Tous les articles par clementineleroy

Les hautes lumières

(cc) Clémentine Le Roy (27/01/2014)
(cc) Clémentine Le Roy (27/01/2014)

Comme d’habitude, j’ai du mal à appréhender la démarche et à me lancer. Mais j’ai une idée de départ: imprimer puis découper en bandes mes trois précédentes photos, et enfin assembler les morceaux les uns après les autres dans le désordre. Je colle les bandes sur une grande feuille de papier canson, et trouve le tout un peu vide, fade. Il faut habiller un peu plus. Sans trop savoir ce que cela va donner, je commence à tapoter de la peinture noire autour de la frise avec un gros pinceau. L’effet me plaît, il fait ressortir les couleurs de la frise. Pas besoin d’en rajouter, je prends la photo et sur l’ordinateur je teste différentes modifications. Je veux dynamiser un peu la photo, je trouve l’ensemble trop terne. Par petites ou grosses touches, je change la saturation, la température de couleur, les reflets, les teintes, les contrastes et la luminosité. Je m’amuse un peu avec ce que j’ai sous la main, j’ai envie qu’on voit que c’est trafiqué. Je veux éviter que ce soit trop lisse, et donc tirer profit de l’épaisseur du papier canson pour faire ressortir la rugosité de la matière. Je m’arrête là, je sens que j’arrive à la limite du « trop ».

Je prends un malin plaisir à détruire, déconstruire, découper en tranches, déformer matériellement ce que j’ai fait et qui ne me plaît pas. A défigurer ce qu’il m’a été pénible de montrer. Altérer pour fausser: sous cette forme, les photos ne disent rien. On ne distingue pas grand chose et pourtant cela forme un tout. Je n’ai rien cherché de particulier, j’ai juste réalisé mes idées les unes après les autres, sans ardeur particulière. En revenant sur la photo terminée après quelques temps, je me suis rendue compte que j’avais été influencée par la chanson que j’écoutais lorsque j’étais en train de retoucher la photo, puisque j’ai immédiatement associé l’image à sa mélodie. Plus qu’une idée, je crois que j’ai inconsciemment cherché à recréer un état, une ambiance, celle que m’évoque cette chanson. L’association de cette musique à la photo lui donne une tonalité différente. Mais je serai la seule à le percevoir: de toute façon, on ne peut décrire le monde qu’à travers soi.

Clémentine Le Roy

Fondre dans les bras de Morphée

Je souhaitais raconter une petite histoire avec le son qu’on avait, très simple: quelqu’un rentre dans une chambre pour endormir un bébé. Je suis allée chercher des bruitages dans une banque de son, des bruits de pas, de porte qui s’ouvre et qui se ferme, des babillages de bébé. Une fois le son imposé intégrer, je voulais donner à entendre le basculement du bébé du sommeil vers le rêve, grâce à quelques notes de harpe qui m’évoque un univers magique. J’ai mis ensuite, très niaisement, une chanson tirée du Dumbo de Walt Disney, sorte de madeleine de l’enfance, un moment particulièrement émouvant du film où la mère est enfermée et câline son bébé à travers les barreaux de la prison où elle est enfermée.

Pour clore l’histoire, j’ai refermé la parenthèse du rêve toujours à l’aide de la harpe et en faisant sortir le personnage qui était rentré au début. Pour donner un petit peu plus de texture à l’ensemble, j’ai décidé d’intégrer au début un bruitage de nuit d’été, pour que le personnage qui entre ferme la fenêtre. Je trouvais que cela permettait de mieux imaginer l’ensemble, que ça donnait des indications de temps et de lieu.

