Tous les articles par jeannevidalgiraud

Sur l’écran noir de mes nuits blanches, Moi je me fais du cinéma

Je garde tous mes tickets de cinéma. Je commence à en avoir beaucoup. C’est quelque chose de voir beaucoup de films, mais c’est autre chose de les voir au cinéma. J’adore le fait d’aller au cinéma. Et j’adore y aller seule. C’est tout un rituel, faire la route à pied en écoutant ma musique, arriver sur place, passer ma carte UGC dans la machine, rentrer dans le bâtiment, parcourir le dédale de couloirs calfeutrés et puis m’asseoir dans le noir et attendre.

J’ai trouvé intéressant de retranscrire ce rituel en son, car il inclut des ambiances bien distinctes ainsi que des sons intéressants à enregistré ou à recréer. Ne voyant pas trop comment je pourrais recréer ce voyage avec des bruitages, j’ai décidé de ne pas faire semblant, je suis allée au cinéma et je me suis enregistré en « one shot »

, de mon départ de l’appartement jusqu’au moment ou je me suis assise dans la salle. J’ai juste du rajouter quelques bruitages moi-même comme les chansons et le générique ugc par exemple. En revanche, je ne suis toujours pas satisfaite du passage où mon personnage écoute la musique, car je n’ai pas trouvé de bruitage pouvant faire comprendre qu’elle mettait des écouteurs.

Berceuse

 

 

A la claire fontaine, c’est la chanson que je me chantais ma mère avant que je m’endorme quand j’étais petite. Je n’ai pas beaucoup de souvenirs de cette période mais il y a une chose dont je me souviens très distinctement, c’est son grain de voix. Elle me chantait cette chanson en chuchotant à moitié et j’entend encore sa voix vibrer dans mes oreilles quand j’y pense. Alors quand j’ai commencé à garder des enfants le soir, j’ai appliqué la même méthode. Quoi de mieux qu’une berceuse pour calmer l’anxiété d’un tout petit, pour rassurer une fillette qui a peur que ses parents ne reviennent pas? Bonne nuit les petits, c’était pour moi l’occasion de retranscrire cette sensation, ce moment assez particulier où l’enfant se laisse aller dans les bras de Morphée.

Je voulais au début enregistrer ma petit cousine et la faire chanter avec moi. Mais cela s’est révélé compliqué en matière de temps. J’ai donc un peu modifié mon idée et j’ai été prendre des enregistrements de bébé sur universal soundbank, il s’agit d’ailleurs des mêmes bruitages que ceux que j’avais utilisé l’an dernier pour un court-métrage. Je me suis en suite enregistrée avec un micro usb et le logiciel reaper en train de parler avec le bébé et de chanter la berceuse. En réécoutant, je me suis rendu compte qu’il restait un vide à combler, le bébé devait respirer. Mais je ne trouvais rien sur internet, alors j’ai repris mon micro et bruité les respirations précipités du bébé moi-même, sous l’œil préoccupé de ma colocataire. Enfin, pour symboliser l’endormissement de l’enfant, j’ai fait une transition assez longue pendant laquelle un écho s’installe sur ma voix qui  se fait de plus en plus lointaine à l’aide d’un fondu. Pendant ce temps la respiration du bébé se fait de plus en plus forte et lente. En cherchant et en testant plusieurs choses sans but précis, j’ai réussi à inverser la boite à musique obtenant une musique déstructurée et assez onirique pour renforcer l’idée de rêve.

 

Jeanne Vidal-Giraud

Intérieurs

Margot se maquille - Copie
(cc) Jeanne Vidal-Giraud (27/01/15)

En contemplant ma deuxième photo, je me suis souvenue d’un des reproches qui avait été fait et j’ai trouvé l’idée de décorer cette salle de bain, afin de rattacher la scène à la réalité. J’ai donc pris mes deux autres photos, j’en ai fait des calques et j’ai réduit leur taille pour avoir un format carte postale. J’ai utilisé l’outil de distorsion sur photo-filtre pour pouvoir suivre la perspective du mur, afin qu’on ai l’impression que les photos sont collées au mur. Il a ensuite fallut que je retouche la colorimétrie des deux photos incrustées, pour qu’elles forment une harmonie avec le reste de la photo principale. Le résultat manquait de relief et de texture. J’ai essayé de penser à ce qu’il y aurait sur ces photos si elles étaient vraiment dans la pièce.  Je me suis souvenue que quand j’avais pris cette photo, je l’avais prise derrière la vitre de la douche, il me fallait donc restituer cette impression et laisser apparaître les gouttes au premier plan. Il fallait aussi recréer l’éclairage. J’ai  donc prélevé la couleur de la lumière en haut à gauche avec l’outil tampon et j’ai éclaboussé mes deux petites photos avec. Pour la touche finale j’ai rajouté un effet d’ombre sur mes deux calques pour ajouter un certain relief.

Je me suis arrêtée quand j’ai vraiment eu l’impression que ma première et troisième photo faisaient partie de la deuxième. La difficulté de ce troisième billet a été de trouver une idée pertinente qui ait du sens. J’avais fais plusieurs essais de superposition de mes trois photos en découpant personnage par personnages et en les disposant ça et là, choisissant lequel faire ressortir, lequel mettre en arrière. Je suis arrivée à un résultat intéressant, mais un résultat auquel je ne trouvais aucun sens. J’ai donc décidé de rester dans une idée de réalisme et de récréer l’ambiance de ma photo principale et d’en imprégner les deux autres photos. J’ai trouvé qu’il s’agissait d’une manière originale d’utiliser mes trois photos tout en gardant un côté assez réaliste.

Jeanne Vidal-Giraud

Jouer dans les feuilles mortes

Un après midi pluvieux à Bordeaux avec mon acolyte afin de prendre LA photo. En réalité on traîne des pieds, on râle beaucoup, on blâme le manque d’inspiration, la mauvaise lumière… Coline me confie qu’elle préférait photographier les feuilles mortes, et c’est en regardant ce qu’elle me désigne que je remarque mes deux petits sujets en train de s’amuser parmi ces feuilles.  Je les ai photographié juste après, alors qu’ils allaient monter dans le tram.

J’ai donc décidé de retranscrire cette conversation dans mon billet son. Je trouvais intéressant de mêler prise de son et échantillons trouvés sur une banque en ligne. J’ai téléchargé plusieurs sons en ligne afin de recréer une ambiance de ville, avec les bruits du tram, des gens qui marchent et qui parlent. J’ai en suite enregistré mon dialogue avec l’aide de l’iphone de ma colocataire et la voix d’une amie dans le rôle de Coline. Pour le montage sonore, j’ai commencé à le faire sur le logiciel Cubase, pour au final échouer au moment de l’export. J’ai donc repris mes bonnes vielles habitudes et j’ai refait mon montage avec Adobe première comme je fais d’habitude.

J’aime particulièrement la sensation de mélancolie qui se dégage à la fin de mon billet son. J’ai décidé d’effacer tous les sons de la ville pour ne garder que le bruit du vent dans les feuilles. Cela confère un côté un peu poétique, comme en dehors du temps. Je trouve que cela retranscrit bien l’état d’esprit dans lequel devaient se trouver les enfants de ma photo lorsqu’il ont du arrêter de jouer pour aller prendre le tram.

Jeanne Vidal-Giraud