son intégralité.

Je disposais seulement de 4 lettres et d’un point d’interrogation, j’ai donc essayé de former un mot avec celles-ci, l’onomatopée « oups » en est ressorti. Dans un premier temps, j’ai apposé ces lettres autocollantes sur un couvercle translucide de punaises. Ensuite, j’ai utilisé un vieux projecteur à diapo’ des année 50 et j’ai glissé le couvercle de la boîte de punaises à la place de la de diapo. J’ai utilisé une échelle de peintre pour trouver la hauteur exacte, hauteur 1m 78, hauteur de la vision. J’ai fait une projection sur le mur, au premier plan : une porte entre-ouverte, au second : le mur. Puis j’ai indiqué au sol, avec un feutre l’emplacement exact où la porte doit être ouverte. J’ai pris un crayon de bois pour faire le contour des lettres. Après, j’ai peint l’intérieur des lettres avec de la peinture noire (2 couches). Après séchage j’ai gommé les traits du crayon de bois. Et voilà.

Cependant un problème subsiste. La porte doit toujours être entrouverte pour que l’anamorphose fonctionne. Si on ferme la porte ça donne le mot « ouis ». Et cela ne fonctionne plus du tout. De plus lorsque le porte est ouverte. On voit le mot qu’à un point de vue précis. Mais c’est ce qui rend intrigant cette « œuvre ». De plus ce que je trouve incroyable dans cette photographie, c’est l’impression que le mot « oups » a été rajouté à l’informatique.

 

 Xila