Le voyage en train

Pour mon premier billet photo j’étais allée me perdre à la gare, parce que j’adore les trains. Je voulais tenter d’y capter les sentiments qui m’animent quand je fais des voyages sur des rails. Je n’ai pas précisément réfléchi à la manière dont je voulais construire mon billet son, et encore moins à sa signification. Je savais ce que je voulais en le faisant: quelles musiques utiliser, quels textes à enregistrer, et quelle ambiance créer avec le tout. Je pique des vers à Verlaine, Noailles, Gautier, et Perec; j’emprunte des paroles à Fauve et Grand Corps Malade; des mélodies à Björk, Michel Legrand et à Autistic Machine. Tous ont en commun d’évoquer le train. Je commence donc à monter mes pistes, j’ai l’impression que tout est naturel et se fait tout seul. Le résultat final est assez proche de ce qu’était le premier montage. J’ai l’idée d’utiliser des bruitages de vieilles radios que je place en début et en fin de morceau sur mes pistes, comme des guillemets ou des parenthèses. Ainsi, je me rends compte que le tout est plus fluide avec ce procédé, les pistes s’enchaînent sans trop d’accrocs.

Vers la fin du montage, je réalise que mon bout à bout passe par différents états, chaque morceau évoque différentes choses, tout en étant homogène. En réécoutant plusieurs fois, j’ai l’impression d’avoir raconté une petite histoire, un voyage en train. Il y a un début et une fin, et entre les deux il se passe des choses. Quand on prend un train, on est pas tout à fait la même personne à l’arrivée qu’au départ. On a vieilli certes, mais je trouve que le train provoque une ambiance et un environnement qui peut être propice au questionnement intérieur. On réfléchit, on revit des situations, on prend des décisions dans sa tête, on passe par différents états, avec toujours en fond le ronronnement mécanique du train.

Clémentine Le Roy

Mots & Miroirs

(cc) Clémentine Le Roy (08/12/2014)
(cc) Clémentine Le Roy (08/12/2014)

Miroir. C’est tout ce que m’a évoqué les quelques bribes de consignes et ce qui m’est resté des travaux des photographes mentionnés. Pas inspirée et pas franchement enthousiasmée par ce type de photographies, je suis convaincue de réussir à bricoler une petite chose sans trop avoir à y réfléchir. Je n’ai pensé qu’aux miroirs. J’aime bien tout ce que cet objet peut représenter, et la façon dont il est utilisé, particulièrement au cinéma. Et c’est aussi l’occasion de me replonger dans un numéro particulièrement réussi de Blow Up : un miroir peut permettre à un personnage de se replonger dans le passé, évoquer la peur, la dualité, le trouble identitaire, ou simplement Fabienne Tabard. Mais le dénominateur commun de toutes ces évocations est la présence d’un personnage dans le reflet ; hors il n’est pas question de mettre qui que ce soit dans le cadre. J’examine alors les possibilités qui s’offrent à moi devant ce constat.

17h, la lumière tombe peu à peu dans des rayons orangés. J’essaye des choses avec mes trois petits miroirs de poche : je les mets dans un sens, dans un autre, je les déplace, les superpose de façon à ce qu’on ne voit le moins possible l’appareil photo et encore moins ma main qui appuiera sur le bouton. Le but étant à un moment ou à un autre de trouver quelque chose d’intéressant : la photo pour moi c’est le mouvement, l’inattendu, le hasard, alors prévoir et construire son effet – et pire, le conceptualiser ! -, je trouve ça triste. Mais la chance finit par me sourire, en déplaçant innocemment mon petit miroir rond, je m’aperçois que l’arbre devant ma fenêtre se réfléchit dedans et ressort dans une belle lumière. La photo faite, je la recadre et l’affaire est faite.

C’est curieux, en consultant mon dictionnaire toujours à portée de main, je me rends compte que le champ lexical du miroir est assez intéressant, et presque toujours à double sens dans notre contexte : ainsi le reflet est une « image réfléchie », et le miroir est une « surface qui réfléchit la lumière et les images ». Presque attendrie par cette découverte, je me dis que la langue française est quand même drôle : ces définitions relèvent presque de la personnification. Ainsi un reflet ne serait pas juste une image réfléchie, mais une image qui réfléchit, c’est à dire à la fois un mot désignant au sens propre une action mécanique, ou devrais-je dire optique, et au sens figuré-psychanalytique une action d’intellectualisation : il est attribué à un objet le pouvoir de réfléchir. Je voulais conclure en laissant le mot de la fin à un illustre personnage, et il m’apparut une citation pleine d’intelligence de Schopenhaueur : « les femmes sont comme des miroirs, elles réfléchissent mais ne pensent pas ». C’était ironique bien sûr, il est bien connu que la « stupidité croît avec l’intelligence »[i] et ce philosophe prussien, comme bon nombre de ses collègues, ne fait donc pas exception à la règle. Je préfère laisser le mot de la fin – et pour de bon cette fois – à Jean Louis Auguste Commerson, maître méconnu d’aphorismes humoristiques et auteur d’une délicieuse maxime que nous saurons apprécier ici : « quand je mange des glaces, cela me fait réfléchir ».

