L'instantané

L’instantané

L'instantané
(cc) Adélaïde Michel (7/12/2014)

J’étais enfant. Papa travaillait dans l’hôtellerie. Et tous les deux ans un schéma récurrent s’imposait à nous : mettre notre vie en boîte et tout reconstruire ailleurs. Les déménagements à répétition ont fait de moi quelqu’un d’assez instable. Je vis dans une sorte d’immédiateté assez déconcertante. Rarement tournée vers le passé, jamais vraiment orientée vers l’avenir, je n’ai pas de projets à long terme, pas d’idéal de devenir et peu de souvenirs en tête.  Depuis l’enfance, je fais ce rêve récurrent où je me retrouve dans une chambre vide et autour de moi flottent des souvenirs qui ne m’appartiennent plus. Et tandis que j’essaye d’en attraper un maximum, ils m’échappent tous, inévitablement.

Sur cette seule photographie, en réalité, quatre situations. Au premier plan, trois Polaroïds collés sur un miroir montrent une chambre à différents moments, gardant toujours le même angle de vue et le même cadrage. Le miroir sur lequel ils sont placés permet de refléter le reste de la chambre ; ce qu’il reste de la chambre, un lit vide et un carton. La mise au point faite sur les polaroids me permet de laisser apparaitre un second plan flou. Aucune bordure du miroir n’est apparente, donnant ainsi aux trois photos instantanées l’impression d’être suspendues dans le vide.

Et si le décor de la chambre évolue, nous ne savons pas exactement combien de temps peut séparer chaque cliché, instantané. Et ces polaroids sont là, flottants, comme dans mon imaginaire, renvoyant tour à tour l’image de ce qui a existé, ici, avant. Et ce miroir permet de renvoyer l’image de cette même chambre, à cet instant précis, maintenant. Vidée de toute présence et avec pour seuls accessoires un matelas nu et un carton de déménagement, probablement rempli, de souvenirs.

Adélaïde Michel


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *