Tous les articles par manonsultana

Tournage

Pour ce billet libre je n’avais pas d’idées spécifiques. Ce weekend avant le rendu, il se trouve que je tournais un court métrage et que j’avais en ma possession un bon micro. Alors quand j’avais un peu de temps et surtout quand je pensais a le prendre avec moi j’ai effectué quelque prise de son du tournage. Je n’en ai pas pris beaucoup et elles sont très éparpillées. On ne se rend pas vraiment compte que nous sommes sur un tournage. Il aurait fallu que je me concentre par exemple sur la réalisatrice donnant ses instructions aux acteurs, à l’ingénieur son ou à la cadreuse. Mais dans l’euphorie du tournage et n’ayant pas réfléchi à l’avance ce que j’allais pouvoir exploiter au montage, je n’avais pas assez de matière. En tous les cas après ce travail je comprends mieux le besoin de préparation autant en image mais aussi en son, ce que je ne pensais pas être si important pour ce dernier.

Manon Sultana

Ambiance départ

Au départ de ce projet je suis allée me poser sur un banc sur la place Fernand Lafargue. C’était en fin d’après midi en rentrant chez moi. Il y avait des jeunes qui faisaient du skate, d’autres qui buvaient un café, des gens qui passaient comme les voitures ou autres vélos. Mais une fois chez moi je me suis dit que j’aimerai bien rendre compte de l’ambiance de gare. Alors je me suis retrouvée micro en main dans le hall de la gare Saint Jean. J’ai fait plusieurs prises de son en me positionnant entre le quais numéro un et le hall avec le piano et les voyageurs qui attendent de savoir sur quelle voix ils vont devoir aller. Après écoute j’ai réussi a capturer des son significatif de la gare mais je trouve très difficile de retranscrire des émotions, des discussions, etc. Car je me suis retrouvée dans des situations à la fois drôles et gênantes. Il est difficile de passer inaperçu avec un micro d’une certaine taille. Pour recréer une ambiance sonore il ne suffit pas d’arriver dans un lieu de poser son micro, il faut aller a la rencontre des sons qui nous entourent.

Amour Amour

Manon Sultana (cc)
Manon Sultana (cc)

 

Après avoir écouté ma création en cours je me suis rendu compte que mon idée ne marchait pas à la fois dans son rythme mais, aussi dans le thème. Par rapport aux autres travaux je me suis rendu compte qu’il fallait que je fasse plus simple pour être plus efficace et mieux comprise de l’auditoire. J’ai donc décidé de mettre en scène un père qui endort son enfant. Je l’ai donc fait monter des escaliers, pousser une porte et actionner une boite à musique. Pendant la chanson Amour Amour du film Peau d’Âne de Jacques Demy, l’enfant interagit grâce à ses balbutiements et son hoquet. Le père lui dit de se taire pour s’endormir. Lorsque la boite s’arrête l’enfant est en phase de sommeil et le père redescend doucement vers le rez de chaussé pour vaquer à ses occupations. Je trouve que l’on comprend mieux ce qu’il se passe, que le rythme ne donne pas de bloque de son et que le ton reste toujours le même. Je n’ai pas voulu utiliser de voix, car je n’avais pas de matériel assez bon pour comprendre mes paroles et aussi pour tenter de faire comprendre seulement par des sons la scène qui se déroule.

Advienne que pourra

(cc) Sultana Manon 27/01/2015
(cc) Sultana Manon 27/01/2015

 

Je ne connaissais pas vraiment ce qu’était le cinéma expérimental avant le visionnage du documentaire de Pip Chodorov. J’ai regardé mes trois photographies à la suite pour voir ce que je pouvais en faire. J’ai ouvert Photoshop pour poser mes trois photos les unes sur les autres. Puis j’ai testé plusieurs effets, filtres, couleurs etc. Je souhaitais que la photographie des deux amoureux à la gare soit en fond afin de pouvoir les mettre en avant. Puis j’ai grossi et positionné la photographie où je suis en « lévitation » afin qu’elle prenne tout le cadre. J’ai utilisé un filtre de pixellisation afin de grossir les pixels. Puis j’ai posé ma dernière photographie et je l’ai encore grossi afin que les lunettes apparaissent au milieu du cadre. J’ai rajouté un effet sur cette dernière de manière aléatoire et j’ai décidé de m’arrêter là.

Une fois ce dernier effet rajouté j’ai trouvé la combinaison assez signifiante. Un des verres de lunettes se retrouve sur les deux amoureux qui s’embrassent. L’autre se retrouve sur le train qui arrive sur le quai de la gare. Ma position de lévitation se confond avec la gare et rentre dans les formes en négatif. Il y a donc plusieurs cadres dans le cadre. Tout en bas à gauche on peut distinguer les billets de train qui se confondent avec les personnes qui attendent de monter dans le train. En bas à droite on peut voir le début du mot correspondance qui s’incruste dans le mur. Je me suis arrêté là car je trouve que la combinaison de tous les éléments signifient ensemble. Les cadres dans le cadre, les mots, les formes incrustés, les couleurs toutes assez ternes et la petite lueur de lumière rajouté au dessus des amoureux donnent une âme commune a toutes les photographies prisent depuis le début de l’année. Cette photographie, en quelque sorte finale, m’évoque tous les sentiments que j’ai pu mettre dans chacune des photographies. Un sentiment de départ, de voyage, de changement, d’au-revoir, de poésie, de tristesse, de souvenirs, de rires, etc. Tout ce que je voulais photographier se retrouve dans cette mosaïque de mouvements des sentiments.

Manon Sultana

Quai des adieux

Manon Sultana (c) 2015
Manon Sultana (c) 2015

Ecrire l’histoire qui se passe avant la photographie, une grande première. Par contre, les adieux à la gare je connais. Ma photographie montre deux inconnus amoureux se disant au-revoir sur le quai de la gare. Ce moment là me rappelle Les parapluies de Cherbourg et la poésie. Alors j’ai essayé d’écrire un texte racontant l’histoire des deux amoureux mais sans succès. Alors j’ai cherché le synopsis du film Les parapluies de Cherbourg et j’en ai modifié le texte. A la fin j’ai rajouté une prise de son directe du lien entre ce film et ma photo: deux amants se disant au revoir sur le quai de la gare comme pour Geneviève et Guy à Cherbourg. Le lien texte et son me parait poétique, ce qui me touche. Alors je me décide a m’enregistrer en lisant le texte. Je pose cette bande son sur Reaper et je télécharge des bruitages de personnes dans une gare, d’annonce SNCF, la chanson des parapluies de Cherbourg, d’un sifflement de train etc. La musique commence par une annonce SNCF de départ de train retenti, avec en fond des bruits de pas de passants. Puis je voulais que la musique des Parapluies parte en même temps que la lecture du texte, mais doucement. La fin du texte est coupé par un sifflement de train puis par l’annonce finale du départ du train. Je trouve que cette musique est adaptée à la photographie des deux amoureux qui s’embrassent peut être pour la dernière fois pour un temps inconnu de tous. C’est un moment hors du temps entre deux personnes qui se quittent.