            Clémentine Le Roy


[i] Grégory Compère, Essais

Rayons X

OK - Copie
(cc) Clémentine Le Roy (18/11/2014)

 

« Réaliser une photo, en intérieur, à partir de votre environnement proche, personnel, intime : amis, famille, objets, lieu de vie… en vous interrogeant sur ce que cet « environnement personnel » peut raconter à tous ». Ce que je redoutai arriva, plus rapidement que prévu : les mots « personnel », « intime », « proche » dans une même consigne. Les vidéos visionnées en cours sur le travail de certains photographes autour de cette question ne me sont d’aucun secours. Je suis même mal à l’aise devant certains clichés, trop intimes. L’impudeur de certaines scènes me renvoie à ma propre pudeur et me heurte. C’est ce que je suis : maladivement pudique, minutieusement précautionneuse sur les informations que je livre. Et faire l’aveu de ce trait de caractère, c’est déjà douloureux, c’est déjà trop.  Comment, dès lors, montrer ce que l’on ne veut pas montrer et qu’on protège farouchement ? Je réfléchis à l’exercice : je n’éprouve pas de désir à photographier quoi que ce soit. Je dois le faire. La nuance est essentielle et s’en ressent sur le travail final de n’importe quel artiste. Le désir est un élément crucial dans le processus de création : je n’ai encore rien pris, mais je sais que le résultat sera dérisoire. Mais j’essaye de trouver des solutions, des failles, des parades. En relisant la consigne, j’élimine certains termes pour n’en retenir qu’un : le mot « intime ». Je me demande alors jusqu’où on peut aller dans l’intime. En regardant dans le dictionnaire, je trouve cette définition : « qui est à l’intérieur et au plus profond ». À l’intérieur. Puisque je ne veux rien montrer de mon environnement, de ce qui m’est extérieur, alors je montrerai mon intérieur. Mon intérieur qui ne soumettra aucune interrogation, aucun questionnement, qui est à la fois le même pour tous et résolument unique : l’intérieur de mon corps.

Je collectionne les radios et les scanners : la tête, le dos, le poignet, le genou. J’ai presque de quoi reconstituer mon squelette. J’ai la cheville droite en ma possession. Je fais des tentatives à la lumière naturelle, sur ma fenêtre, puis sur une lampe. Je ne sais pas comment prendre la photo, comment constituer mon cadre. Je finis par trouver une solution en scotchant la radio sur le bord de ma bibliothèque et en l’éclairant par derrière avec une petite lampe. On ne voit qu’elle, elle occupe toute la place. Sur l’ordinateur je la recadre pour qu’elle soit droite, et je la mets en noir et blanc, mais la différence avec la photo originale se voit très peu. Les contrastes sont juste un petit peu plus accentués.

Dans la consigne, j’ai choisi les termes qui m’arrangeaient, j’ai platement éliminé ceux qui me dérangeaient. L’objectif principal était de « limiter la casse », en dévoiler le moins possible. Cette photographie fonctionne difficilement sans son texte, je le sais, voire ne fonctionne pas du tout. Ma cheville en vrac ne dit rien de mon environnement personnel, ne suscitera aucun émoi, aucune interrogation particulière, c’est ce que je cherchais. La vérité, c’est que je n’ai pas envie que mon environnement intéresse quelqu’un. Une fois cet article publié, les gens qui l’auront lu sauront que j’ai eu un problème à la cheville droite le 27 juillet 2004, et que cette radio a été faite au « CH de Dz ». Libre à eux de se raconter une histoire avec ça !

Clémentine Le Roy