Archives de catégorie : Atelier Collage

Ariptrot

Ariptrot
Ariptrot. (cc) Soline Testard (13/03/2014)

Le portrait d’une personne permet son identification. En manipulant des parties disproportionnées du visage, il est possible de créer quelque chose de nouveau, d’inattendu. La bouche posée sur l’épaule permet de déformer, de transformer le corps pour atteindre une hybridation entre la photo de base et le corps d’un autre individu. « Ariptrot », est d’ailleurs un anagramme du mot « Portrait ». A travers cette photo, on retrouve la bouche pulpeuse d’une femme mais aussi une main d’enfant, une moustache au niveau de la bouche et un œil posé sur la poitrine. Tant d’éléments qui parlent d’eux même d’une personnalité recomposée à partir des personnes croisés dans une vie.

Pour mon collage, j’ai décidé de le traiter sous Photoshop qui est un logiciel qui me permet de donner libre cours à mon imagination. Je suis donc allée cherché des images sur internet que j’ai découpé et incrusté sur mon visage. Pour cela, j’ai traité l’œil en l’incrustant et j’ai redessiné la moustache pour la rendre plus poilue que la photo de base tout en m’effaçant la bouche. J’ai également appliqué une ombre au bras d’enfant pour créer un effet de profondeur et j’ai découpé mon propre bras en recomposant le fond pour y intégrer la bouche pulpeuse. Au final, nous sommes le fruit d’une multitude d’expériences.

Soline TESTARD

Debout, traits verticaux!

(cc) Julie T. 15/03/2014
Debout, traits verticaux! (cc) Julie T. (15/03/2014)

Pour ce collage, je souhaitais prendre un portrait déjà coloré à la base, pour en faire ressortir les couleurs. Après avoir observé différentes techniques de collage d’artistes, j’ai essayé de trouver une technique inexistante, ou plutôt que je n’ai pas trouvée chez ces artistes. Le but n’était donc pas de tenter de faire la même chose, mais plutôt de créer une « nouveauté ». Une fois le travail terminé, j’ai recherché des collages qui auraient été faits ainsi : cela est confirmé, je n’ai donc rien inventé ! Outre l’idée que cela rappelle des portraits découpés de façon verticale en prenant différents visages de personnes pour n’en constituer qu’un (ce qui m’a sans doute inspirée inconsciemment), il existe bien des collages d’artistes qui utilisent la verticalité, pour autre chose que la recomposition de visage. Jelly Roll Race a opté pour cette technique dans une de ses œuvres abstraites. Cette technique verticale peut également rappeler les tableaux triptyques, développés aux XIIème et XIIIème siècles.

Le collage a alors été fait avec une « charte graphique » de lignes verticales. Après avoir trouvé une demi-douzaine de magazines, j’ai sélectionné des pages avec des couleurs dont j’allais avoir besoin. Les couleurs ont été respectées hormis la jupe, pour laquelle j’ai utilisé des bouts de magazines désunis. La quasi totalité du reste du collage comporte des morceaux de papier unis. Pour chaque élément (les cheveux, le visage, le tee-shirt, la verdure, les pierres), j’ai utilisé deux à trois couleurs différentes et proches de façon à créer un dégradé de couleurs. Alors, debout traits verticaux!

Julie T.

Chirurgie photographique

Chirurgie photographique (cc) Laetitia Stoffel (16/03/2014)
Chirurgie photographique. (cc) Laetitia Stoffel (16/03/2014)

Pour ce dixième billet, j’ai choisi de réaliser un collage numérique, car je suis plus créative et plus à l’aise avec un logiciel informatique, qu’avec une paire de ciseaux et de la colle. Je me suis inspirée des travaux « Age Maps » de Bobby Neel Adams qui consistent en la superposition de deux portraits d’une même personne. Ce photographe américain a centré une grande partie de son travail sur la transformation du corps humain causée par le temps et la vie. Dans les années 1980, il utilisait une technique de photomontage qu’il appelle « photo-surgery », qui consiste à modifier des portraits au travers du découpage et du collage. Le résultat est original et particulièrement bluffant dans la mesure où deux différentes périodes temporelles sont figées dans une même image, grâce à l’association de deux photographies d’une même personne, prises à deux époques différentes. C’est cette sorte de saut dans le temps immortalisé que je voulais recréer avec mon propre portrait.

Pour cela j’ai sélectionné deux photos de moi : une première très récente, et une seconde datant de mes six ans. J’ai ensuite utilisé le logiciel Photoshop pour superposer mes deux photos ; j’ai placé la seconde sur la première avant de la gommer pour ne laisser qu’une partie du visage apparente. J’ai utilisé divers outils pour incruster mon visage d’enfant dans mon visage d’aujourd’hui tout en essayant de rendre le portrait global uniforme. Le résultat donne un portrait dont le visage est constitué de deux faces temporellement différenciées. On retrouve mon visage d’enfant sur la partie gauche du portrait, et mon visage présent sur la droite. Ce portrait immortalise la transformation de mon visage au cours des 16 dernières années.

Laetitia STOFFEL

Quatre années découpées

4 années découpées (cc) Laetitia Schlup (16/03/2014)
Quatre années découpées. (cc) Laetitia Schlup (16/03/2014)

Quatre années passées… 2009 rappelant mon voyage à Londres où je n’étais encore que lycéenne. Fin 2013, portrait d’une étudiante presque en fin de ses études. A partir de ces portraits de quatre années d’intervalles, j’ai réalisé ce collage numérique. Celui-ci permet de regarder deux photos simultanément comme pour voir ces moments distancés par le temps mais réunis le temps d’un collage. Le découpage par bande des portraits, permet cette rencontre entre les deux années. Aucune des photos ne ressort pour laisser l’oeil se déplacer dans le collage. Les bandes de couleurs permettent d’harmoniser la lecture qui ne reste plus seulement verticale.

Les deux photos ont été désaturées afin de les mettre au même niveau d’intensité, sans qu’une photo attire l’œil plus qu’une autre par ses couleurs. Ensuite, elles ont été coupées verticalement : une bande sur deux provient de la même photo. Ce découpage rend uniquement verticale la lecture du collage. C’est pourquoi des bandes horizontales de couleurs permettent d’équilibrer l’ensemble. Ces bandes aux couleurs primaires contrastent avec le reste du collage, en niveau de gris, mais par la transparence, laissent apparaître les deux portraits pour que tout reste visible et lisible.

Laëtitia SCHLUP

 

Une pensée révolue

Une pensée révolue. (cc) Jonathan Rochier
Une pensée révolue. (cc) Jonathan Rochier (16/03/2014)

Grandiose et terrifiante.
J’étais face à elle, ne pouvant plus bouger, respirant de grandes bouffées d’air pour calmer mon cœur qui cognait mes entrailles.
Il m’assourdissait, se mêlant aux violons, créant une arythmie propre aux plus horribles désordres.
Alors que je hissais un mot au-dessus de ce vacarme,
le ciel s’affaissa et se déchira dans son divin craquement.
La seconde me parût appropriée.
L’explosion.
La douce et tétanisante.

Puis tout se mélangea.
Comme si.
Comme si le soleil avait disparu,
découpant en lamelles régulières le plus parfait des décors.
Et puis, le rouge et le noir se croisèrent.
Le noir des mauvais jours.
Et ce rouge qui fait mal aux yeux.
J’entendis le claquement des ciseaux.
Sibilances acérées.
Déchiré.
Fragmenté.
Mes doigts se posèrent sur mon visage,
et je grattai, grattai jusqu’à trouver
ce qui avait pu, caché sous ma peau,
susciter une telle apocalypse.

Mais rien.
Seulement l’eau qui coule et qui sèche.
Bien trop lentement.
Probablement.

Jonathan ROCHIER