Tous les articles par colineportet

Une partie de campagne

 

Pour créer mon paysage sonore j’ai voulu recréer l’ambiance qu’il y a dans ma ville d’origine. Il s’agit d’une petite ville de campagne avec peu d’habitants. On y trouve à la fois calme et mouvement, tranquillité et sons bruyants. Cela m’intéressait de faire une création sonore jouant sur ces deux tableaux : bruits parasites de la ville et calme de la campagne.

Au sein de ce paysage sonore, j’ai incorporé plusieurs niveaux de sons afin que certains soient plus proches, plus distincts. D’autres, au contraire à peine perceptibles. On entend par exemple, le sujet manger et boire, des mouches lui tourner autour. Puis, un peu plus loin, un voisin arrose son jardin et tond sa pelouse. De l’autre côté de la rue, des enfants parlent et rigolent. On les entend à peine. Dans le ciel un avion passe et sur la route, une voiture se fait entendre. J’ai également rajouté des sons d’animaux domestiques pour inclure la création sonore dans un paysage tout de même un peu urbain bien que celui-ci est proche de la campagne comme le témoigne les oiseaux très bruyants et nombreux.

Coline Portet

Encore un matin…

Devant réaliser un billet son sur le thème de mon choix, j’ai eu du mal à me fixer sur une idée.. En y réfléchissant je me suis dis que le plus intéressant à créer était de retranscrire une partie de mon quotidien, du quotidien de tout le monde.

J’ai choisis de faire une création sonore sur le réveil puisqu’ils s’agit des premiers instants d’une journée, de la première aventure quotidienne qui est commune à tous. En associant des sons les uns avec les autres pour donner une impression de réalité et de continuité j’ai décidé d’augmenter certains bruits et d’en répéter d’autres plusieurs fois dans le billet sonore.

Je voulais montrer mon propre point de vue sur le rituel matinale qui est pour moi agaçant, ce pourquoi j’ai accentuer les sons dérangeant tels que le réveil, les bruits de pas, la toux… En ce qui concerne les répétitions de certains sons, ils visent à identifier un être dans la création sonore, à lui donner une identité et à personnalisé le billet son. La création sonore commence lentement par des ronflements qui sont rapidement perturber par le bruit du réveil, le thème de mon billet. Cet enchaînement donne vite le ton à ce qui va suivre. Les actions mécaniques du matin s’entrelacent et le billet se conclu par le bruit de la porte d’entrée qui claque. C’est la conclusion de mon billet puisque c’est la fin de la première étape de notre journée, le réveil.

Coline Portet

Casse-tête Bordelais

photo4
(cc) Coline Portet (28/01/2015)

Observant mes trois photos différentes, j’ai commencé par découper les images en petites bandes égales que j’ai collés les unes à la suite des autres, toujours dans le même ordre. Ce processus avait pour but de créer une histoire commune et ainsi de faire naître un point commun entre ces photos sans en laisser une prendre le pas sur l’autre. Les récits photographiques ainsi imbriqués forment donc une nouvelle histoire basée sur les trois autres. Suite à cette première base de travail j’ai décidé d’ajouter à ma photo l’élément le plus important de chacune de mes photographies afin de les confronter d’avantage dans les détails. J’ai choisis de prendre une fleur, un parapluie et mon visage effacé. Ces éléments m’ont permit de mêler les intentions et les sentiments inscrits dans chacune de mes trois photos que je souhaitais garder. Déjà flou j’ai ajouté de la transparence à mon visage pour qu’il apparaisse encore plus étrange et brouillon devenant ainsi énigmatique à l’image de la photo d’origine. J’ai agrandit la fleur qui était petite afin de dévoiler le côté intime de l’image de base. Puis j’ai collé le parapluie en haut à droite de la photo car cet élément est pour moi assez paradoxal. Il annonce une menace et est à la fois protecteur et rassurant. Ce côté paradoxal est l’esprit même qui ressort de la photo d’origine illustrant le passage de l’enfance au monde adulte.

En créant ce montage photo je me suis rendue compte qu’il y avait plus de temporalité que je ne le pensais. En plus des trois histoires individuelles et de l’histoire commune, les morceaux de photos qui se suivent en ligne font naître plusieurs dimensions à la photo et plusieurs grilles de lecture. On peut se concentrer sur l’une des trois photos d’origine en faisant abstraction des deux autres. Elles sont toutes aussi visibles, c’est à notre œil de choisir d’en visualiser une en particulier à chaque nouvelle vision. Ce caractère singulier permet aussi à la photo de montrer l’illusion que permet de créer la photographie. On retrouve également d’autres aspects qui rendent hommage aux photos de base. L’illustration comporte des couleurs très vives et variées ce qui rappel l’atmosphère féerique et joyeux de la fête foraine, ma première photographie. De plus, mon visage parsemé de bout de photos rappel l’aspect intimiste d’un de mes trois clichés. Mes trois photographies dans un premier temps opposées forment une seule et même image représentative de ces trois dernières. En observant la photo, je me suis également rendue compte que l’image obtenue témoigne de mes recherches et de mes réflexions puisqu’on y voit mon visage inondé par mes trois photos découpées.

