A l’ombre de la lumière

(cc) Maëlys Gosset 03/12/2014
(cc) Maëlys Gosset 03/12/2014

Qu’est-ce que la lumière ? Une force, une énergie, un esprit ? Nous recevons la lumière. Elle s’impose à nous. Dans la bible, la lumière est le premier élément inventé par Dieu. Forte de symbolique, l’espoir et la liberté, la lumière donne de la légèreté aux choses, de la spiritualité. Tandis que le noir, l’obscurité, rappelle leur matérialité. L’ombre et la lumière formerait alors un tout. J’ai donc voulu essayer de contrôler et enfermer la lumière en construisant un dispositif capable de contenir cette énergie tout en traduisant la puisance de celle-ci afin d’en capter sa tangibilité. La lumière, une force, une énergie incontrôlable, en perpétuel mouvement. Qu’est-ce que la matérialité de la lumière ? Comment la contenir ? Et révéler sa part d’ombre…

J’ai accroché un mobile à une passoire en inox retournée. Le mobile en spirale étant en plastique argenté, il réfléchit la lumière de manière circulaire lorsqu’il tourne.  Une lampe allogène éclaire précisément le côté convexe de la passoire. Ainsi, la lumière s’engouffre par les petits trous du panier. J’ai disposé sous le mobile un miroir afin de prendre la photo de ce qui se passe sous cette « cage dorée ».  En choisissant une vitesse de prise de vue lente et une faible ouverture, j’ai voulu mettre l’accent sur le mouvement de la lumière (image floue) et  sur la non lumière (elle est enfermée). Seuls les petits trous du panier laissent passer les rayons lumineux. Je voulais traduire à la fois l’intense symbolique d’une énergie aussi puissante et son besoin inextricable de liberté, de mouvement, pour en dévoiler sa matérialité, son essence même.

Le résultat a été plus que surprenant ! Si l’ombre traduit la matérialité des éléments, alors, dans ce cas la matérialité de la lumière ressemblerait à un oiseau, lui-même symbole de liberté et d’espoir. J’ai réalisé plusieurs clichés sur le même modèle de dispositif avec des paramètres photographiques similaires. A chaque fois, ce qui est apparu m’a subjuguée. En voulant enfermer la lumière pour en découvrir sa matérialité, c’est l’image d’un oiseau emprisonné, tournoyant dans sa cage, qui s’est révélée. Le mouvement du mobile apparaît comme celui du battement de ses ailes. Nous ne pouvons faire face à la lumière sans être ébloui, étourdi par sa puissance. En révélant sa part d’ombre, on lève alors le voile sur sa nature profonde : libre et puissante, tel un oiseau de lumière.

Maëlys Gosset


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *