Archives de catégorie : Atelier Dessin

“Satisfaction garantie” – séquence 22

Laurence Belmont passa devant le bureau du Dr Calvin, et, mû par une imputation soudaine, frappa à la porte. Il trouva la psychologue en compagnie du mathématicien Peter Bogert, mais il n’hésita pas pour autant.

– Claire m’a déclaré que l’US Robots a payé tout les frais de transformation de ma maison… dit-il.

– Oui dit le Dr Calvin. Nous avons assumé ces dépenses, estimant qu’elle faisaient nécessairement partie d’une expérience pleine d’enseignements. Votre nouvelle situation d’ingénieur associé vous permettra désormais d’entretenir ce train de vie, je suppose.

– Ce n’est pas ce qui m’inquiète. Du moment que Washington a approuvé les tests, je pense que nous pouvons nous procurer un nouveaau modèle TN dès l’année prochaine.

Il fit le geste de sortir avec hésitation, puis se ravisa avec non moins d’hésitation.

– Eh bien, Monsieur Belmont ? demanda le Dr Calvin après un léger silence.

– Je me demande… commença Larry. Je me demande ce qu’il c’est réellement passé chez moi durant mon absence. Elle — Claire — me semble tellement différente. Ce n’est pas seulement son apparence… bien que je sois littéralement stupéfait, je l’avoue. (Il eut un rire nerveux.) C’est elle ! Et pourtant je ne reconnais plus ma femme… Je n’arrive pas à m’expliquer…

– A quoi bon chercher ? Êtes-vous déçu en quoi que ce soit des changements intervenus ?

– Au contraire. Mais  cela ne laisse pas de m’effrayer un peu, voyez-vous…

– A votre place, je ne me ferais pas de soucis, Monsieur Belmont. Votre femme c’est fort bien tirée de l’aventure. A franchement parler, je n’attendais pas que l’expérience des enseignements aussi complets. Nous savons exactement quelles corrections il conviendra d’apporter au modèle TN, et le mérite en revient entièrement à Mme Belmont. Si vous voulez le fond de ma pensée, j’estime que vous êtes davantage redevable de votre avancement à votre femme qu’à vos propres mérites.

Cette déclaration sans fard fit tiquer visiblement Larry. [Note de la réalisatrice : Il serre les mâchoires.]

– Du moment que cela ne sort pas de la famille… conclut-il de façon peu convaincante avant de prendre congé.

P1030581
(cc) Sarah Vasseur (28/03/2014)

Ce passage de la nouvelle est essentiellement centré sur le dialogue. Il existe deux temps : Celui où Larry marche dans le couloir et entre dans le bureau, puis les échanges entre lui et le Dr Calvin. Le dialogue en lui-même comprend deux moments-clefs : Celui où Larry sous-entend qu’il s’est probablement produit quelque chose de « pas très catholique » pour que Claire ait changé à ce point, et celui où le Dr Calvin lui assène qu’il n’aurait jamais eu seul les talents nécessaires pour obtenir une promotion, sans les miracles réalisés par sa femme durant l’expérience… Les trois vignettes proposées ci-dessus représentent ainsi ces différents éléments…

A l’aide de mon crayon à papier et de quelques crayons de couleur, j’ai choisi de représenter un plan de Larry dans le couloir, on le suit en traveling ; puis un plan d’ensemble, valable pour ses entrée et sortie, mais aussi pour resituer ponctuellement la conversation dans le décor du bureau ; enfin un plan serré sur le visage de Larry, pour mieux capter ses émotions et les différentes expressions de son visage. J’ai souhaité « mixer » l’univers futuriste d’Asimov, avec le côté vintage des personnages dû à l’année de publication de la nouvelle. J’ai choisi paradoxalement de donner un côté « rétro » au laboratoire du Dr Calvin, lui conférant ainsi l’aspect d’un cabinet de « psychanalyste pour robots ». En revanche, je souhaitais que le couloir de l’US Robots soit résolument futuriste, en s’affranchissant des règles de l’architecture contemporaine. Ici, les murs sont incurvés, donnant au décor l’aspect d’un tunnel qui n’est pas sans rappeler l’intérieur du vaisseau de 2001 Odyssée de l’Espace.

Sarah Vasseur

« Satisfaction garantie » – séquence 20

« Ils avaient fait leur entrée, en groupe, avec un tel luxe d’urbanité… la meute se préparant à la curée… avec leurs yeux scrutateurs auxquels rien n’échappait. Ils avaient vu. Sinon pourquoi Gladys aurait-elle réclamé Larry de sa voix la plus désinvolte ? Et Claire, piquée au vif, d’adopter une attitude de défi que le désespoir rendait encore plus arrogante.
Oui, il est absent. Il sera de retour demain, je suppose. Non, je ne me suis pas ennuyée seule. Pas le moins du monde. Au contraire, j’ai vécu des instants passionnants. Et de leur rire au nez. Pourquoi pas ? Que pourraient-ils faire ? Larry comprendrait le fin mot de l’histoire, si jamais elle venait à ses oreilles. Il saurait que penser de ce qu’ils avaient cru voir.
Mais ils n’avaient aucune envie de rire.
Elle en lut la raison dans les yeux pleins de fureur de Gladys Clafern, dans sa conversation étincelante mais qui sonnait faux, dans son désir de prendre congé de bonne heure. »

Gabriel Feuvrier [23/03/14]
(cc) Gabriel Feuvrier (23/03/2014)
Gabriel Feuvrier [21/03/14]
(cc) Gabriel Feuvrier (23/03/2014)

Le storyboard de la séquence 20 tient compte du peu d’informations présentes dans ce passage et donc de la difficulté de le traduire en images. Le brouillon que j’avais fait contenait 15 plans et procédait d’une certaine interprétation du texte. Après avoir ouvert à ses « amis », Claire s’excuse et va dans la salle de bain, afin de se rafraîchir et de noyer ses doutes. Les ont-ils vraiment surpris, elle et Tony le robot, alors qu’ils allaient s’embrasser ? Elle rejoint ensuite le salon et s’en suit un échange entre elle et Gladys, dialogue que je retranscrit ici d’une manière davantage cinématographique :

GLADYS : Larry n’est pas là ?

CLAIRE : Non. Il est absent.

GLADYS : Quand revient-il ?

CLAIRE : Je ne sais pas. Demain, je suppose.

GLADYS : Ah. Bien. Ce n’était pas trop difficile d’être toute seule ?

CLAIRE : Pas le moins du monde. Au contraire, j’ai vécu des instants passionnants… Tu sais, je n’ai pas besoin de lui pour m’amuser.

Les plans que je propose dans ce storyboard sont très symétriques, presque mécaniques, un peu à la manière d’un robot. Dès lors, je trouvais intéressant d’imaginer une réalisation très carrée, tout en lignes verticales et horizontales lors des déplacements des personnages. De même, l’opposition entre Gladys et Claire est marquée par le traitement de face de leur échange. Ainsi, le champ et le contre-champ s’opposent de façon symétrique. Claire est à gauche, Gladys à droite. Enfin, pour le dernier plan, j’ai choisi d’interpréter littéralement la phrase « Elle en lut la raison dans les yeux pleins de fureur de Gladys Clafern » en projetant dans l’œil de Gladys la fin de la séquence 19 de son point de vue, comme un flash-back. Voir l’œil de Gladys nous permet de rester dans un présent diégétique tandis que le flash-back nous ramène dans un passé proche, tout en nous offrant un point de vue différent. Rétrécir la pupille (et non pas dilater comme j’ai pu l’indiquer par erreur sur mon storyboard) permet de souligner l’étonnement de Gladys.

Ces plans se s’enchainent pas. Il leur faut des intermédiaires, notamment entre les plans 2 et 3. En effet, on ne voit pas les invités de Claire entrer dans la maison. J’ai dessiné les plans que j’estimais être les plus intéressants et importants. Les deux premiers plans ne sont pas vraiment présents dans le texte. En réalité, il s’agit d’une interprétation des émotions de Claire. J’ai voulu renforcer sa crainte d’avoir été découverte en assombrissant, voir en plongeant dans le noir, l’intégralité du cadre, elle exceptée, comme lorsqu’on se relève trop vite et que notre vue s’obscurcit temporairement. Je pense que le texte aurait mérité un paragraphe supplémentaire pour tous les questionnements et inquiétudes de Claire. Toutefois, il ne s’agit que d’une piste interprétative, traduisant une volonté de renforcer l’attention du spectateur sur les émotions de Claire.

Gabriel Feuvrier

“Satisfaction garantie” – séquence 19 : Ciel, les rideaux !

(Vignette n°1)… A ce moment, la sonnette de la porte d’entrée tinta. Elle se débattit quelques instants, le souffle court ; (vignette n°2) l’instant d’après, il avait disparu et de nouveau la sonnette se faisait entendre. Son grelottement intermittent se renouvelait avec de plus en plus d’insistance. (Vignette n°3) Les rideaux des fenêtres de façade avaient été ouverts. Or, ils étaient fermés un quart d’heure plus tôt. Elle en était certaine. (Vignette n°4) Par conséquent, on les avait vus. Tous avaient dû les voir… et ils avaient tout vu… tout !

Dessin Julie Morales
(cc) Julie Morales (23/03/2014)

Faire un story-board fait appel à deux compétences minimum : la réalisation et le dessin. Cela signifie qu’à partir du scénario, il faut imaginer son découpage en plans et mettre en scène l’événement (valeur de plan, cadrage, mouvement des personnages, mouvement de caméra). Une fois tout cela imaginé, il faut le dessiner ! Sachant qu’entre ces deux compétences demandées, je ne possède que la première (la seconde m’ayant été refusée à la naissance), j’ai donc décidé de privilégier la compréhension. J’ai donc effectué un découpage efficace et ajouté aux dessins des indications pour le chef opérateur, le chef électricien et l’ingénieur du son.

Après avoir lue la nouvelle, j’ai découpé mon texte en quatre plans correspondant à quatre unités de temps distinctes : la scène où ils sont surpris par la sonnette ; la scène où elle se retrouve seule et tourne la tête vers la fenêtre ; un insert sur la fenêtre et un contre-champ sur son visage effrayé lorsqu’elle comprend que les gens ont pu les voir, car les rideaux étaient ouverts. J’ai choisi la lumière comme fil conducteur de ces quatre plans. Ainsi, j’ai d’abord placé la fenêtre puis les personnages, j’ai défini les valeurs de plans et enfin je suis passée à l’aspect pratique. Les modèles de dessin m’ont grandement aidés !

Julie Morales

« Satisfaction garantie » – séquence finale (24)

(cc Gaylord Gauvrit 24/03/14)
(cc) Gaylord Gauvrit (24/03/14)

Adapter une nouvelle pour le cinéma. L’exercice fatidique. L’ultime épreuve où vont se mêler coups de crayon, coups de génie et coups bas à l’encontre de l’intégrité artistique de mes camarades. Premier round : adapter l’ensemble des descriptions pour visualiser l’univers imaginé par Isaac Asimov. Penser les lieux, les personnages et les objets pour donner corps à cette nouvelle, « Satisfaction Garantie ». Deuxième round : adapter le rythme du texte, propre au roman, vers un rythme cinématographique. Raccourcir les dialogues interminables d’Asimov, découper les séquences en plans, penser la mise en scène et l’éclairage. Bim ! premier K.O. face à un véritable travail d’adaptation. On remonte sur le ring et bim ! nouvelle contrainte dans les côtes : il faut adapter la fin de l’histoire pour la rendre plus contemporaine.

L’exercice semble perdu d’avance. La foule se fait entendre, grognant, soufflant et sifflant. Elle monte sur le ring. L’arbitre ne peut contenir leur fureur. Les crayons sifflent au-dessus des têtes, les gommes rebondissent sur les murs et les tailles crayons se taillent. Morgane tue à main nue un pastel dont le sang noir vient se rependre sur ses mains. Julie, rouge de fureur, déclare forfait. Sur le bord du ring, elle compte les blessés. Manon, héroïque, chausse ses patins, roule sur les morts et éclabousse le public de pelures de gomme. D’un coup de bassin assassin, elle me projette contre le sabre laser de Gabriel qui me transperce. Aaaaaargh !

