Tous les articles par varvarastroganova

Berceuse ukrainienne

Il fait dix degrés en dessous de zéro, la neige crissent sous les pas, tandis que la nuit s’abat sur Donetsk. Dans les rues de cette ville meurtrie par la guerre, on murmure toujours « bonne nuit », sans être certain qu’elle le sera. Dans le fracas des bombes, les mères tentent d’apaiser les enfants. Ils parviennent à s’endormir, malgré les détonations qui déchirent la nuit. Ils sont désormais habitués à l’enfer de la guerre à l’enfer d’une guerre qui n’épargne personne

Screen REAPER FULL

Reflet Sphérique

Reflet Sphérique

Afin de combiner les trois photos de mes billets, j’ai tout d’abord commencé à expérimenter avec Photoshop. Mon objectif de départ était de produire une image mettant en avant l’intégralité de mes photos. Il s’est avéré que mes divers essais sur le logiciel ne m’ont pas du tout satisfaits. J’ai même eu l’impression de faire des illustrations pour le compte de tabloïds. La difficulté d’utilisation de Photoshop m’a freiné dans mon travail et j’ai donc décidé d’utiliser un autre moyen pour arriver à mon objectif.  J’ai alors commencé à photographier les photos à l’aide de mon portable.

Il est vrai qu’à chaque fois que je vois la lampe semi-circulaire qui est sur mon bureau, je me rappelle l’autoportrait au miroir sphérique d’Escher. Alors, je voulais expérimenter à mon tour l’effet de reflet qu’il peut  y avoir sur ma lampe. Comme mes photos n’étaient pas imprimées, j’ai ouvert mes 3 photos ainsi que la photo de mon essai sur Photoshop sur le bureau de mon ordinateur. J’ai également ajouté ma bouteille bleue foncée en plastique en face de la camera, mais cela n’a donné aucun résultat, l’image étant flou. Finalement, j’ai choisi la photo la plus belle de toutes mes tentatives, c’est-à-dire celle étant la mieux cadré et la plus originale.

Varvara Stroganova

Premier hiver à Bordeaux

10836541_10205406146537629_722721411_n
(cc) Varvara Stroganova (08/12/2014)

Pendant la saison d’automne j’ai profité du beau temps à Bordeaux. Il est difficile d’y croire mais à Moscou l’hiver arrive dès le mois d´octobre. A cette période là, il n’y a plus de feuilles sur les arbres. Les moscovites commencent à devenir égris à cause de l’absence de soleil et de lumière pendant la journée, et du fait que ce mauvais temps perdure pendant au minimum six mois. J’ai beaucoup d’amis qui ont envie de quitter Moscou à cause de ces conditions climatiques. Pour ces raisons, ils profitent de l´hiver pour voyager dans les pays tropicaux, et ainsi fuir le froid. C’est pourquoi j´aimerai décrire ce que je ressens et plus précisément combien je souffre depuis que le mauvais temps est apparu à Bordeaux. Dans ma chambre à Moscou, il y a un chauffage dans lequel coule l’eau chaude pendant les six mois d´hiver. Ce chauffage commence à me manquer car avec cette chaleur je peux dormir la fenêtre ouverte en plein hiver! Chez moi, en Russie, c’est un endroit où je me sens toujours très bien et au chaud, même si dehors il fait moins 15 degrés. Alors même que je suis dans mon appartement bordelais, je dois mettre mes vêtements les plus chauds, comme si j’étais habillé pour sortir et affronter l’hiver dans la rue.

Alors, avant de prendre cette photo j’ai décidé de mettre des objets sur ma table s’associant avec le froid et l’hiver. Il s’avère que je n’en avais pas beaucoup. J’ai aussi mis mes habits les plus chauds. J’ai pris plus de 20 photos en déplaçant mes objets. En effet, j’ai essayé d’expérimenter avec les jeux de lumière et en déplaçant mes livres sur mon étagère. Les clémentines étaient si bonnes que tout au long de ma séance photo je les ai presque toutes mangées, en me rendant compte qu’il manquait toujours quelque chose pour avoir la photo parfaite. En plus, les photos étaient très illuminées à cause de mon ordinateur qui était ouvert. L’idée m’est venue de le fermer, et j’ai enfin réalisé la photo qui me semblait la plus appropriée. Vêtue de mon bonnet et de mes vêtements chauds, je me sentais tellement bien que je ne les ai pas quittés de toute la soirée!

Cette photo m’a fait penser que ce n’était peut-être pas en vain qu’en France on essayait d’économiser le chauffage, l’eau et et l’électricité. Chacun ici décide lui-même de comment il va se chauffer chez soi. En Russie, mon pays d’origine, qui possède des ressources énergétiques immenses, c’est tout à fait différent. Lors de l’hiver, infini et froid, les Russes utilisent le chauffage central. Malgré le climat sévère, les dépenses des habitants pour le chauffage restent minimes. A Moscou, j’ai régulièrement vu passer des campagnes de sensibilisation pour économiser l’énergie. Je comprenais le principe, mais ce n’est qu’en France que j’ai enfin compris l’importance de ce genre d’appels à être attentif à la nature. Pour l’instant, je ne me suis pas tout à fait habituée à économiser l’eau et l’électricité, mais je m’y fais petit à petit, apprenant à comprendre qu’il existe des endroits où l’eau et le chauffage sont précieux.

Varvara Stroganova