Archives de catégorie : Série 2

Soirée d’Automne

(cc) Marion Souquet (18/11/2014)

Ce que je voudrais c’est quelque chose de simple, d’intime, de mon quotidien. En fait je crois que ce qui raconte vraiment quelque chose de mon environnement, ce n’est pas uniquement ma colocataire mais surtout ce qui est au premier plan. Les deux assiettes vides, c’est le repas qu’on s’est préparé avec les restes du frigo, on a réussi à faire quelque chose de pas mal grâce à un vieux bout de vache qui rit. Les deux verres de vin c’est les restes d’une soirée, une bouteille qui traîne depuis quelques jours, pas mauvaise. Une petite cigarette avec ça, et pour terminer une barre chocolatée avec du caramel, dont on aperçoit l’emballage. J’ai mon appareil photo dans les mains, je prends ma colocataire en photo pendant qu’on mange, qu’on boit, qu’on discute.

Pas évident pour elle, elle me regarde moins et évite l’objectif. On a fini de manger, elle allume une cigarette et je prends trois photos. La première est trop sombre et la dernière trop floue, mais celle au milieu, celle-là il y a de la lumière. C’est peut-être un peu cliché, un visage éclairé par un briquet, mais je pense que ça fonctionne. Et puis il y a d’autres lumières, celle de la télévision en face qui fait refléter son ombre sur le mur et celle du réverbère de notre rue. L’atmosphère de la photo ne semple pas très gaie au premier abord, Tiphaine est seule, dans le noir, face à des assiettes et des verres vides. Sauf que je suis avec elle, elle n’est pas seule et ça change tout, ce n’est pas de la solitude.

Ce que m’évoque cette photo c’est le partage d’un bon moment. Ça parle à beaucoup de gens une situation comme celle là, ça fait appel à des références, la plus connue étant sans doute celle de L’Auberge Espagnole de Cédric Klapisch. D’ailleurs on aperçoit l’affiche du troisième volet, Casse Tête Chinois, sur la droite et ce n’est pas un hasard si on la retrouve dans notre salon. Cette bande de copains qui se découvrent  à un endroit, qui vivent leurs vies et qui se retrouvent, j’ai envie de croire qu’on sera comme ça aussi.  On se raconte nos journées, on s’amuse ensemble, on s’ennuie ensemble, on partage chacun un peu de nous, de notre intimité, de notre quotidien. C‘est mon chez-moi, mon environnement, simple,  rassurant.

Marion Souquet

Petit Frère

cc Delphine Delumeau
(cc) Delphine Delumeau (16/11/2014)

Ce weekend là, j’étais rentrée chez moi à Angers, dans ma maison familiale. Je souhaitais thématiser mon billet sur la famille. Tout au long de ce weekend j’ai pris plusieurs photos de l’intérieur de ma maison et aussi des objets symboliques comme des cadres photos de ma famille. J’ai finalement demandé à mon frère s’il était d’accord de poser avec moi et il a accepté. Pour moi la famille c’est très important, je suis très proche de ma  soeur et de mon frère. Il me paraissait donc naturel de traiter ce sujet sur l’amour fraternel.

 Pour faire cette photo j’ai utilisé le retardateur, je n’avais donc pas le total contrôle de mon appareil. N’ayant pas de trépied, j’ai posé mon appareil sur ma commode. J’ai cadré de façon à ce que les sujets apparaissent en entier sur la photo, afin que l’on s’intéresse beaucoup moins au décor. J’ai ensuite pris la liberté de modifier ma photo en la passant en noir et blanc. Cela permet de créer davantage de contrastes et le rendu en noir et blanc est bien plus esthétique que la photo originale en couleur.

 A travers cette photo, je voulais illustrer notre complicité, car avec mon frère nous avons une relation très fusionnelle. Dans cette photo il y a bien une idée de fusion, car nos deux corps se mélangent et ne font presque plus qu’un. Nous apercevons seulement une tête, deux mains et deux bras. En effet mon bras au dessus apparaît comme la continuité du bras de mon frère. Le lieu dans lequel a été prise la photo est un environnement très personnel puisqu’il s’agit de ma chambre d’enfant. Aujourd’hui mon frère fait une tête de plus que moi, il grandit si vite que j’ai l’impression que le temps m’échappe. Et maintenant que j’ai quitté le nid familial, je ne peux plus avoir un œil sur lui. Cependant quand nous nous retrouvons nous sommes toujours aussi complice.

Delphine Delumeau

Toute une histoire

Manon Sultana 18/11/14 (cc)
Manon Sultana 18/11/14 (cc)

Le thème du deuxième billet:  » ce que mon « environnement personnel » peut raconter à tous. Une journée dans mon studio seule avec mon environnement. Je regarde dans mes cartons de déménagement et je vois tout mes souvenirs. Il y a des livres, des films, des photographies prisent avec un appareil jetable Kodak, des carnets de poèmes, des dessins, des affiches, etc. Je n’ai pas vraiment voulu sortir tout ça des cartons, comme si je gardais ma vie dans le noir. Et pourtant toutes ces choses en disent tant sur moi. Mais elles peuvent aussi en dire tant sur ce que l’on peut garder de nous dans des boites au fond de nos placards.

Par rapport au premier billet je ne savais pas vraiment ce que je voulais. Je pensais prendre toutes mes chemises ou mon lit, des choses qui me ressemblent tant. Mais rien ne me semblait être adapté au sujet. Et c’est là où j’ai fait le tour de mon studio. Ce ne fut pas long pour trouver ces boites sous mon bureau. Dans les objets qui me tiennent il y avait une lettre que je devais ouvrir à une certaine date, une « morte » mexicaine: « la muerte », une feuille vierge de correspondance, des billets de train pour Faire Grenoble/Bordeaux, un carnet de mes poèmes, une photo de Catherine Deneuve dans le film Les parapluies de Cherbourg avec le DVD du film à côté et toutes les photos prisent avant mon départ de Grenoble sur une même feuille. Puis j’ai vu ma table de chevet au « loin ». Pour moi une table de chevet c’est là où se trouve tous les objets qu’on utilise avant de dormir. Où l’on trouve tout ce qui nous rassure, nos habitudes, des photos, des films qu’on vient tout juste de terminer. Je trouvais intéressant de combiner cette table de chevet et mes « objets » les plus personnels. Comme si tout ces objets vivent toujours avec moi et hantent mes rêves.

J’ai mis en place de manière sentimentale ces objets que je garderai toujours dans ces cartons de traverses. Je ne suis pas une professionnelle de la photographie mais j’aime en faire. J’ai utilisé l’appareil photo de Floriane, qui est un Nikon. Avec l’objectif qu’elle avait mis sur l’appareil j’ai pris ma photo en plongée. Il n’y avait pas ma lumière centrale du studio, mais celle de la « cuisine ». Je n’ai pas voulu rajouter le flash car les couleurs me paressent plus naturelles ici. Je ne savais pas vraiment si j’allais prendre la photo au niveau de la table de chevet ou en hauteur. Les photos prisent au niveau n’étaient pas bonnes car on voyait le fond du studio et je ne trouvais pas ça esthétique. Par contre, avec le parquet en dessous la photo me paraissait plus chaleureuses et en adéquation avec cette idée de souvenirs. En tous les cas ces objets personnels auxquels je tiens, vous en avez aussi dans vos placards. Allez donc y faire un tour.

