Archives de catégorie : Séries 2013-2014

La douceur de l’oisiveté

Capture d’écran 2015-03-15 à 19.24.14Le sujet libre de ce billet son m’a immédiatement évoqué le bonheur et la nostalgie habituelle des souvenirs de vacances. Et puisque les vraies vacances, comme je les conçois, ne sont que détente, soleil et problèmes absolument sans intérêt, j’ai décidé de les retranscrire dans cette écriture sonore.

J’ai donc reproduit le paysage et l’ambiance sonore des mes vacances et surtout les conversations jamais très profondes qui agrémentent les journées piscine. J’ai téléchargé des sons typiques des vacances sur les sites soundfishing et soundbank et enregistré ma voix que j’ai modifié afin de simuler une conversation entre deux personnes.

J’ai également joué sur les sons Mono et Stéréo pour donner plus de densité au résultat et essayé de gérer les volumes sonores des différents pistes pour ne pas choquer l’oreille. Cependant, la réverbération de la pièce dans laquelle j’ai enregistré ma voix est présente dans le final et correspond difficilement à une réverbération extérieure.

Louise Tressens

Amour Amour

Manon Sultana (cc)
Manon Sultana (cc)

 

Après avoir écouté ma création en cours je me suis rendu compte que mon idée ne marchait pas à la fois dans son rythme mais, aussi dans le thème. Par rapport aux autres travaux je me suis rendu compte qu’il fallait que je fasse plus simple pour être plus efficace et mieux comprise de l’auditoire. J’ai donc décidé de mettre en scène un père qui endort son enfant. Je l’ai donc fait monter des escaliers, pousser une porte et actionner une boite à musique. Pendant la chanson Amour Amour du film Peau d’Âne de Jacques Demy, l’enfant interagit grâce à ses balbutiements et son hoquet. Le père lui dit de se taire pour s’endormir. Lorsque la boite s’arrête l’enfant est en phase de sommeil et le père redescend doucement vers le rez de chaussé pour vaquer à ses occupations. Je trouve que l’on comprend mieux ce qu’il se passe, que le rythme ne donne pas de bloque de son et que le ton reste toujours le même. Je n’ai pas voulu utiliser de voix, car je n’avais pas de matériel assez bon pour comprendre mes paroles et aussi pour tenter de faire comprendre seulement par des sons la scène qui se déroule.

Back to the futur

Sujet libre? Au départ, aucune idée ne me venait… Parfois, une bribes de concept fleurissait dans mon esprit. J’essayais mais je n’arrivais pas à recréer concrètement ce que je m’étais imaginé. Mes ébauches n’étaient pas concluante. Je ne trouvais pas l’inspiration. C’est bien plus tard, en regardant le film Retour vers le futur, réalisé par Robert Zemeckis, que j’ai pensé à m’approprier cette histoire, à la réecrire. Dans ce billet, j’allais construire ma machine et raconter ma propre histoire de voyage dans le temps. Pour l’introduction, j’ai utilisé des sons d’outils normaux puisqu’il s’agit du passage qui se passe sur terre. Je n’ai pas ajouter d’effet à la voix du personnage. En revanche, pour la suite de ce billet, il a fallu que je trouve des sons du quotidiens qui puisse être utilisé dans le domaine de la science-fiction. J’ai utilisé des sons de voiture, des captations de certaines répliques de films, d’interférence radio, de micro-onde, pour créer le bruit de la machine qui remonte dans le temps. La voix du personnages a été ralenti et l’effet « réverbération » y a été ajouté. La chute de l’histoire est que la personne n’a pas atterri sur la bonne planète, sans vraiment savoir si elle a réussi à remonter dans le temps. Pour la langue de l’extra-terrestre, je me suis référé au film La soupe au choux.

Camille NIVAT

Psycho patchwork from outta space

Aujourd’hui je n’avais pas envie de m’enregistrer. Pourtant à la base mon idée pour ce billet son libre, c’était d’enregistrer une fausse émission de radio inspirée du célèbre événement  radiophonique d’Orson Welles racontant la Guerre des Mondes. Je pensais en faire une version moderne en racontant que plein de gens de tout horizons avaient décidé de faire exploser la Tour Eiffel et que dans Paris se déroulait une guerre sans merci. Et puis finalement en écoutant Orson raconter son histoire, je me suis dit que j’avais bien envie de raconter une histoire d’extraterrestre. J’ai commencé à penser aux différents films avec des martiens et autres aliens, puis à d’autres films sans aucun liens dont j’appréciais les dialogues, et enfin à des musiques.

Pour ceux qui n’auraient pas tout saisi, et c’est bien normal, cette histoire raconte l’arrivée d’un être venu de l’espace (« We came in peace ») et la rencontre entre cet extraterrestre du nom de Nobody qui souhaite conquérir le monde avec un homme curieux de savoir d’où il vient. Bien sûr c’est ma propre interprétation, et je vous à la votre. Si vous n’y trouvez aucun sens, vous pouvez toujours essayer de reconnaître d’où viennent ces sons. Amusez-vous bien.

Marion Souquet

Fire in progress

Marion3photos
(cc) Marion Souquet (27/01/2015)

Au départ, j’ai pris mes trois photos de billets et je les ai superposées sur Photoshop. J’ai ensuite divisé l’image en trois parties en créant une démarcation, comme pour signifier qu’au départ il y avait trois photos et qu’elles se sont ensuite mélangées. J’ai appliqué quelques calques, joué avec la transparence, ajouté des filtres, dupliqué et modifié les images, tout cela sans idée précise. Je cherchais cependant à ce que l’on distingue toujours quelques détails importants comme les rayures du pantalon du clown, le robinet qui coule et la tête de la jeune fille. Après avoir imprimé le rendu de ces trois photos mélangées, je me suis rendu compte que l’image était beaucoup plus sombre sur papier que sur mon écran.

 J’y ai donc déposé trois bougies blanches sur les zones les plus sombres, que j’ai allumées et laissées fondre. L’avantage c’est que je ne savais pas ce que ça pouvait rendre, quelle forme prendrait la cire qui fond en s’étalant sur le papier. Après une demi-heure, une des bougies s’est éteinte, je la rallume en laissant tomber quelques gouttes sur le papier. Au bout d’une heure, une des bougies commence à s’étaler fortement sur le papier, puis elle s’éteint. Je la retire, la cire commence à durcir et j’aperçois une lune se former. Comme les bougies qui éclairent les zones d’ombres de l’image, cette lune donne l’impression d’éclairer le visage de la jeune fille en haut à gauche, de la faire ressortir grâce à ses rayons. Si j’étais candide j’y verrais presque une apparition christique.

Marion Souquet