Intérieurs

Margot se maquille - Copie
(cc) Jeanne Vidal-Giraud (27/01/15)

En contemplant ma deuxième photo, je me suis souvenue d’un des reproches qui avait été fait et j’ai trouvé l’idée de décorer cette salle de bain, afin de rattacher la scène à la réalité. J’ai donc pris mes deux autres photos, j’en ai fait des calques et j’ai réduit leur taille pour avoir un format carte postale. J’ai utilisé l’outil de distorsion sur photo-filtre pour pouvoir suivre la perspective du mur, afin qu’on ai l’impression que les photos sont collées au mur. Il a ensuite fallut que je retouche la colorimétrie des deux photos incrustées, pour qu’elles forment une harmonie avec le reste de la photo principale. Le résultat manquait de relief et de texture. J’ai essayé de penser à ce qu’il y aurait sur ces photos si elles étaient vraiment dans la pièce.  Je me suis souvenue que quand j’avais pris cette photo, je l’avais prise derrière la vitre de la douche, il me fallait donc restituer cette impression et laisser apparaître les gouttes au premier plan. Il fallait aussi recréer l’éclairage. J’ai  donc prélevé la couleur de la lumière en haut à gauche avec l’outil tampon et j’ai éclaboussé mes deux petites photos avec. Pour la touche finale j’ai rajouté un effet d’ombre sur mes deux calques pour ajouter un certain relief.

Je me suis arrêtée quand j’ai vraiment eu l’impression que ma première et troisième photo faisaient partie de la deuxième. La difficulté de ce troisième billet a été de trouver une idée pertinente qui ait du sens. J’avais fais plusieurs essais de superposition de mes trois photos en découpant personnage par personnages et en les disposant ça et là, choisissant lequel faire ressortir, lequel mettre en arrière. Je suis arrivée à un résultat intéressant, mais un résultat auquel je ne trouvais aucun sens. J’ai donc décidé de rester dans une idée de réalisme et de récréer l’ambiance de ma photo principale et d’en imprégner les deux autres photos. J’ai trouvé qu’il s’agissait d’une manière originale d’utiliser mes trois photos tout en gardant un côté assez réaliste.

Jeanne Vidal-Giraud


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *