Tous les articles par florianerivery

Dimanche après midi

Pour ce billet, je me suis inspirée de l’exercice d’écoute que j’ai fait il y a quinze jours. J’avais profité d’un moment de détente au soleil, un dimanche après midi. C’est un moment qui aurait dû être calme, or le bruit était omniprésent, il devenait presque difficile de distinguer les sons : les amplis de la fête foraine, les cris du public, la circulation, les passants, les voix des nombreuses personnes venues profiter du temps printanier sur les quais ce jour là…

Encore une fois, je n’ai effectué aucune prise de son, j’ai utilisé les sons des banques en ligne. Il a donc été difficile de trouver exactement ce que je voulais. J’ai tenté de recréer cette ambiance à partir des matériaux que je pouvais trouver.

Debout les grands

Après « bonne nuit les petits », debout les grands! Je me suis demandé quels étaient les sons typiques de la routine du matin. J’ai utilisé des sons pris sur des banques de données, pour fuir la mauvaise qualité des micros d’ordinateur et de téléphone et les ai monté dans l’ordre, du moment où le réveil me tire brutalement du sommeil à celui où je quitte mon appartement. Les sons rituels du micro ondes, de la douche, du brossage de dents, sont liés par des pas, de bruits de portes qui jouent le rôle de transition. Les sons s’enchaînent, rythmés par les moments musicaux des réveils et de la douche, pour se terminer avec le son de la clef dans la serrure.

Le premier pas

(cc) Floriane Rivery, 27/01/2015
(cc) Floriane Rivery, 27/01/2015

Pour ce billet, je souhaitais mêler la modification virtuelle à celle physique de l’image. Il s’agissait donc de fusionner les trois photographies sur Photoshop, d’y appliquer plusieurs effets, avant de faire tirer l’image obtenue en plusieurs exemplaires pour tester plusieurs manipulations : brûler une partie de la surface du tirage, le tremper dans de l’eau de javel, gratter la surface… J’ai donc fusionné mes trois images, en choisissant de faire ressortir la fumée rose. J’ai également appliqué un effet de netteté et accentué les contours de ce calque. Je n’ai malheureusement pas trouvé le temps de faire les tirages argentiques.

Fusionner mes trois images s’est avéré assez simple puisqu’elles se prêtent assez facilement à l’exercice, de par leurs compositions. L’écran d’ordinateur à la gauche du cadre, l’enfant et sa mère à droite, le champignon d’encre rose au milieu. Et ma propre image de photographe dans le nuage rose. Je suis cependant déçue de ne pas avoir pu mener ce projet jusqu’au bout. Ces manipulations plutôt simples effectuées sur Photoshop ne constituent pas pour moi un concept suffisamment intéressant. Il me manque encore l’aspect manuel, ludique et créatif des expérimentations sur papier. C’est donc un travail inachevé que je mets en ligne ce soir, une première étape.

Floriane Rivery

Le petit chaperon rouge

 

Pour ce billet son, je n’avais pas d’idée très originale. J’ai beaucoup réfléchi, mais je ne trouvais pas quoi raconter et surtout comment le mettre en scène. Je n’arrivais pas à me défaire de ce que ce thème m’évoquait : les histoires avant de dormir, les chansons, le dessin animé que je regardais petite.

J’ai donc choisi de mettre en son un soir typique, dans une chambre d’enfants : les enfants jouent, sautent sur le lit, jusqu’à l’entrée de la mère qui annonce l’heure du coucher. Celle-ci leur lit une histoire : Le petit chaperon rouge. Elle enclenche une boîte à musique. Les enfants s’endorment rapidement, la mère les embrasse pour leur dire bonne nuit, et sort de la chambre.

Je ne voulais pas m’enregistrer, d’autant plus que n’ayant pas de matériel, je n’aime pas le rendu médiocre du micro d’ordinateur. Je ne savais pas à qui m’adresser. J’ai donc cherché une histoire audio en ligne, avec uniquement une voix et pas de musique ou de son d’ambiance. Je l’ai habillée avec le son de la boîte à musique, celui du lit qui grince, des enfants qui rient, qui ronflent. J’ai également ajouté le bruit des pas de la mère et de la porte qu’on ouvre et qu’on ferme.

Floriane Rivery

 

Alabama Bordeaux

Je me souviens très bien du jour où j’ai pris ma photo. C’était l’automne, il ne faisait pas tout à fait froid ni tout à fait chaud, la pluie venait de tomber. J’étais assise en terrasse et l’agitation des passants se mêlait aux discussions et aux bruits de verres de mes voisins.

Lorsque la mélodie du banjo s’élève, personne ne semble la remarquer. Elle se mêle à l’ambiance, y participe. Puis, peu à peu, elle la domine : je tends l’oreille pour apprécier la mélodie qui mêle habilement la joie et la mélancolie. On se sentirait presque nostalgique des paysages des Appalaches et des champs de coton.

Je ne suis visiblement pas la seule à voyager au fil des notes puisqu’un gamin de passage force sa mère à s’arrêter pour admirer le musicien. Il danse, elle sourit. Le joueur de banjo ne semble pas le voir. D’un coup, plus personne dans la rue : juste cet enfant, cette femme, et ce musicien. Partageant un moment unique, loin de la vie urbaine quotidienne. Hear the banjo, don’t it take you down home ?

Pour illustrer ce moment, j’ai donc choisi de mêler des sons urbains, une mélodie au banjo, et un rire d’enfant, jusqu’au « Wow » final, instant de la prise de vue. L’ambiance de la ville se fond peu à peu dans les notes de musique, jusqu’à disparaître : il ne reste plus que l’instrument.

Pas forcément à l’aise avec l’idée d’enregistrer ma voix, j’ai choisi de lire un poème en lien avec le thème : La musique, de Baudelaire. Ce dernier ne parle pas de la musique en savant, mais traduit son ressenti de façon innocente, comme le ferait justement un enfant.

Floriane Rivery