Manon Sultana

Au revoir Léon

(cc) Louise Tressens 17/11/2014
(cc) Louise Tressens 17/11/2014

Léon, c’était mon ours en peluche. Mon doudou, comme on dit dans le jargon. Un sacré guerrier, qui après le quintal de bonbons que je lui ai caché dans son molleton déchiré, affichait toujours le même sourire bienveillant. Si le mot intime implique de dévoiler une partie de soi, je me risque à tomber dans le ridicule en rendant hommage à Léon et à sa gloire passée. De toutes manières le choix était vite fait, c’était soit Léon soit mes orteils rigolos. Je n’ai plus de vernis, donc j’ai choisi Léon, toujours fidèle au poste, dix ans après. Le weekend du 16 novembre, j’ai intégralement rangé le cloaque qui me sert de chambre et en pleine fouille archéologique sous mon lit, je me suis retrouvée main à patte avec mon bon vieux Léon qui vivait ses vieux jours le museau dans la poussière.

Mon appareil photo digne de ce nom étant officiellement en fin de carrière, je m’en suis remise à mon smartphone. Aucun réglage ne fût nécessaire, si ce n’est d’enclencher le flash. Après plus amples recherches sur mon logiciel photo, l’ouverture de l’appareil intégré à mon téléphone était réglée sur f/2,8, la vitesse sur 1/15 et la focale était de 3,85 mm. Concernant la construction de la photo, je trouvais intéressant de mettre en valeur le contraste de l’image entre le parquet roux, le pull rouge de Leon et les draps blancs. J’ai orienté l’appareil en plongée afin de bien distinguer les lettres dorées inscrites sur le pull rouge. S’il faut être totalement honnête, j’ai du mettre en scène le modèle  Léon en le laissant apparaître légèrement de dessous le lit, comme un symbole.

J’ai choisi de prendre Léon en photo, à moitié caché sous le lit, car il représente pour moi un des marqueurs de mon enfance et même au delà puisque j’ai eu du mal à m’en passer avant mes treize ans. Le retrouver en rangeant ma chambre m’a forcé à me remettre en mémoire tous les moments où cet ours a compté pour la petite fille que j’étais. Cette photo évoque le besoin que l’on a, ou plutôt que j’ai, de revenir sur le passé, de me lamenter en constatant que tout était plus simple avant. Je ne refuse ni de vieillir ni d’avancer mais c’est en trouvant ce genre de souvenir que l’on comprend le sens du mot nostalgie. Léon n’a pas retrouvé sa place sur mon lit mais profite désormais d’une retraite paisible dans une boîte à chaussure, respectueusement rangée, comme un souvenir digne de ce nom.

Louise Tressens

L’univers de la rue

(cc) Lisa Delpech (19/10/2013)
(cc) Lisa Delpech (19/10/2013)

L’idée, que je me fais du photographe reporter, est qu’il ne photographie pas sans raison. En effet, après des essaies infructueux de promenade dans les rue de Bordeaux, je n’avais plus envie de déambuler sans motifs. Qu’est-ce que j’avais envie de montrer ? Me voilà partie pour les « Vibrations urbaines », où je pensais avoir matière à photographier. J’avais envie d’exposer une jeunesse bondissante et un univers qui est important pour moi ; le skate, les graffitis et le Hip hop. On pouvait sentir l’enthousiasme et l’hésitation des futurs participants pour la compétition. Chacun à son tour montrait ce qu’il savait faire. Il y eut un moment d’accalmie, où j’ai vu ces trois jeunes curieusement immobiles. Tous trois dans la même position, avec en face d’eux, ces mots « Street univers » : leur univers.

J’ai commencé par faire pleins de clichés, sans trop réfléchir à mon placement, à la lumière ou encore aux sujets que je prenais. Ce fut la partie la plus difficile du travail. Puis petit à petit, je me suis sentie plus à l’aise et j’ai fini par comprendre ce que je recherchais. Donner un sens à mes photos. C’est à ce moment là que j’ai pu prendre cette image. Ce n’est qu’en la regardant sur grand écran qu’elle me paru comme une évidence. Les couleurs sont sommaires rappelant le béton des rues, seul le jaune illumine la photo. La géométrie du cliché me plait. Elle me donne l’impression que les personnages sont sur scène, en train de se mettre en place.

Lisa Delpech