Les trois petits cochons

Souhaitant raconter une petite histoire commune à toutes les générations, j’ai choisis de raconter l’histoire des trois petits cochons. J’ai utilisé les voix et les récits de différentes personnes, de sexes différents et de tous âges pour montrer ce côté universel. Ce mélange d’histoire sonore donne un aspect intimiste à la création audio ce qui pour moi était important puisque le sommeil et le moment où l’on va se coucher sont des instants intimes, personnels mais pourtant vécu quotidiennement par tout le monde. L’histoire est racontée sur le son d’une boite à musique. C’est en quelque sorte ce qui commence et ce qui conclut le récit puisque c’est le son de cette boite que l’on entend en premier et en dernier. Cela donne un effet éphémère et magique à la création puisqu’on dirait que le récit sort lui aussi de cette boite à musique avant de s’arrêter avec elle. Afin de rajouter de l’efficacité au récit et pour le rythmer un peu, j’ai choisis d’utiliser quelques sons d’ambiance et quelques bruitages illustrant l’histoire et les actions énumérés par les lecteurs des trois petits cochons.

J’ai eu beaucoup de difficultés à imbriquer les récits les uns à la suite des autres. Le son n’étant pas de la même qualité. Certain passages sont parasités par des bruits ambiant gênant, d’autres sont plus distincts. Le volume de la création sonore est donc changeant. J’ai également eu beaucoup de mal à écrire l’histoire de façon souple, fluide et bien rythmé par manque de temps. Le projet, ne devant pas dépasser deux heures trente m’imposait de couper des parties de l’histoire, d’en raconter qu’un passage ou de tout imbriquer à la suite sans possibilité de rajouter des moments de silences et de coupures.

Coline Portet.

 

LE PAYS IMAGINAIRE

VDCCOLINE

Ma photo en main, j’ai tenté de la redécouvrir une seconde fois afin de réaliser une création sonore. Je me suis demandé ce qu’elle m’inspirait, quelles histoires pouvaient se cacher derrière cette photographie mis à part la mienne. J’ai noté sur un bout de papier des mots, fait des dessins pour illustrer les idées que me renvoyait l’image. A partir de là, j’ai commencé à rechercher une histoire avec des sons et des bruitages. J’ai écris un scénario sonore et non visuel.

Mon récit se structure en cinq parties. La première partie « Séquence 1 INT JOUR Bureau d’une jeune fille » montre l’ennuie qui émane de cette dernière. Le tic tac de l’horloge et le gribouillage agressif de la fille plonge la pièce dans un atmosphère tendue et pénible à l’image des sentiments éprouvé par la jeune femme. La deuxième séquence « Séquence 2 INT JOUR Cuisine » nous présente des voix d’inconnus et des applaudissements qui semblent extérieur à l’intimité de la protagoniste. Cet élément est voulu afin de montrer qu’elle est présente physiquement mais que ces pensées sont absentes. La troisième étape « Séquence 3 INT JOUR Bureau de la jeune fille » rappelle la première partie. On est ici dans un même lieu, un même espace, on a donc le même atmosphère caractérisé par le tic tac de l’horloge. Cela accentue ce côté monotone et quotidien de la vie du personnage. La quatrième partie « Séquence 4 EXT JOUR Ville » permet de montrer une évolution dans les humeurs de la jeune fille. Elle est dans un premier temps nostalgique et paniquée, on entend les bruits parasites et désagréables de la ville. Puis, elle est apaisée et devient de plus en plus joyeuse. La ville devient alors pluvieuse et calme. La dernière étape « Séquence 5 EXT JOUR Fête foraine » est le point finale de mon histoire. C’est le lieu où se rencontrent ma création sonore et ma photo.

L’union de toutes les générations dans un lieu hors du temps ponctue mon travail. Chaque auditeurs peut se reconnaître dans cette prise de conscience commune ce pourquoi j’ai inséré les mêmes bruits de pas durant toute la création sonore. On s’identifie au personnage puisqu’on suit ses bruits de talons avancer de lieu en lieu vers la fête foraine où la jeune femme résout son angoisse.

Coline Portet