Gabriel: Nooooooon !
Gaylord: Gabrieeeeeeeeeel, arrgh. Qu’est-ce tu foutais encore avec…. arrgh… avec ton sabre laser… ?!
Gabriel (tenant Gaylord dans ses bras): Gaylooooord, je suis désolééééé… Tu connais ma passion pour Star Wars. C’est plus fort que moi.
Gaylord (dans un soupir): Mais pourquoiiiii ? argh. Ah… ahhh… Gabriel ? Gabriel… écoute… argh… dit à Julie Laffont… que j’ai fait de mon mieux… arrgh… pour le storyboard.

Gaylord Gauvrit

« Satisfaction garantie » – séquence 17 bis

« Elle avait lancé les invitations et, comme Tony l’avait prévu, elles furent agrées. Il ne lui restait plus à présent qu’à attendre l’ultime soirée. Elle vint en son temps. La maison était méconnaissable au point qu’elle s’y trouvait presque étrangère. Elle la parcourut une dernière fois – toutes les pièces avaient changé d’aspect. Elle-même portait des vêtements qui lui eussent paru invraisemblable autrefois… mais une fois qu’on a osé, ils vous apportent confiance et fierté. Devant le miroir elle essaya une expression d’amusement condescendant et le miroir lui renvoya magistralement sa moue hautaine. Qu’allait dire Larry ?… Curieuse chose, elle ne s’en inquiétait guère. Ce n’est pas lui qui allait apporter des jours d’activités passionnées. C’est au contraire Tony qui les emporterait avec lui. Phénomène étrange entre tous ! Elle tenta de retrouver l’état d’esprit qui était le sien, trois semaines auparavant, et n’y parvint aucunement. »

(cc) Chloé Hernandez (23/03/2014)
(cc) Chloé Hernandez (23/03/2014)

Le storyboard. Comment donner vie à une séquence, traduire le texte en image ? Je devais illustrer le passage ci-dessus et tenter de comprendre comment il nous serait montré au cinéma. Chercher la mise en scène, les plans les plus judicieux, afin de rester fidèle au récit original, mais surtout de rendre possible l’adaptation cinématographique.

J’ai opté pour un travelling latéral nous révélant les pièces de la maison transformée, plutôt que suivre la protagoniste au travers des différents espaces, car je ne pense pas que ce point de vue aurait été intéressant uniquement pour désigner la transformation des lieux. Il aurait au contraire, centré l’action sur le personnage de Claire marchant à travers la maison. Sur la seconde vignette, j’avais imaginé une nouvelle fois un travelling mais vertical cette fois-ci, suivant le corps de Claire – et donc sa propre métamorphose – des pieds jusqu’au menton. Elle est en train d’ajuster ses nouveaux vêtements devant le miroir. Un symbole fort. Elle contemple son reflet de femme digne et fière, capable de rivaliser avec ses voisines. Le travelling s’arrête juste avant de dévoiler le visage de Claire, nous passons au plan suivant. Le gros plan nous présente son reflet dans le miroir, une partie d’elle, de dos, en amorce. J’ai choisi cet angle de vue pour illustrer ce qui était dit dans le texte. Son expression devant le miroir, la contemplation de la « nouvelle » elle, celle qui va accueillir les mégères et qui se sent armée face à l’adversité, grâce à ses nouveaux vêtements.

J’ai imaginé le personnage de Claire, une fois « relooké » par Tony, comme une sorte de « Bree Van de Kampt » (personnage de la série Desperate Housewives), une beauté distinguée des quartiers chics. Je l’ai habillé d’un chemisier de satin bleu pour renforcer le côté « banlieusard » et renforcer la dignité du personnage à arborer des vêtements qu’elle n’osait porter autrefois et qui la rendent fière aujourd’hui.

 Chloé Hernandez