Tous les articles par elsamaji

Lutte beyrouthine contre la violence conjugale


C’est lors d’une manifestation organisée un samedi après midi à Beyrouth que j’ai enregistré ces cris d’hommes et de femmes en lutte contre la violence conjugale.
Nous avons marché d’un pas solidaire et déterminé de la rue de Damas au Palais de Justice rue Sami El Solh.
L’ambiance y était exemplaire, un élan de solidarité et d’émotions entre libanais, libanaises, et citoyens de l’Orient.

Elsa Maji

Le Shining

Dans ce billet son, j’ai souhaité réaliser une version sonore de The Shining différente du film original. La boite à musique est encore en marche, Danny et Shelley s’endorment profondément. Danny rêve que son père Jack, épris d’une crise de folie, essaie de tuer Shelley, sa mère. Il entend les paroles machiavéliques de son père. Pour se défendre, il fait appel au Shining. Sa mère le réveil en panique.

Le début du billet est marqué par le retentissement de la boîte à musique. Petit à petit, on entend les pas de Jack qui s’approchent de la chambre. Epris de folie, sa voix s’enlise. La voix de Jack est stoppée par la voix enrouée de Danny qui murmure de plus en plus fort REDRUM (MURDER dans l’autre sens), jusqu’à crier. En fond sonore, une musique de boite à musique mystérieuse et horrifique retentie. Les cries horrifiés de Shelley achèvent la cadence.

Mr Pruneau, Niki et Lucy

Fantômes

Après avoir réveillé Photoshop, somnolant aux côtés de ses camarades Illustrator, In design, et Première Pro, je positionne successivement et distinctement les trois personnages dans le même cadre, à l’aide du mode calque. Dans le but de favoriser une rencontre.  Je joue ensuite avec les contrastes et les palettes de couleurs Rouge Vert Bleu.

Et ce, jusqu’à ce que les personnages initiaux se transforment en fantômes. Monsieur Pruneau, Lucy et Niki occupent le paysage bordelais. Depuis leur première rencontre, ils se retrouvent occasionnellement; s’embrassent, s’enlacent et se prélassent. Libres de vivre à plein temps, ils n’ont ni de contraintes de temps, de température, et d’état d’esprit. La température annuelle avoisine les 30°c. Monsieur Pruneau, Niki et Lucy ont pour unique occupation de savourer l’instant présent.

Elsa Maji

مدينة – La ville

Un son de rue me semble important pour introduire cette photographie, prise un soir, sur le Cours d’Alsace-Lorraine. C’est en réécoutant des sons enregistrés à Beyrouth que je retrouve un enregistrement de rues. Certes, la photographie a été prise à Bordeaux et non à Beyrouth, mais je souhaite rendre hommage aux rues de Beyrouth. J’ouvre un logiciel de montage et place l’extrait au début de la timeline. Je souhaite parler de la ville. Après quelques lectures, je découvre un poème qui correspond à ce que l’on pourrait ressentir un soir, sur le Cours d’Alsace-Lorraine. Je lis le poème à haute voix, importe le fichier et le place à la suite. Je cherche ensuite une musique pour accompagner cette lecture. J’hésite entre Jean Jacques Goldman, Jocelyn Pook et Yasmine Hamdan. La composition de Yasmine semble reproduire l’ambiance du poème.

Cet enregistrement ne parle pas du Cours Alsace Lorraine, mais de la ville. Cette routine règne aussi bien dans les rues de Beyrouth que dans les rues de Bordeaux. On pourrait entendre chanter au loin Yasmine, sur le Cours Alsace Lorraine.

Elsa Maji

Le Pruneau

(cc) Elsa Maji (9/12/14)
(cc) Elsa Maji (9/12/14) 

L’idée de réaliser une photographie conceptuelle m’angoisse. Je ne connais pas les raisons, alors je cherche. D’après Arte, la photographie conceptuelle serait dépourvue de toute connotation esthétique et artistique. Le but serait de « montrer la réalité telle qu’elle est, et non telle que nous la voyons à travers nos interprétations ». Je suis donc angoissée par l’idée de réaliser une photographie neutre. Le neutre ne m’inspire pas.  Après avoir compris mon blocage, je peux le surmonter. Quitte à réaliser une photographie neutre, je souhaiterai faire passer un message sur un aliment que j’affectionne : le pruneau. Par la photographie du pruneau, j’espère éveiller la conscience des habitants du Sud-Ouest sur ce fruit sec passé aux oubliettes. La zone de production du pruneau couvre six départements du Sud-Ouest : Lot-et-Garonne, Dordogne, Gironde, Tarn-et-Garonne, Gers et Lot. Le pruneau mériterait autant d’importance que la vigne. D’après une étude diététique, le pruneau, aliment dont la teneur en fibre est incontestable, aurait des vertus laxatifs. Il permettrait la régulation du transit et du métabolisme.

 Photographier un pruneau, ce n’est pas toujours évident. Déjà, il faut choisir un beau pruneau. Ensuite, il faut le positionner correctement sur la table; de sorte à ce que l’on aperçoive ses formes distinctement. Le pruneau doit être photographié sur fond blanc, je le positionne sur une table blanche, rapproche une lumière pour l’éclairer. Je prend successivement trois photographies avec trois poses différentes : le pruneau de face, le pruneau de profil, le pruneau à la verticale. Comme je n’ai pas de macro objectif, j’utilise un moyen format. Pour que le pruneau soit net, je dois garder une certaine distance.

 Le résultat obtenu : un pruneau sur fond blanc. Jusqu’ici rien d’étonnant. N’ayant pas procédé à la balance des blancs, le fond blanc apparait jaune tungstène. Le pruneau, quant à lui, a des reflets luisants, il s’agit probablement du reflet de la lumière qui a permis de l’éclairer. Pour annuler ces effets, j’ouvre le logiciel lightroom, je modifie les paramètres de couleur en noir et blanc. La photographie noir et blanc parait plus naturelle.

Elsa Maji