Haut les cœurs

Manon Sultana (08/12/2014) (cc)
Manon Sultana (08/12/2014) (cc)

 

Un concept, il faut que je trouve un concept. A force de faire des recherches, je me dis: « Le mieux c’est de tester! ». Alors me voilà avec des ciseaux dans une main et une tranche de pain de mie dans l’autre. Pour quoi faire me diriez-vous? Pour découper une forme de visage et grâce à une lampe faire des ombres chinoises… A vrai dire, je n’arrive pas vraiment à me convaincre. Alors je promène ma souris d’ordinateur dans des photos que j’ai prises à Grenoble. Et je me souviens d’un jour où avec des amis on avait voulu essayer les « photos lévitation ». On n’avait pas vraiment préparé quoi que ce soit, sans vraiment savoir qu’il fallait un travail préparatif. Alors qu’en fait il faut faire attention au moindre détail afin de faciliter l’illusion. Tout de suite j’ai eu envie de recommencer. Pour ce billet je voulais à la fois mettre en scène ma photographie et me mettre en scène. Comme pour me prouver quelque chose. Allô Floriane, peux tu m’aider pour ma photo?

Le 8 décembre 2014 à 18h il fait 8 degrés. En robe, une chaise sous le bras et Floriane a à mes côtés, on se rend dans un square. J’apprivoise le lieu, les lumières, les angles, les ombres, etc. Tous les détails qui pourraient nuire ou améliorer la photo. C’est bon j’ai choisi l’endroit. Je pose l’appareil et je règle les réglages : la vitesse à 1/13s, l’ouverture en F4 et l’Iso en 1000. J’essaye d’appliquer les cours de photographie tant bien que mal, je souhaite avoir un peu de profondeur avec un arrière plan net. Il faisait nuit j’ai donc adapté le temps de pose à l’ouverture. Je voulais capter le plus de lumière possible. Je choisis de prendre la photo de côté afin de renforcer l’effet de lévitation. On prend une première photo avec le décor sans la chaise ni moi. Puis il ne faut surtout pas bouger. Pieds nus, je pose la chaise sur le bloc et je me positionne dessus. Il faut que j’adopte une pose de lévitation et que je pense à ce que ma posture, mes habits, mes cheveux soient en adéquation. Il ne faut pas qu’au rendu final on remarque que j’étais assise. Vu qu’il faisait nuit, il fallait aussi faire attention aux ombres ce qui fut moins évident. Un clic, surtout sans bouger l’appareil et tout est dans la boîte. Direction la maison.

Carte SD dans l’ordinateur, il faut ouvrir Photoshop. Je ne voulais rien modifier dans les saturations ou autres, seulement rendre réel mon effet. Je positionne mes calques, le décor dessous et moi dessus. A l’aide de l’outil détourage je peux faire disparaître la chaise. Vient le moment de s’attaquer aux ombres. J’essaye comme je peux d’uniformiser tout cela. Quand je vois le miracle, que dis-je la supercherie, je suis contente: ça marche. Mon illusion est là, mais quelles émotions me provoquent cette photo? Je lévite en l’air, dans une position latente. Je suis autant en train de m’élever que de tomber. Chaque personne peut se retrouver dans cet état d’attente, à la fois léger et lourd. Une main en l’air et une autre en bas. Mais ce qui me marque c’est mon regard vers le haut. Rien de calculé, un acte manqué comme il en existe tant. Comme dit la chanson Haut les cœurs du groupe Fauve:

 » Haut les cœurs, Haut les cœurs, Haut les cœurs, Il faut se dire des belles choses, qu’on gardera pour plus tard ».

Manon Sultana


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *